France : pas de retour de la croissance avant mi 2009

L'économie française devrait continuer de se contracter au premier semestre 2009, mais l'Insee espère un retour de la croissance dans la deuxième partie de l'année. Bercy, quant à lui, maintient ses prévisions. Le secrétaire général de l'Elysée, Claude Guéant, a déclaré qu'il fallait s'attendre à une période difficile de 12 à 18 mois et n'exclut pas d'autres mesures de relance s'il le fallait,

2 mn

D'après la dernière note de conjoncture de l'Insee, publiée ce vendredi, le PIB (produit intérieur brut) de la France va reculer de 0,8% sur les trois derniers mois de cette année, de 0,4% entre janvier et mars 2009 et de 0,1% au deuxième trimestre. L'économie du pays ne devrait renouer avec la croissance qu'à partir de l'été prochain.

Le secrétaire général de l'Elysée, Claude Guéant, s'est exprimé sur ces chiffres, quelques heures avant le conseil des ministres prévu ce vendredi, où doit être présenté le plan de relance de 26 milliards d'euros proposé le 4 décembre par Nicolas Sarkozy. "La plupart des économistes considèrent que nous devons traverser une période de difficultés de l'ordre de un an à 18 mois", a déclaré Claude Guéant sur France 2. "Cette annonce de l'Insee nous confirme dans le diagnostic qui a été fait par le président de la République, à savoir qu'il fallait faire vite un plan de relance", a-t-il ajouté.

Claude Guéant a souligné que ce plan devait se traduire par à peu près 1% de croissance, une moindre récession et "par la création ou la sauvegarde d'environ 100.000 emplois."  Toutefois, "aujourd'hui rien ne permet de penser qu'il faudra techniquement d'autres mesures, mais s'il le fallait d'autres mesures seraient prises", a-t-il précisé.

Par ailleurs, au vu de la baisse de la croissance sur le dernier trimestre, l'Insee prévoit une croissance annuelle d'à peine 0,8% en2008, après +2,1% en 2007. Fin juin 2009, l'institut de statistiques anticipe un acquis de croissance négatif de 1,1%. Pour que le PIB augmentent en 2009, il faudrait donc qu'il progresse de 1,4% aux troisième et quatrième trimestres. Un scénario qui semble peu probable pour les analystes de l'Insee.

Ces derniers voient mal comment le pays pourrait enregistrer une croissance comprise entre 0,2 et 0,5% l'an prochain, comme le prévoit le gouvernement, mais Christine Lagarde, la ministre de l'Economie, la maintient tout de même. Selon elle, la note de conjoncture de l'Insee ne prend pas en compte les effets du plan de relance français, qu'elle évalue à +1% du PIB, et ceux des plans de relance des autres pays de l'Union européenne, qui devraient apporter 0,5% de croissance en plus, selon elle.

L'Insee ne partage pas l'optimisme du ministre de l'Economie. Il prévoit une toute petite hausse de 0,1% de la consommation au quatrième trimestre, puis une stagnation sur les trois premiers mois de 2009. Dans le même temps, l'investissement des entreprises devrait baisser de 1,6 et 1,7%.

Selon Eric Dubois, le chef du département conjoncture, la faillite brutale de Lehman Brothers en septembre a créé une réaction en chaîne. Au-delà des inquiétudes sur les marchés financiers, elle a provoqué "un changement radical d'appréciation des perspectives économiques par les entreprises".

Le coup d'arrêt des investissements s'est accompagné d'une forte dégradation sur le marché du travail. L'Insee table ainsi sur la destruction de 147.000 emplois dans le secteur marchand non-agricole au deuxième semestre 2008 et de 214.000 au premier semestre 2009. Le taux de chômage devrait remonter à 8% de la population active en France fin juin 2009.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 8
à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Oui, le chômage croit et ce sont les salariés qui paient l'addition. 320 Mds pour les banquiers et la finance et pas un mot sur la garantie d'emploi et surtout l'augmentation des salaires pour relancer la croissance.

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
illusions de mme.Lagarde. ------------------------------- Le chômage va croître massivement. -------------------------------------------- L/insee semble être plus proche des réalités que la ministre. --------------------------------------------------...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Analyse de l INSEE trés pragmatique, l'economie repartira si le moral (la conso) des menages remonte or il n'a jamais été aussi bas(vu de mes observations). Combien de professionnels, petites entreprises sont en chomage"technique "forcés?combien de t...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
disons : pas avant mi 2010.

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
L'INSEE, ce sont ceux qui n'ont pas venu venir la crise ? Ceux qui, aussi, avaient prévu ene croissance négative au troisième trim 2008 alors qu'elle a été légèremment positive ? Sans investissement ? Rappelons juste qu'en général des biens d'inves...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Selon elle, la note de conjoncture de l'Insee ne prend pas en compte les effets du plan de relance français, qu'elle évalue à +1% du PIB, et ceux des plans de relance des autres pays de l'Union européenne, qui devraient apporter 0,5% de croissance en...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
A la lecture des différents journaux économique,je ne vois pas comment et d'ou viendrait le miracle soyons lucides et pragamatiques comme notre président, il faut retrouser les manches et faire remettre en marche notre matiére grise, assez de ce gen...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
pour ta raison raymond : renseigne toi bien le 3eme trimestre 2009 a été négative, -0.1%. On nous ment en nous faisant croire n'importe quoi. C'est l'insee qui à raison mais c'est politiquement incorrecte de dire que la france était déjà rentré en r...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.