La Grèce au bord de la crise de nerf

Les recettes fiscales rentrent au compte-goutte, l'objectif de déficit vient d'être révisé à la hausse et les divisions minent le gouvernement. Et la contestation sociale gronde. Une grande manifestation est prévue à Athènes ce samedi et 5.000 policiers sont mobilisés.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : REUTERS)

Athènes est en plein désarroi. Faute de pouvoir remplir les caisses de l'État par la collecte d'impôt ou des privatisations qui tardent, le gouvernement grec, pressé par les bailleurs de fond du pays a augmenté mercredi la TVA de 10 % dans la restauration, sur les boissons, les plats préparés, les sandwichs et les gâteaux. Une mesure d'urgence, qui sera abrogée en janvier lorsque la nouvelle loi fiscale sera appliquée, mais qui a provoqué l'ire de la population.

L'Union des restaurateurs de Grèce a annoncé qu'elle n'augmenterait pas ses tarifs pour ne pas avoir à reverser cette TVA au fisc, « nos magasins sont vides, les gens n'y entrent plus, explique Yiannis Tsiakos son président. On a déjà absorbé les deux précédentes hausses de la TVA. On n'en peut plus, on va tous fermer ». 15.000 entreprises et plus de 45.000 employés sont concernés.

Déficit public en hausse

Cette nouvelle majoration divise même le gouvernement socialiste de George Papandreou. Selon l'ex-ministre de l'Économie, Loucas Katseli, elle « va renforcer la récession », dans une situation qui vire au cauchemar. Seuls 20 % des impôts escomptes vont être encaissés d'ici la fin de l'année. Pire, mercredi soir, une fuite de la commission d'experts indépendants pour le contrôle de la dette indiquait que « la dynamique » de la dette grecque serait désormais « hors de contrôle ». Selon cette commission, les dérapages par rapport aux objectifs de réduction du déficit menacent d'annuler les bénéfices du nouveau plan de sauvetage de la Grèce de 159 milliards d'euros adopté le 21 juillet dernier par les pays de la zone euros.

Le déficit public est devenu insoutenable à plus de 21 milliards d'euros au premier semestre 2011, alors que l'objectif était d'environ 16 milliards pour toute l'année. Il vient d'ailleurs d'être révisé à la hausse à 8,8% du produit intérieur brut contre 7,4% initialement prévus. « La réévaluation de l'objectif est automatique du fait de l'aggravation de la récession », a affirmé le ministre grec des Finances, Evangélos Vénizélos ce vendredi. En montant absolu, il espère "arriver tout près" d'un objectif de 17 milliards d'euros de déficit.

Le PIB ne cesse de se contracter. La production devrait se réduire de 5% en 2011, contre 3,5 % lors de l'évaluation de départ. Par ailleurs la dette totale s'élève à plus de 350 milliards d'euros.

Le ministre gred des Finances a jugé  "extrêmement risqué" de tabler sur un retour à la croissance en 2012, contrairement aux objectifs du plan de redressement économique dicté au pays par l'UE et FMI. De nouvelles négociations avec les créanciers du pays, zone euro et Fonds monétaire international devraient avoir lieu à la mi-septembre.

Privatisations

Le ministre des Finances grec jugeait récemment ces estimations peu sérieuses, y voyant une gaffe malheureuse... Pourtant, les privatisations annoncées en grande pompe il y a quelques mois sont restées à quelques exceptions près lettre morte. La récession entraîne une dépréciation des actions des entreprises privatisables et le gouvernement temporise. Mais les bailleurs, selon la presse grecque, se font pressants.

Ils veulent que « d'ici la fin du mois, les privatisations aient rapporté 1,3 milliard d'euros, » que « les coûts salariaux doivent encore baisser et l'État réduire ses dépenses ».

Dans ce contexte, la contestation sociale reprend de plus belle. Mercredi, les étudiants étaient dans les rues, 90 facultés sont occupées. Samedi, les « indignés » relancent leur mouvement et le 10 une grande manifestation est prévue à Athènes mais surtout à Thessalonique à l'ouverture de la Foire internationale où le Premier ministre doit venir prononcer un discours inaugural.

Plus de 5.000 policiers sont mobilisés pour éviter les affrontements. Les rues d'Athènes sont d'ores et déjà tapissées d'appels à la grève.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 16
à écrit le 04/09/2011 à 11:13
Signaler
pourquoi ne pas geler les actifs des riches grecs qui ont échappé à l'impôt pendant des années au lieu de demander au peuple de payer pour les manquements de l'Etat grec et de Bruxelles ?

à écrit le 04/09/2011 à 9:03
Signaler
Que sont devenus les 350 milliards d'? ? Ils sont bien allés quelque part Serait il possible de connaitre les bénéficiaires ? Au passage meme question pour la France : Qui sont les bénéficiaires ?

à écrit le 04/09/2011 à 7:56
Signaler
Comment peut-on demander à tout un peuple faisant partie de l'union monétaire européenne d'accepter un niveau de vie de seulement 50% du niveau de vie d'un Allemand ou d'un Français? Il ma semble que l'on revient à l'edée de la race des seigneurs!

à écrit le 03/09/2011 à 10:03
Signaler
On fait des plans dit de rigueur(plutot d'austeritee) et ensuite on s'etonne de la reaction en chaine.Parceque sur le papier et dans le monde des bisounours c'est peut etre une idee brillante d'augmenter la tva etc etc mais au final encore faut il qu...

à écrit le 02/09/2011 à 17:31
Signaler
cet été, j'ai passé trois semaines en Grèce, dans une région proche d'Eubée, très très peu fréquentée par les touristes. J'ai remarqué des choses insensées: achat de viande chez le boucher pour la fête du 15 août: 200? cash pour une cliente; 180? pou...

à écrit le 02/09/2011 à 13:38
Signaler
le pib par tete des grecs a double entre 2000 et 2005, sans gain de productivite et sans innovation, juste avec l'argent de l'europe; quand l'argent de poche arrete de couler........... apres la cuite, la gueule de bois...

le 02/09/2011 à 17:38
Signaler
que le pib par tête des grecs ai doublé entre 2000 et 2005 ne signifie rien, il faut le comparer à celui des autres pays de la zone euro.

à écrit le 02/09/2011 à 11:18
Signaler
Il fallait prendre la Turquie, pas la Grèce, dans la zone euro.

le 03/09/2011 à 7:35
Signaler
Certainement pas ; et pourquoi la lybie ?

le 03/09/2011 à 7:36
Signaler
et pourquoi pas la lybie

le 03/09/2011 à 9:20
Signaler
laissons les turcs chez eux, ils y sont bien .....

à écrit le 02/09/2011 à 9:13
Signaler
Les peuples ne se laisseront pas détruire sans rien dire. Les prédateurs veulent la guerre ils l'auront. Les émeutes de la faim de 2008 au moyen orient ont commencé comme ça.Ventre affamé n'a pas d'oreille! Et pas de blablabla sur la tricherie de la...

à écrit le 02/09/2011 à 8:59
Signaler
J'en suis encore à me demander par quelle aberration la Grèce a-t-elle été intégrée à la zone Euro/Mark. Un pays où l'on ne paie quasiment pas d'impôt, sans économie réelle,avec une corruption omniprésente... On ne peut mettre ça que sur le compte de...

à écrit le 02/09/2011 à 8:29
Signaler
Tout d'abord je ne vois pas trop pourquoi les choses s'arrangeraient vu que l'entrée dans l'Euro via la Goldman Sachs était une escroquerie. Ensuite, ce n'est pas avec le tourisme que l'on risque de rembourser 350 Milliards donc ce sera avec quoi ? L...

le 02/09/2011 à 11:31
Signaler
Le seul moyen d'arranger les choses, ce serait de faire payer les vrais responsables, les prêteurs. Mais ne nous y trompons pas: ils ont volontairement profité à la fois du manque de rigueur mais aussi de la naïveté des dirigeants grecs, non pas pou...

à écrit le 02/09/2011 à 7:59
Signaler
Merci les Rothschilds et les Rockfellers

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.