L'Allemagne prévoit l'équilibre pour 2014

 |   |  424  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : REUTERS)
Berlin profite d'une forte croissance et d'un recul du chômage. Le déficit a été réduit de moitié en un an.

De l'autre côté du Rhin, les craintes sur la conjoncture économique et les finances publiques font figure de jérémiades d'enfant gâté. Certes la croissance devrait se ralentir cette année. Au deuxième trimestre, le produit intérieur brut de la première économie de la zone euro n'a presque pas progressé (par rapport à l'hiver dernier), à + 0,1 % mais, au premier trimestre, il avait bondi de 1,3 %. « La croissance faible du deuxième trimestre n'est en soi pas un indice que la conjoncture allemande ait perdu en solidité en raison de l'affaiblissement attendu de la demande externe et de l'incertitude croissante », rassure la banque centrale allemande, la Bundesbank. Pour s'en convaincre, la Buba rappelle que les firmes allemandes ont encore augmenté leurs ventes à l'étranger au printemps et que les importations ont été plus vigoureuses que cet hiver. « Les fournisseurs des pays partenaires de la zone euro profitent encore plus de cette poussée des importations de l'économie allemande », souligne l'institution de Francfort. Et de conclure que l'Allemagne reste la locomotive de l'Europe.

Les économistes de la Buba tablent toujours sur une croissance « de l'ordre de 3 % » cette année. Les investissements et la consommation, alimentée par un chômage en recul et un taux d'activité qui progresse, continuent de faire avancer le moteur allemand. Dans ce contexte, les recettes fiscales sont elles aussi en nette progression, de près de 10 % sur un an. Et comme l'État fédéral allemand a dépensé dans le même temps 2,8 milliards d'euros de moins que l'an dernier, notamment car les dépenses de l'État providence (en premier lieu l'indemnisation chômage) ont régressé avec l'embellie de l'emploi, Berlin brûle les étapes pour ramener ses comptes publics à l'équilibre. Désormais le quasi-déficit public « zéro » (0 % du PIB) serait atteint dès 2014, alors qu'il y a à peine un an, les gouvernants évoquaient un déficit de 3 % à cette date... Cette année, le déficit va tomber à 1,5 % du PIB (contre 5,7 % dans l'Hexagone), réduit de moitié en un an (41,5 milliards d'euros contre 80 milliards en 2010). La dette accumulée par Berlin doit ainsi passer d'environ 80 % du PIB cette année (contre 84,6 % pour la dette française) à 71 % en 2015. En somme, l'Allemagne n'est pas menacée de perdre son excellente note AAA auprès des agences de notation. Le nouveau ministre français des Finances, François Baroin, n'a donc pu que se montrer envieux de ces bonnes performances de son homologue allemand, Wolfgang Schäuble, en visite mardi à Paris.

Frank Paul Weber

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/08/2011 à 12:31 :
Depuis plus de 30 ans, les allemands ont fait une politique d'investissement quand nous faisions une politique de fonctionnement (5800000 fonctionnaires). Sarko à son arrivée a bien essayé d'inverser la tendance mais cela ne se fait pas en claquant dans les doigts et la crise n'a pas facilité les choses. De plus, les allemands ont su regarder les choses en face : retraite à 63 ans depuis plus 11 ans, des emplois à 500 euros quand nous continuons à faire de l'assistanat. L'Allemagne aujourd'hui récolte le fruit de ses efforts
a écrit le 24/08/2011 à 11:19 :
Si je peux faire une observation, il existe en France des dépenses publiques "incompressibles" résultant de notre histoire, qui est différente de celle de l'Allemagne : nous avons des dépenses militaires, ou culturelles (ex. : monuments historiques), très supérieures, tout simplement parce que notre pays n'a pas été à moitié détruit il y a 70 ans. De même, pour nos dépenses liées à l'outre-mer, ou à notre démographie plus dynamique, qui induit davantage de dépenses d'ordre social (allocations familiales, frais de garde d'enfants ...).
Réponse de le 24/08/2011 à 12:37 :
voilà pourquoi il faut les supprimer.. je vois pas en quoi le fait de décider de faire un enfant à titre personnel me donne le droit de toucher l'argent de mon voisin.
a écrit le 24/08/2011 à 10:01 :

Français travaillant en Allemagne, alsacien et fier de l?être, ayant payé durant de nombreuses années mes impôts en Allemagne (non frontalier) je peux vous dire que les français n?ont aucune notion de ce que c?est de payer BEAUCOUP d?impôts ni de payer BEAUCOUP de cotisations sociales. Notre France est dirigée par des personnes quasi sans expérience hors de nos frontières, ne connaissent pas la réalité de nos proches voisins, et donc n?ont rien de lucide.

Tout commence par la notion d?appartenance a une NATION. Cette notion a chez nous, malheureusement, quasi disparu. Tout le monde se targue de payer moins d?impôts que sont voisin, c?est la course a la déduction a tout va. Bien que l?impôt sur le revenu soit une source de revenu pour l?état de moins en moins significative, cela est tout a fait significatif quand a notre mentalité. En Allemagne, c?est le contraire. Cette notion d?appartenance est très forte, bien que les personnes, les situation économiques, et l?histoire des lands soient différents, même au sein de la « locomotive « Allemagne de l?ouest (baden-W, Bayer, Hessen, NRW..) . On y paye beaucoup d?impôts, beaucoup de cotisation sociales, pas de smic a 1500 ou 1800 euros, pas de prestation chômage durant des années, pas 4 ou 5 millions de fonctionnaires, on ne base de pas nos statiques sur l?immobilier, la construction BTP a construire des routes, ronds points et refaire l?asphalte de nos routes chaque année, mais on parle beaucoup des entreprises, quoi qu?elles fassent, on a conscience qu?elles donnent du travail, et on n?a pas cette notion toujours omniprésente française, oui les actionnaires ci ou ca?

Bref, il est temps de redonner de la valeur a la notion de travail, de se lever tôt, d?entreprenariat, de stopper d?arroser les gens avec des subventions a droite et a gauche. La recette pour la France est tres simple, mais nos politiques n?ont aucun courage, et même s?ils l?avaient, je ne pense pas que la France serait capable de l?appliquer, tellement la pilule serait dure a avaler : 1) on arrete TOUTE niche fiscale 2) on augmente la TVA 3) TOUT le monde doit payer des impôts sans exception 4) On augmente les cotisations sociale 5) on arrête toute redistribution.

Sans parler du gros problème de l?éducation et de l?instruction (choses distinctes, on ne met pas tout dans le même panier !)

Evidemment, ca serait dur, mais terriblement efficace.

Pour sauver la France, il faut avoir du courage. Sans courage, nos courrons a la catastrophe.
Réponse de le 24/08/2011 à 11:36 :
Bravo à Joel pour la pertinence et la lucidité de son propos.Il est à la fois si dommage mais si peu étonnant que le sport national soit la course à la niche fiscale:Toute niche doit bien etre payée par l'ensemble de nos concitoyens.Nous devons arreter de nous payer des cadeaux à crédit...
Réponse de le 24/08/2011 à 12:41 :
moi je crois au contraire que les jeunes français d'aujourd'hui sont tout a fait d'accord pour mettre en application et "subir" ces règles. et je ne pense pas que le jeune qui gagne 1400 e par mois ou le smic s'offusquerai de l'augmentation de tva sur les plats du fouquets ou sur la niche pour les residences secondaires, ni même pour accerder à son 1er logement!! ni même sur sa succesion.. le seul pb, c'est que l'electeur qui vote, c'est le retraité..
a écrit le 24/08/2011 à 9:46 :
Pour abonder dans la pertinence des jugements de Gilles et de Bob, un énarque français a un rêve..que la France devienne fédérale et non un état centralisé ingérable...ils ne vous le diront jamais en public mais en comité privé (voir très privé) ils en bavent d'envie...

La France à fait une révolution en 1789 mais stagne depuis, ce qui était valable au 18ème ne l'est plus depuis..certains pays l'ont compris et s'adaptent sans cesse et deviennent des locomotives naturelles...d'autres restent sur des acquis désuets pensant tout savoir..

Mais lorsque la locomotive en aura marre, elle lâchera les wagons..et là...on sera dedans jusqu'au cou..et cet avenir est proche très proche
Réponse de le 24/08/2011 à 16:17 :
Si vous faites reference a la locomotive Allemande, le plus tot elle lachera les wagons, le mieux ca sera pour ses derniers. Ils pourraient alors retouver un peu de puissance sans etre brides. Quand a la locomotive, seule, elle s'essouflerait vite, tres vite. Quand a dire que la France stagne depuis 1789....Nous avons quand meme fait quelques progres industiels, economiques et sociaux depuis.
a écrit le 24/08/2011 à 9:05 :
Cela doit faire rêver toute la technocratie française. Mais la RFA a réorganisé depuis longtemps son organisation administrative. Elle fait tourner la machine avec beaucoup moins d'argent que la France, toujours engluée dans son système du 19ème siècle.
Réponse de le 24/08/2011 à 9:41 :
Vous avez raison mais leurs equilibre fiscal et leurs recul du chomage est aussi du au fait qu'ils beneficient honteusement de l'Europe. Il est temps de les confronter, de leurs demander d' accepter les Eurobonds ou de sortir de l'Euro. On verrait alors leurs exportations chuter et adieu equilibre fiscal et chute du chomage. Au lieu de cela, Sarkho et Fillion disent amen a tout ce que veut Merckel.
a écrit le 24/08/2011 à 7:29 :
Je ne peux m'empêcher de penser qu'en France, dans un tel contexte, nos responsables politiques se déchireraient pour savoir comment redistribuer cette "manne", au lieu de tenir la ligne de la réduction du déficit total, qui seule permettrait de se donner des marges de manoeuvre intéressantes et surtout durables. En résumé, cet article me procure beaucoup de désillusion et d'amertume, car je ne vois pas dans le microcosme qui nous gouverne maintenant ou nous gouvernera demain, ceux qui pourraient redonner du sens à notre démocratie.
Réponse de le 24/08/2011 à 12:45 :
voter un parti autre que droite ou gauche, tout simplement!!rien que le fait de savoir que la gauche ou la droite ne pourrait pas se faire rembourser le montant honteux de leur propagande via nos impots me ferait jubiler de plaisir!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :