Olivier Ferrand : la mort d'un socialiste dérangeant

 |   |  349  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Olivier Ferrand est mort ce matin d'un arrêt cardiaque après une séance de jogging. Tout juste élu députe des Bouches du Rhône, le président du think tank Terra Nova qui avait fortement contribué avec Arnaud Montebour à la décision du PS d'organiser des primaires, avait 42 ans.

Il rêvait d'une députation depuis des années. Olivier Ferrand l'avait finalement décrochée le 17 juin dans les Bouches du Rhone et il est mort deux semaines plus tard. A 42 ans. Olivier Ferrand, strauss kahnien de toujours dirigeait le think tank Terra Nova conçu à l'origine par DSK  pour Pierre Moscovici. Il en a fait rapidement une machine à idées pour le futir patron du FMI, puis  pour le PS. Il énervait beaucoup rue de Solférino tant par la nouveauté de ses analyses que par sa grande capacité à utiliser les médias. Brillant et séduisant, c'est finalement cet énarque qui avait réussi, avec Arnaud Montebourg, à convaincre Martine Aubry de lancer le PS dans des élections primaires. Ils n'étaient pas nombreux à y croire lorsqu'ils présentèrent avec Aurélie Filippetti leur rapport à l'université d'été de La Rochelle. Mais il a eu rétrospectivement raison...

 

Ses notes ont hérissé plus d'un proche de François Hollande

Ferrand était aussi un spécialiste de la sociologie électorale et ses notes ont hérissé plus d'un proche de François Hollande. Particulièrement incisif sur la réforme des retraites, il avait là encore pris à rebrousse-poil beaucoup de dirigeants socialistes. Il venait d'être élu député de la 8e circonscription des Bouches-du-Rhôn. Là ou il était né. Le président François Hollande a salué dans un communiqué un "responsable politique national" et un "brillant acteur de notre vie intellectuelle". "Il était l'un de ces talents dont la République pouvait s'enorgueillir et dont l'avenir était plein de promesses. Sa voix manquera à l'Assemblée nationale", écrit le chef de l'Etat dans un communiqué, qualifiant Terra Nova  de "vraie force de proposition et d'anticipation".

Cet "Européen convaincu", d'après Pierre Moscovici, a été, entres autres, conseiller technique pour les affaires européennes du Premier ministre, Lionel Jospin, conseiller de Pierre Moscovici lorsqu'il était représentant de la France à la Convention sur l'avenir de l'Europe, et membre du groupe des conseillers politiques du président de la Commission européenne, Romano Prodi.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/07/2012 à 21:02 :
Le modérateur s'est absenté ?
a écrit le 01/07/2012 à 11:33 :
On ne le pleurera pas du tout!
Réponse de le 01/07/2012 à 17:09 :
Ce bonhomme était un intello sans repères comme on en trouve tellement à gauche. Un homme de fin de civilation qui pourrit la démocratie.....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :