Sur quelles valeurs miser en Bourse ? Les réponses d'un expert

 |   |  1846  mots
Jacques Burlot, gérant des fonds Tocqueville Dividende et Olympe Patrimoine chez Tocqueville Finance, vous a répondu le 26 janvier.

Bonjour et bienvenue sur le "tchat". Aujourd'hui nous avons le plaisir d'accueillir Jacques Burlot, gérant des fonds Tocqueville Dividende et Olympe Patrimoine chez Tocqueville Finance, qui répondra à toutes vos questions.

Bonjour à tous. Je suis ravi de répondre à vos questions en ce début d'année, après deux années de très forte volatilité sur les marchés.

BDH : Bonjour M. Burlot. Je pense savoir que Tocqueville a toujours défendu la valeur pétrolière Maurel et Prom. Vous n'êtes pas sans savoir qu'en ce moment beaucoup d'analystes la recommandent. Je souhaiterais avoir votre avis, surtout que la société doit annoncer pas mal de découvertes !?! Merci de votre analyse. Respectueusement.

En effet, nous avons dans certains de nos portefeuilles des positions sur ce titre qui nous paraît intéressant au regard, d'une part, de son potentiel de découvertes et de ses développements dans de nouvelles activités et, d'autre part, compte tenu justement de ces découvertes potentielles, la société pourrait en intéresser d'autres.

René Giard : Sur quelles valeurs miser en bourse en 2010 ?

Après les deux années que nous avons connues sur les marchés, et en particulier le rebond effectué l'année dernière, nous pensons qu'il est intéressant de miser en 2010 sur les valeurs de rendement. En effet, celles-ci bénéficient de valorisations attractives ; elles ont peu bénéficié du rebond de 2009 et, par contre, pourraient bénéficier justement de l'accroissement de la distribution d'un certain nombre de sociétés n'envisageant pas de programme de rachat d'actions cette année. De plus, la réduction du stress sur les bilans des entreprises pourrait les inciter également à augmenter leur taux de distribution.

Lado : Je pense que la baisse va s'accentuer, et vous ?

La valorisation des marchés ne semble pas excessive, surtout si l'on se réfère aux secteurs les plus défensifs qui, s'ils ont joué leur rôle dans la baisse de 2008, ont peu rebondi en 2009. Certaines grandes valeurs de ces secteurs ont d'ailleurs connu des performances négatives en 2009. De fait, nous pensons qu'il existe un potentiel de revalorisation pour l'ensemble de ses titres. Dans ces conditions, une certaine sélectivité devrait s'opérer et il convient de privilégier les titres dont les valorisations semblent attractives.

KiKiTiTi : Bonjour. Les valeurs comme GDF-Suez ou Vivendi avaient bien résisté pendant la période de crise jusqu'à mars 2009. Ensuite, elles ont eu un comportement très décevant avec la reprise du marché. Faut-il les alléger en faveur des autres valeurs plus réactives ? Merci.

Non. En Bourse, il vaut mieux être un peu contrariant et éviter les phénomènes de mode.

Trouville : Je suis pour l'instant investi en grande partie sur les valeurs minières (or et cuivre) et cela depuis plus d'un an : faut-il prendre mes bénéfices ou garder la même stratégie d'investissement pour 2010/2011 ?

Ces valeurs ont beaucoup bénéficié des anticipations de reprise économique, en particulier dans les pays émergents. Nous vous conseillons de prendre en partie des bénéfices.

Korin : Est-il encore judicieux de jouer les valeurs à dividendes élevés ? Dans ce cas, quelles seraient les actions à privilégier ?

Oui. Vous pouvez vous reporter à la réponse donnée à René Giard. A titre d'exemple, on peut citer les secteurs pharmaceutique, pétrolier, télécoms et les "utilities" qui n'ont pas bénéficié du rebond effectué par les marchés depuis mars 2009.

Franck : Quelle opinion affichez-vous sur les valeurs moyennes ?

Sélectivité, comme pour le reste de la cote. En effet, beaucoup de valeurs moyennes ont fortement bénéficié du rebond de 2009, mais a contrario elles avaient beaucoup souffert pendant la période de baisse. De nombreuses valeurs moyennes offrent encore des perspectives bénéficiaires importantes au regard de leur valorisation actuelle.

Greg : Quelle est votre opinion sur les valeurs suivantes : Ubisoft, Bigben Interactive et Auplata ?

Il ne s'agit pas de valeurs que je suis ; je me trouve donc dans l'incapacité de vous donner un avis averti.

DM : Quel jugement portez-vous sur les valeurs bancaires ?

Comme vous le savez, la crise que nous connaissons depuis deux ans et demi est venue du secteur financier. Dans ces conditions, ces valeurs ont été les premières à souffrir sur les marchés, mais aussi pour celles qui ont démontré leur capacité à résister, elles ont connu souvent des performances remarquables depuis mars 2009. On trouve donc dans ce secteur deux catégories de valeurs : celles renforcées par la crise (BNP-Paribas, certaines banques espagnoles, Deutsche Bank dans une certaine mesure ou encore HSBC et Barclays) et celles pénalisées (Fortis, ABN-Amro, KBC, Dexia, Natixis...). Il convient donc d'être très sélectif. Au-delà, les nouvelles normes réglementaires qui devraient voir le jour devraient favoriser celles qui sont sorties renforcées de ces deux dernières années, car elles vont bénéficier de rente de situation consolidée et de barrière à l'entrée améliorée. Si bien qu'à moyen terme, leur valorisation relative au marché devrait s'en trouver améliorée.

Robert : Faut-il privilégier encore les valeurs cycliques ou plutôt les défensives ?

Notre comportement contrariant nous incite plutôt à investir dans les secteurs défensifs qui n'ont pas bénéficié du rebond de 2009. De plus, la valorisation des secteurs défensifs apparaît très attrayante.

Hypermarket : Selon vous, faut-il encore miser sur les géants du marché (Leclerc, Carrefour, ...) ? Comment peut-on encore croire en eux sachant que le hard-discount possède une vraie force dorénavant et cela fait bientôt 2 ans que ça dure...

C'est vrai que la part de marché des discounters n'a cessé d'augmenter maintenant depuis plus d'une dizaine d'années, alors que la part des marchés des hypermarchés ainsi que celle de certains supermarchés stagnent ou décroient. Cependant, Leclerc semble encore bien résister et la mise en place chez Carrefour des produits Carrefour Discount ainsi que le changement d'enseigne des Champion en Carrefour Market devraient permettre à Carrefour de bien résister à la concurrence des hard discounters. Les derniers chiffres de Leader Price et de Franprix semblent confirmer ce phénomène.

Oman : Que prévoyez-vous pour les marchés en 2010 ?

Après les grandes tendances que nous avons connues ces deux dernières années, où les marchés réagissaient plutôt à des anticipations macro-économiques, nous pensons que le retour du "stock picking", et donc une attitude plus sélective sur les valeurs, est à privilégier en 2010. Cela signifie que les anticipations en termes de croissance bénéficiaire valeur par valeur devront être regardées de près.

VK : Quels secteurs sont à éviter absolument ?

Je préfère vous répondre à l'inverse et, comme je l'ai déjà indiqué, je privilégierais plutôt les secteurs à haut rendement qui n'ont pas bénéficié en 2009 de la reprise des marchés. Cela signifie qu'il convient, à mon sens, de prendre quelques bénéfices sur les secteurs très cycliques ou encore certaines valeurs financières qui ont beaucoup bénéficié de la hausse.

KB : Pour la stratégie d'investissement, faut-il privilégier une analyse par secteur ou rechercher plutôt valeur par valeur ?

Comme nous venons de le dire, nous privilégions les secteurs à rendement élevé qui sont d'ailleurs souvent défensifs et, en effet, nous privilégions une approche sélective valeur par valeur.

PK : Quelle sera la tendance pour les technologies et les télécoms ?

Nous sommes loin du temps où tout le monde parlait des TMT (télécoms, media, techno). En effet, les télécoms, aujourd'hui, se paient relativement peu cher en Bourse, distribuent des rendements élevés et bénéficient de cash flow libres importants compte tenu de fortes barrières à l'entrée, alors que les valeurs technologiques ne distribuent toujours pas de dividende et souvent souffrent de concurrents agressifs, mais apparaissent dans certains cas toujours comme des valeurs de croissance. Dans ces conditions, au regard de ce que nous pensons des marchés, nous préférons plutôt investir dans le secteur des télécoms.

Doon : Au vu de vos réponses, vous semblez privilégier les valeurs à caractère défensif. Avez-vous des valeurs préférées en particulier ?

Oui. Je pense à France Telecom, Vivendi, Total, Royal Dutch Shell, Eutelsat, GDF-Suez; Casino, Sanofi, Glaxo, Parmalat.

OP : Est-il intéressant de se positionner sur les sociétés liées à l'or ?

Ces sociétés ont beaucoup bénéficié de la hausse de l'or qui a joué un rôle de valeur refuge. Nous pensons, désormais, qu'il faut être sélectif et privilégier celles qui bénéficient des perspectives de résultat et de découvertes les meilleures.

Thomas : Que pensez-vous d'Accor et de son projet de scission de ses activités ?

La stratégie des actionnaires vise à privilégier des acteurs "purs", c'est-à-dire concentrés sur une activité, considérant que le groupe tel qu'il a demeuré jusqu'à aujourd'hui n'a pas su démontrer une création de valeur suffisante. Le projet de scission apparaît, dans ce cadre, comme une stratégie de rupture visant à accroître la création de valeur de façon séparée à moyen terme.

Pascal : Faut-il jouer les pays émergents ?

Que signifie, pour vous, "jouer les pays émergents" ? Est-ce investir directement sur ceux-ci ? Et, de ce point de vue, les performances de 2009 démontrent que les investisseurs l'ont déjà joué. S'il s'agit de jouer les pays émergents par l'intermédiaire de sociétés dont une partie non négligeable de leur activité et de leur résultat provient des pays émergents, il est clair qu'il existe en Europe de nombreuses sociétés bien positionnées pour investir sur cette thématique. Au-delà, à moyen terme, les principales sources de croissance continueront à se trouver dans ces pays au fur et à mesure de leur développement. Si la fin de la décennie des années 2000 a démontré l'intérêt d'investir dans des secteurs liés au développement de ces zones par l'intermédiaire notamment des secteurs cycliques (sidérurgie, ciment, matières premières...), dans un deuxième temps il est clair que se positionner sur des secteurs tels que la santé, par exemple, apparaît porteur.

Dram : Je compte me positionner sur le secteur des biotechnologies et de l'environnement. Qu'en pensez-vous? Avez vous des valeurs à me conseiller ?

Chez Tocqueville Finance, nous sommes des investisseurs "value". Or ces secteurs biotechnologiques et liés à l'environnement sont des secteurs dits de croissance et, par conséquent, chers. Nous n'investissons pas, de ce fait, dans ce type de valeur.

Merci Jacques Burlot. Le mot de la fin ?

Je vous remercie de m'avoir permis de répondre à vos questions et j'espère que mes réponses vous ont apporté des éléments qui vous permettront d'investir à bon escient cette année.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/03/2010 à 19:12 :
Avec Tocqueville finances j'ai perdu plus de 30.000? en 2009 merci ses conseils ils peuvent se le fourrer.
a écrit le 27/01/2010 à 11:59 :
Que pensez-vous de Axa. CAC monte elle trouve moyen
de baisser. Cac baisse dans CAS-LA seulement elle amplifie le mouvement.
Plus elle est recommandée plus cela est désastre
Merci

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :