L'accident nucléaire japonais grippe les projets communs de Siemens et de Rosatom

Le conglomérat allemand réfléchit à l'abandon de son projet de coentreprise avec le spécialiste russe de l'atome.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Le groupe allemand Siemens, qui est en train de finaliser son désengagement de la filiale de réacteurs d'Areva, pourrait renoncer à former une nouvelle alliance avec le russe Rosatom en raison des retombées négatives de la catastrophe de Fukushima.

"Nous envisageons toutes les options", a déclaré un haut responsable du groupe à l'hebdomadaire économique allemand WirtschaftsWoche, qui a révélé l'information dans son édition de samedi.

Siemens et Rosatom avait officialisé en mars 2009 leur volonté de créer une coentreprise, peu après que le groupe allemand eut annoncé sa rupture avec le groupe dirigé par Anne Lauvergeon.

Depuis le sujet avait peu avancé, Siemens expliquant notamment la lenteur des discussions par le désaccord l'opposant à Areva sur la valeur de sa participation de 34% dans Areva NP. Il y a deux semaines, un expert indépendant a fixé ce montant à 1,62 milliard d'euros. 

Si l'option d'une coentreprise était abandonnée, Siemens pourrait toujours collaborer avec Rosatom en devenant un "fournisseur privilégié" pour certaines technologies dans les 33 réacteurs en construction d'ici 2020 par le spécialiste russe, voire pour les 16 autres prévus d'ici 2030 en Inde, souligne l'hebdomadaire.  

Côté russe, interrogé par WirtschaftsWoche, on se montrait confiant. "Nous partons toujours du principe que Siemens appliquera la lettre d'intention dans son intégralité", cite l'hebdomadaire.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 09/04/2011 à 11:59
Signaler
Qu'en des termes choisis ces choses là sont dites.. Quels projets ? Siemens a toujours été hors du coup nucléaire grâce à l'un de nos trublions de 68 qui est allé, vengeance froide, leur faire admettre que le nucléaire "bombe atomique" c'était danger...

à écrit le 28/03/2011 à 11:34
Signaler
Et depuis Fukushima, la valeur de la participation de Siemens dans Areva est-elle toujours de 1,62 Md ??

à écrit le 27/03/2011 à 14:30
Signaler
Pauvres petits capitalistes ! Si le magma de Tchernobyl avait explosé, toute l'Europe serait devenue terre brûlée, invivable, morte. Quand serait-il si Fukushima explosait ?

le 24/04/2011 à 16:54
Signaler
combien de tonnes d,uranuim a fukushima ???

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.