France : le moral des ménages repart à la baisse, la construction broie du noir

 |  | 570 mots
Lecture 3 min.
Le moral des ménages français, qui s'était repris en septembre, est reparti à la baisse en octobre. Par ailleurs, le nombre de permis de construire s'est effondré en France au troisième trimestre, chutant de 23,3% tandis que le nombre de mises en chantier a reculé de 8,1%.

Le moral des ménages français, qui s'était repris en septembre, est reparti à la baisse en octobre, l'indicateur qui le mesure perdant trois points à -47 en données corrigées des variations saisonnières, annonce l'Insee ce mardi. Il renoue ainsi avec son niveau de juillet, le plus bas jamais atteint depuis la création de l'enquête en 1987.


Au mois d'octobre, toutes les composantes de l'indicateur résumé se sont dégradées, à l'exception de l'opinion sur l'évolution passée de la situation financière personnelle des ménages qui s'est améliorée légèrement. La dégradation la plus notable concerne les perspectives d'évolution du niveau de vie en France, le solde passant de -50 à -59 points. L'opinion des ménages sur l'évolution passée du niveau de vie en France se détériore aussi mais moins nettement (de -80 à -82). Les ménages sont plus pessimistes sur l'évolution future de leur situation financière personnelle (le solde passe de -80 à -82).

Enfin, le solde sur l'opportunité de faire des achats importants diminue en octobre (de -37 à -39). En octobre, les ménages sont nettement plus nombreux à penser que le chômage va augmenter dans les douze prochains mois. Leur opinion sur leur situation financière actuelle est quasiment stable.  La part des ménages estimant que le moment est favorable pour épargner diminue très fortement ce mois-ci (le solde passe de 16 à -7). Parallèlement, la part de ceux qui jugent avoir la capacité future d'épargner recule aussi mais dans une moindre mesure. Enfin, l'opinion des ménages concernant l'évolution passée des prix continue de s'améliorer mais les ménages anticipent des hausses de prix plus rapides dans les prochains mois.

L'enquête trimestrielle de conjoncture dans l'industrie, également publiée ce mardi par l'Insee, montre que la baisse des effectifs s'y accroît et le taux d'utilisation des capacités de production se situe désormais en-deçà de sa moyenne de long terme. Ce recul pourrait encore s'intensifier au cours des trois prochains mois

Autre mauvaise statistique, celle des permis de construire. Leur nombre s'est effondré en France au troisième trimestre, chutant de 23,3% à 111.342 unités au cours du troisième trimestre par rapport à la même période de l'année dernière, tandis que le nombre de mises en chantier a reculé de 8,1% à 110.329 unités, selon un communiqué publié mardi par le ministère de l'Ecologie.


Au cours des 12 derniers mois (octobre 2007 à septembre 2008), le nombre de mises en chantier est en repli de 11,8% à 385.143 unités, largement sous la barre symbolique des 400.000, et le nombre de permis de 18,2% à 468.994 unités. La ministre du Logement Christine Boutin, qui va présenter en décembre sa loi sur le sujet à l'Assemblée Nationale après l'avoir fait adopter au Sénat, a reconnu récemment que le nombre de mises en chantier sur toute l'année 2008 devrait se situer aux environ de seulement 360.000, contre 435.000 en 2007.


Pour répondre à la demande de logements non satisfaite en France, l'objectif affiché du gouvernement était de 500.000 nouveaux logements par an.
Sur les trois derniers mois, la baisse des mises en chantier est de 4,6% pour les logements individuels, à 67.174 unités, et de 13,4% sur un an à 203.654 unités.


Pour les logements collectifs, les mises en chantiers chutent de 21,1% sur le trimestre à 38.895 unités, et de 8,8% sur un an à 164.462 unités.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
pour remonter le moral des Francais
il faut baisser le prix du diesel et le prix du gaz cela va faire partir la consommation mais le voulons nous ?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Le marché immobilier doit s'assainir lui-même dans les très prochains mois s'il veut redémarrer sur des bases solides ! D'abord les promoteurs doivent baisser leurs marges drastiquement et imposer des prix tirés à leurs sous-traitants ! Il est anormal que les Entreprises de tous poils aient autant profité de l'embellie et donc de la bulle immobilière ! Leurs marges sont devenues colossales et je doute aujourd'hui de leur capacité à s'adapter pour travailler à des tarifs normaux et non surfaits !
Tout ce petit monde doit participer à la nouvelle donne économique c'est à dire la crise ! Sinon que lesdits entrepreneurs changent de métier ou profitent de leurs bénéfices pour une retraite...anticipée!
Quant aux vendeurs particuliers il faut qu'ils intègrent ces données pour eux-mêmes en baissant d'au moins 25% immédiatement leurs prétentions, ce n'est qu'un début, logiquement au dessus de 150000Euros les prix doivent se dégonfler pour reprendre un sens et je ne suis pas loin de la vérité en prétendant que ces premiers 25% doivent être suivis en cas de difficultés d'une deuxième réfaction identique ! Donc 25+25=50% ! Maintenant à vos chères études....
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

il faut casser les prix de l'immobilier de facon à transfer
de façon à faire conssommer davantage d'autres produits
pour faire repartir la croissance
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
avec les permis de construire en baisse,je vois mal comment le marche de l'immobilier ancien peut se degonfler
il faut bien loger tous ce monde
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Le marché ne permet plus aux familles de se loger correctement. Il est temps qu'il revienne à des valeurs simples qui étaient que toute personnes ayant un travail puisse devenir locataire ou propriétaire s'il le désire. Mais ceci n'est plus vrai car nous avons aujourd'hui des gens qui travaillent mais qui ne peuvent pas payer un loyer. Les nouveaux pauvres ... un scandale qui n'a d'écho nul part malheurusement...
Alors franchement, je ne vais pas pleurer pour toutes ces sociétés et personnes physiques, en difficultées aujourd'hui, qui se sont gavées avec cette bulle immobilière qui n'avait ni queue ni tête dans son explication...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
moi 25% une première fois, puis 25% une deuxième fois (donc sur le premier rabais), ça fait un total de 43,75% de baisse, pas 50 :-D
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
particulierement en france ,on veut etre sourd et aveugle a une simple evidence il y a belle et bien une bulle immobiliere et une sacre...
fermer les yeux est reculer le probleme de toute facon la baisse aura lieu mieu serait le plus vite possible

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :