Quels sont les véritables atouts du PEA ?

 |   |  308  mots
François Leneveu, président du Directoire d'Altaprofits, fait découvrir les atouts méconnus du Plan d'Epargne en Actions.

Au moment où le projet de loi de finance pour 2010 envisage de durcir la fiscalité des comptes-titres en appliquant les prélèvements sociaux dès le 1er euro de cession (contre 25.730 euros aujourd'hui), le Plan d'Epargne en Actions (PEA) pourrait bien devenir le seul placement 100% actions bénéficiant d'un cadre fiscal privilégié. Communément, le PEA est présenté comme un placement investi exclusivement sur des actions de la zone Europe. En réalité, il est possible d'y loger beaucoup d'autres types d'actifs. Ainsi, plusieurs fonds éligibles au PEA permettent d'accéder aux zones Asie, Amérique et même aux pays émergents. Certains trackers sont également éligibles au PEA, même s'ils reproduisent un indice boursier lointain... Enfin, on peut investir sur différents secteurs (immobilier, énergies renouvelables...), ce qui permet une diversification appréciable.

Les épargnants ont souvent du mal à gérer eux-mêmes leur PEA. Il existe pourtant, dans certains établissements, des outils vous aidant à contrôler les risques de gestion, comme les arbitrages automatiques (écrêtage des plus-values, stop loss pour vendre à partir d'un certain seuil de pertes...). Si vous n'avez pas le temps de vous en occuper, reste la possibilité de confier la gestion de son PEA à un professionnel, même pour des montants peu élevés. Des offres de gestion dite «?pilotée?» sont accessibles à partir de quelques milliers d'euros et à peu de frais?: moins de 0,3?% par an des sommes gérées.

Votre établissement ne propose pas ces possibilités?? Rien ne vous empêche de transférer votre PEA, tout en conservant l'antériorité fiscale. Un conseil?: transformez-le en PEA assurance qui bénéficie d'atouts supplémentaires (revenus réguliers, avance, réduction ISF etc).

Accéder à l'intégralité des "Questions pratiques"

Retrouvez une nouvelle question pratique, du lundi au vendredi dans le journal La Tribune.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :