EDF lance le premier parc hydrolien mondial

La première turbine sous-marine qui va être immergée au large des Côtes-d'Armor préfigurer la création d'une filière industrielle.

2 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : M.Cabon)

Seize mètres de large, 21 mètres de hauteur, une masse de 1.000 tonnes... les caractéristiques de l'hydrolienne sont impressionnantes, à la mesure de ses larges haussières d'amarrage. Assemblée sur le port de Brest cet été, elle est aussi haute qu'un immeuble de sept étages. On ne peut l'immerger ou la sortir de l'eau qu'à l'aide de puissants treuils. Une barge spécialement conçue pour son transport par les chantiers navals STX l'a acheminée mercredi dans la baie de Douarnenez (Finistère) pour des essais techniques. Elle sera mise à l'eau dans le courant de la semaine prochaine pour une période d'essais au large de Bréhat (Côtes-d'Armor), le site d'expérimentation dédié à l'hydrolien dans le cadre du plan de développement des énergies marines.

Cette turbine constitue l'amorce de la première ferme mise en place au niveau mondial. Imaginée par la société irlandaise OpenHydro, dont DCNS est l'un des actionnaires de référence, elle affiche une puissance nominale de 0,5 mégawatt (MW). Posée par 35 mètres de fond, elle capte les courants marins et grâce à une turbine de 16 mètres de diamètre les transforme en énergie électrique. « Au total, le parc comptera quatre hydroliennes et pourra alimenter un peu plus de 2.000 habitants ; elle sera raccordée au réseau à l'automne 2012 par un câble de quinze kilomètres de long », affirment Xavier Ursat et Cyril Abonnel, responsables du projet pour EDF. L'énergéticien français, qui investit 40 millions d'euros dans ce projet espère « le démarrage d'une filière industrielle prometteuse ». À terme, 50.000 emplois pourraient être créés en France grâce aux énergies marines, dans la construction - 70 % de l'hydrolienne d'EDF ont été fabriqués en France - et dans la maintenance des parcs.

Devenir leader

Le défi pour les industriels est d'atteindre un coût de production de l'électricité équivalent à celui de l'éolien offshore : entre 160 et 185 euros le MWh. « Pour cela, nous devons vérifier la fiabilité du matériel dans un milieu hostile, la mer, et notre capacité à être réactifs pour les opérations de maintenance », précise Frédéric Le Lidec, responsable de l'incubateur consacré aux énergies marines mis en place par DCNS l'an dernier sur le port de Brest. Cinquante personnes travaillent au développement de ces nouvelles technologies sur lesquelles le groupe naval ambitionne de devenir l'un des leaders mondiaux. Le projet breton doit permettre un retour d'expériences pour la conquête de marchés à l'exportation.

Dans le monde, seuls quelques sites bénéficient de courants de marée suffisamment puissants pour intéresser les opérateurs de l'hydrolien : l'état de Washington aux États-Unis, la baie de Fundy au Canada, le nord de l'Écosse et... La France, notamment le raz Blanchard sur la presqu'île du Cotentin et le passage du Fromveur, près de l'île d'Ouessant.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 14
à écrit le 04/09/2011 à 9:37
Signaler
Acceptons ce projet comme gage de bonne volonté des autorités, dans le sens d'un redéploiement des énergies en faveur de la nation; tant dans le profit partagé au niveau des resources, que de la création d'emplois sur le territoire national. J'en oub...

à écrit le 03/09/2011 à 8:37
Signaler
l'idée d'une turbine sous marine pour fabriquer de l'électricité c'est bien mais quelle effet cela va faire au niveau des êtres marins lorsqu'ils passeront dans la turbine?

à écrit le 02/09/2011 à 22:32
Signaler
Trop tard ! Fukushima fuit toujours. D'autres centrales nucléaires vont finir par exploser. Cela ne fait aucun doute !!

à écrit le 02/09/2011 à 17:06
Signaler
De l'électricité pour 2 millions de Français au final, ceci plus l'éolien terrestre, l'éolien marin, le photovoltaïque, le solaire thermique, le solaire thermique à concentration producteur d'électricité, les matériels électriques à faible consommat...

à écrit le 02/09/2011 à 13:06
Signaler
j'aimerai savoir en quoi c'est une premiere mondiale, quelle est donc la difference avec les barrages/ parcs hydroliens des pays bas ????

à écrit le 02/09/2011 à 8:03
Signaler
Les marées, c'est régulier et prévisible. Le vent, ça varie, le soleil, il se couche le soir... Ça permet de compléter (à un prix exorbitant pour l'instant).

à écrit le 02/09/2011 à 7:14
Signaler
J'était à priori pour. Mais 0.5 MW (nominal) pour ce monstre, cela ne tient pas la route. Vous êtes sur de de pas vous être trompé? Il en faut 10 comme ça pour remplacer une seule éolienne offshore, ou 3200 pour remplacer un EPR...

le 02/09/2011 à 14:03
Signaler
C'est clair qu'on est pas prêt d'abandonner le nucléaire... Une centrale produit 1500 MW soit l'équivalent de 3000 turbines... Mis bout à bout, cela représente une longueur totale de 48Km pour l'équivalent d'une seule centrale nucléaire...

à écrit le 02/09/2011 à 6:59
Signaler
ENFIN !!!!! Voila ENFIN quelque chose d'intelligent ! Avec toutes nos côtes il aura fallu attendre 2011 pour parler d'une technique vieille de 80 années que c'est hallucinant l'homme et son pétrole ?!!!!! Si seulement cela pouvait stopper l'éolien en...

le 02/09/2011 à 13:26
Signaler
c est sûr !! ce sont les poissons qui vont etre contents!! va y avoir du supplément bouillabaisse

le 02/09/2011 à 13:46
Signaler
C'est pas un hachoir pour faire la soupe ! Ca doit tourner assez lentement,pas de quoi tuer un poisson.

le 02/09/2011 à 16:57
Signaler
Et ça va surtout tenir les pêcheurs à l'écart... Vacances pour les poissons...

à écrit le 02/09/2011 à 6:49
Signaler
Cela ne suffira pas à pourvoir les besoins en croissance exponentielle en énergie électrique d'une population en croissance exponentielle puisqu'en 60 ans, nous sommes passés de 41 millions à 62 millions d'habitants, soit une augmentation de près de...

le 02/09/2011 à 10:12
Signaler
Le pire n'est jamais sûr. L'heure est aux changements de paradigmes. Le mode de gestion de la production et de distribution centralisée basée sur le nucléaire selon le modèle français, avec ses lignes disgracieuses qui sillonnent la France et qui sub...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.