Le président égyptien remanie son gouvernement à la veille d'une cruciale reprise des négociations avec le FMI

 |  | 419 mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Mohamed Morsi a procédé ce dimanche à un remaniement gouvernemental pour répondre à la très grave crise économique du pays. Le nouveau ministre des Finances doit s'atteler à la reprise des discussions avec le FMI pour un prêt crucial de 4,8 milliards de dollars.

Le président égyptien Mohamed Morsi a procédé ce dimanche à un remaniement gouvernemental destiné à répondre à la très grave crise économique que traverse le pays. Dix nouveaux ministres, soit près du tiers du gouvernement qui reste dirigé par le Premier ministre Hicham Qandil, ont prêté serment en milieu de journée.  Le ministre des Finances Momtaz al-Saïd, homme-clé des discussions cruciales avec le FMI, est remplacé par El-Morsi El-Sayed Hegazy, un universitaire spécialiste de finance islamique, réputé proche des Frères musulmans dont est issu aussi le président.

Baisse des recettes

Le portefeuille de l'Intérieur revient au général de police Mohamed Ibrahim, qui était jusqu'ici l'un des adjoints du ministre sortant, Ahmed Gamaleddine, chargé de l'administration pénitentiaire. Huit ministères techniques, presque tous à dominante économique, changent aussi de mains: les Transports, l'Electricité, le Développement régional, l'Aviation civile, l'Environnement, les Approvisionnements, les Communications et les Affaires parlementaires.

En proie à un déficit budgétaire croissant et une chute de la monnaie nationale, la livre égyptienne, l'Egypte fait face depuis deux ans à une dramatique baisse du tourisme et un effondrement des investissements étrangers.La Banque centrale a  vu ses réserves de change fondre de 36 à 15 milliards de dollars, un niveau qu'elle juge elle-même  "critique". Les autorités ont d'ailleurs instauré des mesures pour limiter les sorties de devises.

Pré-accord avec le FMI en novembre

Le nouveau ministre des Finances doit s'atteler à la reprise des discussions avec le FMI pour un prêt de 4,8 milliards de dollars, qui avaient fait l'objet d'un pré-accord en novembre. Le Caire a demandé à relancer rapidement ce dossier. Le FMI a annoncé pour sa part la venue ce lundi en Egypte de son responsable pour le Moyen-Orient, Masood Ahmed. Ce dernier doit discuter "des difficultés" économiques du pays et d'un "possible soutien", a indiqué le Fonds dans un communiqué.

Le prêt du FMI est jugé décisif pour rétablir la confiance dans l'économie égyptienne et débloquer d'autres soutiens internationaux. La perspective de réformes  impopulaires associées à cette aide, en particulier une réduction des subventions d'Etat aux carburants ou aux produits alimentaires de base, oblige cependant le gouvernement à la prudence. En décembre, le président  avait dû geler in extremis des hausses de taxes sur de nombreux produits de base et de consommation courante pour ne pas attiser les tensions politiques. Le gouvernement a toutefois affirmé que ces hausses n'étaient que suspendues.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/01/2013 à 23:24 :
Les Islamiste enfin à l'épreuve du pouvoir ! Leur incompétence sautera aux visages de leurs électeurs...
a écrit le 06/01/2013 à 19:16 :
Dealer avec le FMI...
Les latinos ils ont compris: les Pilleurs Patentés, ils les recoivent avec des battes de base-ball désormais.
Pauvres égyptiens...
a écrit le 06/01/2013 à 18:06 :
Monsieur Morsi et ses Ministres sont ils prêts à faire de leur pays un centre pour touristes, j'en doute fortement. Donc leurs ressources pour gérer leur économie.......???????
a écrit le 06/01/2013 à 17:48 :
Un pret dans un pays qui vient avec seulement un tier des inscrit de voter la charia ne peut pas ^tre consenti. Un pret serait une insulte à al dignité de la femme. J'espère que les apys occidentaux vont boycotter ce pays jusqu'à lamise en place d'une vraie démocratie. Les égyptiens ont connu la dictature militaire aujourd'hui un début de dictature religieuse car ce n'est qu'un début.Sur le fond les égyptiens qui ont cru à pouvoir enfin vivre dans un pays libre sont les cocus de la révolution.
a écrit le 06/01/2013 à 17:21 :
Un prêt du FMI aux islamistes ???? Il ne manquerait plus que ça !!!!!! Le gouvernement égyptien ne connait-il pas exactement les causes de l'effondrement économique ???

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :