Elections prud'homales : abstention record, la CGT progresse aux dépens de la CFDT et de FO

 |   |  655  mots
Alors que l'élection prud'homale française a connu un taux d'abstention record, la CGT a progressé de 1,7 point à 33,8%, devant la CFDT (22,1%) en net recul , FO (15,9%) et la CFTC (8,9%). La CFE-CGC (8,2%) progresse de 1,2 point parmi l'ensemble des salariés, et ravit à la CFDT la première place chez les cadres avec 27,9% des voix dans la section "encadrement".

 Les trois quarts des salariés du privé ont boudé les élections prud'homales de mercredi, marquée par une abstention record. Le taux de participation s'est établi à 25,5% dans le collège "salariés", soit une abstention de 74,5%, selon les résultats définitifs publiés ce jeudi matin à l'aube par le ministère du Travail. La participation, qui avait déjà chuté de 63,2% en 1979, premières élections prud'homales, à 32,7% en 2002, atteint ainsi son plus bas niveau en 30 ans.
 

Les résultats marquent des évolutions notables pour des élections où les changements ne sont jamais spectaculaires. La CGT, en première position, a progressé de 1,7 point à 33,8%, devant la CFDT (22,1%) en baisse de trois points, FO (15,9%) en recul de 2,2 points, et la CFTC (8,9%) qui perd 0,8 point. La CFE-CGC (8,2%) progresse de 1,2 point parmi l'ensemble des salariés, et ravit à la CFDT la première place chez les cadres avec 27,9% des voix dans la section "encadrement".L'Unsa (syndicats autonomes), en cours de rapprochement avec la CFE-CGC, gagne 1,2 point, à 6,2%, tandis que l'Union syndicale Solidaires, qui comprend les syndicats Sud, fait plus que doubler son score, passant de 1,5% à 3,8%. Les listes diverses représentent 1%. La CFDT, qui peu de temps après les élections de 2002 avait connu une désaffection d'une partie de ses militants en raison de son soutien à la réforme des retraites de 2003, apparaît comme la perdante du scrutin.
 

Du coté des patrons, à l'inverse des salariés, la participation est en hausse: à 31,25%, contre 26,6% en 2002. Les employeurs de l'économie sociale ont effectué une percée, avec 19% (contre 11,3% en 2002), même si les listes d'union menées par le Medef restent largement en tête avec 72,1% des voix (80% en 2002). Les listes diverses totalisent 8,9%.

Les salariés représentent l'immense majorité des électeurs (18,670 millions sur un corps électoral de 19,188 millions) qui étaient appelés à désigner les 14.512 conseillers prud'homaux chargés de juger les litiges individuels du travail.
 

Les leaders syndicaux ont déploré l'abstention, l'attribuant en partie à un défaut de communication gouvernementale, et au fait que l'élection ne se déroule pas dans l'entreprise. "C'est un mauvais résultat qui montre que les salariés ne sont pas prêts à se mobiliser pour une élection qui a lieu en dehors de l'entreprise", a déclaré François Chérèque (CFDT), en regrettant qu'il n'y ait pas eu de "campagne forte". Jacques Voisin (CFTC), a estimé que "rien n'avait été fait pour que cette élection ait la place qu'elle mérite". Pour sa part, Bernard Thibault (CGT) s'est félicité de la progression de son organisation qui marque un "inversement de tendance" par rapport à la baisse qu'enregistrait la CGT depuis 1979 (voir sa réaction en vidéo sur le site www.infocom-cgt.fr). Mais il a regretté les "nombreuses anomalies" dans le vote qui expliquent selon lui la faible participation. De leur côté, la CFE-CGC et l'Unsa ont vu dans le résultat un encouragement à leur rapprochement.

Xavier Bertrand veut faciliter et simplifier le vote des prud'homales

Xavier Bertrand, le Ministre du Travail, a estimé jeudi matin dans une déclaration faite à l'Agence France Presse (AFP) qu'il fallait "faciliter et simplifier" les modalités de vote aux élections prud'homales afin d'enrayer la chute de la participation. Parmi les pistes de réflexion, Xavier Bertrand a notamment insisté sur la "piste très concrète" de la généralisation de l'installation des bureaux de vote dans les entreprises. Et ce dernier de préciser : '"il semblerait que là où un bureau de vote a été installé dans l'entreprise, le taux de participation a régulièrement dépassé les 50%"."La piste est claire, c'est dans les entreprises qu'on souhaite améliorer l'élection et je pense que cela peut se faire", a-t-il estimé. Le ministre a indiqué qu'il y aurait "un état des lieux avant le 1er janvier de la participation dans les entreprises qui avaient mis en place un bureau de vote dans leurs locaux".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Le mercredi en semaine, dans le privé, on travaille ! On ne traverse pas la ville pour aller voter pour des syndicats qui s'occupent principalement des fonctionnaires et assimilés !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Pas assez de communication sur l'enjeu de cette election,certainement... décrédibilisation des tribunaux prud'hommes, probablement!
Les résultats sont le reflet de la "Generation du chacun pour soi"
Les elections dans les entreprises tout du moins les grosses certainement mais pourquoi ne le proposer qu'au lendemain des élections?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
resultas d'une politique sociale menée depuis presque 30 ans,l'appovrissement de l'emploie,les non inscriptions intéressement des médias et son role d'information,pour finir le manque de syndicalisation ainsi que irrésponsabilite des travailleurs.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
bravo gange tu fais parte des 25% tout comme moi qui essaient de faire avancer les anes mais ce n'est pas facile . il y a 30 ans que je milite et 10 ans que suis au CE et au CCE d'une multinationale. Pauvre FRANCe qui geule sur tout ce qui bouge mais se laisse manoeuvrer teles les esclaves résolus... et oui il sont 1 millions sur les champs elysées pour un match de Foot et 40 000 pour les retraites.. Pauvre France ... bravo gange je suis avec toi
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Pourquoi les salariés ne comprennent-ils pas eux mêmes l'enjeu : élire les juges qui auront à arbitrer lorsque surviendra un litige avec leurs employeurs ? Porquoi votent-ils plus facilement pour toutes les stupidités qu'ils regardent à la TV comme la star ac ou autres débilités (ces votes leurs sont facturés soit dit au passage, via leur téléphone ?). Pourquoi débitent-ils tout le temps les mêmes ânneries à propos des syndicats alors que n'étant pas syndiqués eux mêmes ils refusent au passage de s'engager (temps, cotisations etc.. sans compter les insultes permanentes de ceux là mêmes qu'ils défendent ?
Ohé, Didier, si vous trouvez que les syndicats ne s'occupent que des fonctionnaires, alors faites vous élire, organisez des réunions d'infos, des manifs, des entrevues avec le patronat, et vous cerrez le boulot que ça représente !!!!
Aujourd'hui c'est à vous de vous défendre vous mêmes, nous les "vieux", on vous "passe la main".
Signé : Un salarié ancien syndiqué (38 ans de cotisations, ancien membre d'un CE, aujourd'hui pré rétraité).
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Je suis salarié et je n'ai pas voté, c'est très certainement un tord. Je me dis que de toutes façons il y aura un résultat au vote et que quelqu'il soit, ce sont toujours les mêmes intérêts (du travailleur) qui seront défendus. Non?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
si les syndicats ne se réunissent pas dans une grande organisation démocratique, s'ils continuent à sièger dans les rouages de l'état et du paritarisme, ils vont continuer à perdre leur crédibilité
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Tu as raison de dire que quelque soit le résultat, ce seront toujours les intérêts des salariés qui seront défendus. Là n'est pas le problème, tu peux effectivement choisir qui tu veux comme syndicat. Mais ne pas venir voter signifie pour l'employeur que tu ne fais pas confiance aux représentants du personnel, tu lui dis même vous avez raison monsieur le Directeur de me licencier, car moi je ne peux rien dire et les représentants du personnel ne représentent que 25 % des salariés. L'abstention outre le fait qu'elle mais le rapport de force très bas est surtout un danger pour chaque salarié. N'attendez pas d'avoir des soucis pour pousser la porte de vos syndicats. Il sera sûrement déjà trop tard. Je suis navré du manque d'intérêt des salariés. Réveillez vous. Il vous est donné la possibilité de choisir les gens qui vous jugerons. Ne vous en privez pas.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
j'ai 3 employées que j'ai envoyé voter pendant leur temps de travail, et elle y sont allées.
J'ai reçu personnellement 2 rappel pour l'élection, et mes salariées ont reçu également un rappel, alors ceux ou celles squi ne votent pas ont peut être d'autres motivations.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
j'ai voté par correspondance .Tout le monde pouvait le faire et pas besoin de se déplacer .
Simplement avoir envie .
Un simple rappel il y a encore des pays dans le monde où le droit de vote n'existe pas ou est baffoué .Alors JE VOTE
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
il est navrant de contater que la classe ouvriere es sur le recul et ne comprenne pas l'importance des elections
prudhomales
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
On fait apparemment tout pour dissuader les gens de voter. Il y a avait un bureau de vote à cent mètres de l'endroit où je travaille mais on m'a rattachée à un autre situé à plusieurs kilomètres... Plus curieux encore, une collègue de travail devait, elle, voter dans un troisième bureau.
Et on s'étonne que le taux d'abstention soit élévé ?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Je suis très déçu que les travailleurs du privé n?aient pas été plus nombreux à aller voter pour les Prud?hommes et puissent se désintéresser du seul moyen pour eux de faire valoir leurs droits en cas de licenciement abusif. Je conçois qu?il peut y avoir des bavures comme avec les Tribunaux, des dossiers incomplets qui ne sont pas en faveur des plaignants, des délais très longs, mais nous somme un des rares pays et peut être le seul en Europe à avoir ce système qui permet à la grande majorité de palier à la grande humiliation de la perte de l?emploi et d?être indemnisés.
Par ce désintéressement, un jour l?Europe nous supprimera cet avantage.
Voulez vous finir comme les fonctionnaires de la Poste, révoqués, sans indemnités de chômage, sans certificat de travail pour retrouver du travail ailleurs, cela pourrait arriver un jour.
Explication : si vous travaillez à la Poste vous êtes déjà révoqué avant d?être jugé. Ils utilisent les moyens les plus perfides et lâches en utilisant faux et usage de faux sur document sans aucun risque d?être inquiétés pour vous virer plus facilement.
Devant le Conseil de Discipline, vous avez 4 personnes de la Poste (au même grade ou grade supérieur), en face une commission paritaire de 4 personnes (syndicats) qui ne sont pas toujours présents. Souvent la parité n'est pas respectée et le quorum atteint (la facilité).
Si les deux parties ne se sont pas mises d'accord, c'est les voix de la Poste qui priment.
Si les deux parties se sont mises d'accord, la partie n'est pas jouée, car c'est le Directeur Départemental qui a le dernier mot. Donc s'il a envi de vous de vous révoquer (virer), il a le feux vert, il est maître après Dieu.
En fin de compte, les syndicats sont juste là à titre consultatif.
Vous pouvez toujours faire appel devant une commission (du pipo, les loups ne se mangent pas entre eux), alors il vous reste les Tribunaux Administratifs et le Conseil d?Etat qui donnent raison à la Poste à 99%. Donc vous dépensez de l'argent pour rien en procédure et avocat (jusqu?a 7000 euros en 5 ans et on dit que les prud?hommes, c?est long?..).
Le système est pourri et les Droits de l'Homme n'existent pas. La mentalité n'a pas changé depuis plus de 65 ans depuis l?époque du Gouvernement de Vichy et encore, à cette époque, ils n?employaient pas de tels procédés aussi bas et déloyaux qu?actuellement. Et pourtant une loi de 1983 existe(malheureusement démentelée par des jurisprudences favorables à la Poste), les Tribunaux Administratifs ne la respectent pas et la détournent le plus souvent à l?avantage de la Poste.

moralité : en France, vous devez respecter et ne pas enfreindre les lois sans être réprimandé et verbalisé, il en est de même pour les Droits de l?homme, mais la Poste (l?Etat ) n?est pas concernée, elle est au dessus des lois. Les Députés, les Sénateurs en ont peur et soutiennent ses hauts dirigeants, dès fois, on se demande si ce n?est pas cette administration qui dirige la France à la place de Monsieur Sarkozy.

La prochaine fois, avez-vous envie de finir comme les fonctionnaires de la Poste.?.,je ne parle pas des employés de la Poste non fonctionnaires, qui sont défendus par les Prud'hommes (souvenez vous des affaires de CDD, toutes gagnées devant ces Tribunaux). Devant les Tribunaux Administratifs, ils auraient perdu.

Non, alors la prochaine fois allez voter?aux Prud'hommes.

a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
je voudrais dire à Xurok et à tous les autres qui ne prennent pas le temps de voter (alors qu'il peuvent le faire pendant le temps de travail) qu'un jour il auront bien le temps de pointer au chomage quand leur employeur les licencieront sans menagement qui les défendra?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
à xavier : les prud'hommes, c'est les tribunaux qui s'occupent des salariés du privé lorsque ceux-ci ont un problème (salaire, licenciement, harcellement ...) avec leur employeur. Quel rapport avec les fonctionnaires ?? Tu prouves que tu ne sais même pas de quoi tu parles donc tu prouves que les patrons ont raison de virer à tour de bras puisque même nous, les salariés, nous ne sommes pas capables de nous associer pour nous défendre ...

à Liova : la CGT est le plus ancien syndicat existant en France et il apelle régulièrement à l'unité syndicale ce qui n'est pas le cas de tout le monde.
A ceux qui n'ont pas voté : venez pas pleurer dans quelques semaines, quelques mois ou quelques années quand vous pointerez au chômage, que votre retraite sera passée à 70 ans (surtout si un syndicat qui "a énormément perdu dans cette élection" continue à jouer le jeu des patrons), que cette retraite aura diminué de près de 50% etc etc etc ...

à Giaco : comme à chaque fois, quand tous les autres syndicats les refuseront, ils viendront voir la CGT qui les accueillera. Et oui, chez nous, même si la personne n'est pas syndiquée, nous lui fournissons des informations gratuites (et espérons que cette personne aura l'honneteté d'adhérer ...).

La CGT accueille tout le monde mais c'est justement parceque les gens ne se mobilisent pas, qu'ils ne vont pas voter (alors que c'est une fois tous les 6 ans !), qu'ils sont même pas capable de se prendre en main qu'au final, l'absention record progresse et que les patrons ont les mains libres pour faire n'importe quoi.

Vous voulez être défendus ? Votez, pensez à adhérer et à militer dans un syndicat (à la CGT, nous demandons 1% du salaire net ... donc venez pas dire que c'est trop cher les syndicats).

Sur ce, bonne journée à toutes et tous !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Jbosse dans une banque, des syndic on en a, des délégués aussi, et je peux t'assurer qu'il ya eu pleins de changements dans mon établissement, fermeture de bureaux, suppréssion de postes, modification arbirtraire des horaires de travail sans consulter les employés, pas ou très très peu de promotion en internes etc etc. Et toutes ces décisions ont été validées sans que les syndic ne fassent quelque chose.
Moi les seuls moments où je sens les syndic vraiment motivés et remontés c'est quand ils nous enterrent sous tous les tractes et qu'ils nous demandent de les rejoindre (et de payer les cotisations).
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Je suis syndiqué mais comme Xurok dans ma boite on les voit surtout à la paye ou à distribution des tracts, ensuite je peux dire qu'en ce qui concerne leur temps libre tout en étant payé il n'y pas mieux actuellement, j'ai connu la période ou les délégués bossaient et lorsqu'ils quittaient leur poste, c'était pour négociation ou autre concernant le travail, et si cela ce terminait avant la fin du travail, ils reprenaient leur job. Leur place je l'ai eu mais pas de cette forme actuelle, que d'eau sous le pont, c'est peut être l'une des raisons que la non motivation est aujourd'hui en place, ces derniers nous demandent de nous remettre en question, MAIS le font ils pour eux même ????? Bonne question !!!!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
fred2marseille-CGT- Ben non la cgt n'est pas la seule a donner des informations gratuites aux salariés, je le fais très régulièrement en donnant la possibilité de se syndiquer si c'est son choix.De plus le plus ancien syndicat est FO charte d'amiens en fait fois, la scission a été du au noyautage du communisme.Le vote c'est tout les cinq ans, cette année est exceptionnelle du fait des nombreux vote politiques . il faudra revoir l'histoire ou je suis d'accord c'est que les salariés ne devront pas pleurer quand le tribunal des prud'homme aura disparu .et vu le score des votants il n'y a pas de quoi etre fier tout syndicat confondu . par contre le patronat c'est un peu plus mobilisé. tout en empêchant leurs salariés de voter en ne leur donnant pas le temps de ce rendre au bureau de vote ce qui est évidemment interdit.
la retraite à 70ans c'est pas une continuité de la retraite à 41 ans de cotisations du fait de cherèque dont la cgt s'acoquine avec et dont le gouvernement s'engouffre àgrands pas du fait de la signature sur la représentativité .
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Personnellement je pense que trop de personnes ne votent pas aors que le jour ou ces personnes auront besoins des Prud'hommes elles seront contentes sinon j'aimerai savoir, si cela est possible, quand à eu lieu la première élection prud'homale
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
à A17. Précision :
La création de la CGT date de 1892 (Congrès constitutif de la Confédération générale du travail (CGT) à limoges du 23-28 septembre).

la création de la CGT-FO (Force Ouvrière) date de 1948, lorsque la CIA (et c'est historiquement prouvé par le "Freedom of Information Act" des américains qui permet de consulter les archives déclassées du secret défense) a noyauté la grève générale des dockers marseillais (et havrais) et a permis l'émergence d'un syndicat qui contestait cette grève (sous prétexte que c'était les "communistes" qui régissait tout).
(à noter d'ailleurs l'excellent article paru de Paul Labarique du Réseau Voltaire daté du 2 juin 2004).
Il en est résulté des affrontements entre les syndiqués de chaque camps, des blessés et même des morts ...
la création de la CGT-FO résulte bien d'une scission dans la CGT. Les élèments de FO oubliant le côté déterminant de la charte d'amiens : "syndicalisme révolutionnaire" qui était prôné par la CGT jusque dans les années 70.

Au delà de la querelle de clocher, puisque FO revendique la paternité de la CGT (mdr) alors qu'elle est la résultante d'une scission, il est utile de préciser que la CGT a abandonné la lutte révolutionnaire depuis plus de 30 ans. Quand au prétendu lien de subornation avec le PCF n'est que la résultante du fait que 25% des français votaient communiste à la libération et qu'il a été définitivement mis à l'index depuis l'arrivée de Bernard Thibaud (rendons à César ce qui lui appartient).

à Bobi (à propos de la création des conseil des prud'hommes) :
En l'an 1296, le conseil de la ville de Paris créa vingt-quatre prud'hommes et les chargea d'assister le prévôt des marchands et les échevins afin de juger, en dernier ressort, les contestations qui pourraient s'élever entre les marchands et les fabricants qui fréquentaient les foires et les marchés établis à cette époque. Cependant, dans plusieurs villes maritimes, notamment à Marseille, existe une espèce de conseil de prud'hommes dont l'origine paraît fort ancienne. Fut promulguée la loi du 1er juin 1853 qui, plus d'un demi-siècle, resta en vigueur dans ses plus importantes parties. [...] pour la suite rechercher dans wikipedia.

Bonne soirée à toutes et à tous !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
bvo wouldyoulikeme je te felicite des progrès

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :