Nouvelle journée d'action syndicale le 19 mars

 |   |  364  mots
Les huit confédérations syndicales françaises ont décidé d'organiser une nouvelle journée d'action commune le 19 mars afin de demander des mesures sociales face à la crise.

A un peu plus d'une semaine de leur rencontre avec Nicolas Sarkozy, les syndicats maintiennent la pression en appelant  lundi soir à une nouvelle journée d'action le 19 mars. Les huit confédérations syndicales françaises (CGT, CFDT, FO, CFTC, CFE-CGC, FSU, Unsa et Solidaires) préservent ainsi leur unité, qui leur avait permis de faire de la mobilisation du 29 janvier un succès avec un à 2,5 millions de manifestants dans les rues selon les sources.

Jeudi dernier, lors de son intervention radiotélévisée "face à la crise", le chef de l'Etat avait convié les partenaires sociaux le 18 février à l'Elysée pour un "sommet social" afin de discuter d'une série de propositions. Il avait proposé des négociations sur trois sujets: une meilleure indemnisation du chômage partiel, une meilleure indemnisation pour les fins de contrats à durée déterminée et l'amélioration de la couverture chômage des jeunes.

Pour les classes moyennes, il s'était dit ouvert à la suppression de la première tranche de l'impôt sur le revenu, à une augmentation des allocations familiales et à l'octroi de chèques emploi service pour les personnes âgées ou les femmes seules qui travaillent. Il avait par ailleurs proposé de rediscuter du partage des profits des entreprises selon la règle des trois tiers: un tiers pour les salariés, un tiers pour les actionnaires et un tiers pour les entreprises.

Les syndicats avaient fait part de leur "déception" au lendemain de l'intervention du chef de l'Etat. Lundi matin, Bernard Thibault, secrétaire général de la CGT, a prévenu que fixer une date pour une nouvelle mobilisation était "un moyen de rappeler que nous attendons des mesures concrètes et rapides que nous n'avons pas perçues dans le discours du président de la République".

Son homologue de la CFDT, François Chérèque, a jugé pour sa part qu'il n'y avait "rien de très précis" dans ce qu'a annoncé le chef de l'Etat. "Le programme d'investissements publics ou les mesures sur le chômage partiel sont utiles. Mais tout cela est trop morcelé", déclare-t-il dans un entretien à Libération.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
On ferait mieux d'être solidaire en pareille circonstance et choisir la compréhension, à l'inverse des syndicats qui ne cherchent pas de solutions mais au contraire vont à l'encontre des problèmes.Bon nombre de français dont je suis, en ont assez de leur réaction irresponsable qui desservent la nation entière.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Ce n'est pas exact de dire que la suppression de la première tranche d'impôts est destinée à favoriser les classes moyennes.
Les plus hauts revenus profiterons aussi à plein de la suppression de cette tranche.
Ainsi, un contribuable de la classe moyenne qui payait 150 euros d'impôts économisera 150 euros pour la suppression de la première tranche, alors qu'un contribuable aisé en économisera 320, soit la première tranche complète (5821 euros à 5,5%).
C'est une mesure qui favorise plus ceux qui gagnent plus. Mais est-ce vraiment scandaleux ?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
plein de cul des grevistes. toujours les pauvres qui tringuent. les gros richard ont leur voiture pour se rendre à leur bureau. les autres, pas de RER. bravo et vive la france !!!!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Messieurs les syndicalistes, pour faire repartir l'économie je pense qu'il vaudrait mieux aller au travail pour gagner des euros qui vous permettraient d'acheter une auto et autres équipements <mad in France>!!!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
une autre journee de travail perdu...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Le 19 mars ? Dans 1 mois 1/2 ? !! C'est beaucoup trop tard ! !

Et puis, reste à voir quelle action ? Si c'est pour encore défiler 2 heures dans la rue, et puis rentrer tranquillement chez soi, c'est pas la peine...
Il faut une grêve générale reconductible, avec occupation pacifique de points stratégiques dans tout le pays.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Absolument rien pour les retraites,monsieur Sarkozy n'est pas le président de tous les Français,ce qu'il avait promis dans sa campagne.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
syndicats: regroupent une bande d assistes et irresposables
et encore une fois on pourra voir toute bande de la gauche caviar en tete du defile alors que c est eux qui ont mis en olace les 35 heures
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Le gouvernement doit impérativement préparer un plan de sours alimentaire pour les chômeurs et les précaires. Ce plan doit prévoir de secourir une dizaine de millions de personnes
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Et oui! On voit bien le dogmatisme et l'idéologie des syndicats; Ils n'attendent même pas la réunion gouvernement/syndicats ! cela veut tout dire sur la mentalité des soi disants syndicats
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Pedro devrait prendre des cours d'orthographe.....!!!!

Vraiment un commentaire de cité...!!!!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Des millions de personnes ne peuvent s'exprimer (grande distribution et autres )au risque de se faire virer...
Ou est l'égalité ?
La paupérisation d'un plus grand nombre n'est pas une solution.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
bravo l'illustration. un cliché dans le pire sens du terme : "mouvement social" s'illustre par "cohue sur un quai de gare avec les rails vides". Photo qui, d'ailleurs, pourrait être prise toutes les 5 minutes, n'importe quel jour, sur un quai de métro parisien entre 7 h 30 et 8 h 30...
Vous pourriez continuer dans le même genre : un article sur le viol illustré par une jeune femme en minijupe, un sur l'explosion du chômage illustré par une personne faisant la sieste sur un hamac suspendu à deux palmiers, un sur les Français illustré par une baguette de pain et un saucisson.
Et pourquoi pas : un papier sur les journalistes avec une photo de cocktail mondain !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Beaucoup ne savent pas écouter: la supression de la première tranche d'impôt (celle à 5 %...)ne profiterait qu'à ceux qui la paye, donc les plus petits revenus imposables (quand on sait qu'à partir de 1 SMIC, célibataire, on y est assujetti...), mais rien pour les tranches supérieures... Ras le bol de la stupidité de certains, de la naïveté d'autres, et de la désinformation systématique des syndicats et des partis politiques d'opposition, qui ne font que s'opposer sans jamais rien proposer de réaliste, alors qu'ils nous ont mis dans cette situation quand ils étaient au pouvoir... A l'époque, y'avait des sous dans les caisses... mais, Français, vous avez la mémoire courte! Sûr que si la Gauche était au pouvoir, il n'y aurait aucune manifestation! Rappelez vous... Mais non, vous n'en êtes pas capables, vous avez la mémoire courte!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
A tous les gricheux de la "vraie" France.
Ah que dommage que Clémenceau ait accordé les 8 heures par jours et le front populaire les congés payés. Ce serait tellemeent mieux sans. Je me demande même si le travail des enfants.....Que valent les avancées sociales quand on a un petit esprit, pour préserver sa petite maison, sa petite voituer, ses petites vacances. Ouh, les méchants grévistes.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Et tous ces syndicats (de fonctionnaires et autres regimes speciaux), on ne les entend pas parler des retraités par exemple, mais toujours des mêmes sujets à longueur d'année : éducation (on voit à quel niveau elle se situe), défense du service public (ainsi appelé, mais l'on constate à chaque grève que c'est bien là leur dernier souci), quant à la SNCF, ils sont devenus les champions toutes catégories des nombres de grèves au monde (et il faut voir les motifs invoqués).
Alors messieurs les syndicalistes, quand les retraités vont-ils entendre vos voix?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Je ne comprends pas les syndicats, on leur propose de discuter de leurs revendications et de trouver des solutions le 18/02 et les voilà à nouveau (avant même d'en avoir discuté et débattu) avec une nouvelle journée d'action le 19 mars! C'est vrai que celà permettra une fois de plus d'entretenir notre bonne réputation européenne pour ne pas dire mondiale, de pays de grève permanente! Super les gars. On avait bien besoin de cela en période de crise! C'est beau l'image de la France!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
c'est DANS LES PERMANENCES DES PARLEMENTAIRES que les grevistes doivent se rendre très régulièrement pour bien leur faire comprendre qu'ils doivent agir dans l'intéret de la NATION qui les a élus. Messieurs les grévistes, ajoutez un slogan dans vos défilés : "PARLEMENTAIRES, et vos ASSISTANTS, au BOULOT DANS VOS PERMANANCES du LUNDI MATIN au DIMANCHE SOIR"
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
BERCI : il m'a semblé que lors de la dernière grève, les transports en commun fonctionnaient plutôt bien !!!
Quant au prochain mouvement, j'espère tout simplement qu'il sera encore plus massif que celui de février, et si il le faut, que le rapport de force avec le gouvernement se durcisse. Regardez ce qu'il se passe en Guadeloupe ou Martinique ..
Que la solidarité entre salariés du Public et du privé perdure et se renforce. Et ensemble nous gagnerons .......
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Les syndicats sont irresponsables. Si ils ne comprennent pas que dans le secteur privé l'investissement d'aujourd'hui c'est l'emploi de demain. Bien sur le secteur public et sa force de nuissance peut reclamer du pouvoir d'achat puisqu'il est pas financé par les prélevements sur les vrais actifs. Les poliques de gauche seraient bien inspirés d'avoir des propositions responsables plutot que de faire de la suranchere pour prendre la place, dont par ailleurs ils ne rauraient que faire. Rappelons nous du dernier gouvernement de gauche et de son immobilisme, sauf bien entendu les 35H que l'on paient toujours au prix fort aujourd'hui. Enfin la redistribution déjà importante, plutot que d'être sans cesse augmentée devrait peut être se reorienter vers les plus fragiles, les vrais.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
une greve surtout apres les sports d hivers de nos profs ..PS....encore du negatif pour les cites RENE l orthographe est secondaire
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
@ Poldris : Vous savez déjà comment sera supprimé la 1ere tranche d'impôts alors que le ministre du budget évoquait plusieurs scénarios hier soir et que tout ceci doit passer à l'assemblée !?@ les absents : La retraite , Qu'est ce qu'elle vient faire la dedans , Les retraités ne risquent pas de perdre leur emploi ! ARRETONS de mettre de l'huile sur le feu et de pleurnicher ! Relevons les manches pour PASSER ce cap.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Pour compenser les pertes économiques de chaque grève pourquoi les tours Operators n'organisent ils pas des voyages pour montrer "in live" une manif Française ?
Nous avons la chance d'avoir une publicité gratuite à Bruxelles profitons en.
Le champagne, la mode,la Tour Eiffel,c'est bien une manif c'est spectaculaire!!!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Pendant que les Etats Unis et les autres pays européens essayent de faire face à la crise d'une façon réfléchie, nous en France, la seule solution proposée par nos syndicats est la grève.
Ils sont tellement nuls en économie, qu'ils n'ont aucune solution à proposer sinon amener le pays à la ruine.
Avec cette politique désuete, simplement pour garantir un maximum de voix lors des elections syndicales la France restera le boulet de l'Europe.
Il faut peut être que les Thibaud and CO réfléchissent que derriére nous il y a des jeunes. Mais le problème comment faire réfléchir un cégestite, puisque son cerveau ne connait que le mot grève.
D'ailleurs pour illustrer ces propos il suffisait de regarder hier soir au JT de France 2 le reportage éloquent sur la situation en Martinique pour constater la nuisance de la CGT.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Et le pouvoir d'achat des classes moyennes le jour de greve : payer quelqu'un pour s'occuper des enfants qui n'auront pas d'école ou bien perdre une journée de travail (donc perte de salaire). Les syndicats ne peuvent pas utiliser leur week end pour manifester !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Tiens, vous avez "oublié" la dernière phrase de mon commentaire précédent ! !
Vous avez peur ?? Rassurez-vous, ce n'est pas vous qui l'avez écrite ! C'est moi.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Au fait, ma phrase, c'était : "jusqu'à la démission du dictateur".
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
chute dans les sondages , le peuple dans la rue ,pas de travail.
Au revoir Mr SARKOZY ,
sauf si les cités de non droits explosent comme en decembre 2005 pour detouner le regards des francais et zorro SARKOZY sera présent pour sauver le petit peuple.
Je plaisante nous sommes en démocratie..
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
contrairement a ceux qui se plaignent et ne font rien je suis pour manifeste mon mecontentement,mr sarkozyet et son gouvernement ont sans doute oublie les accord de 2003.comment leurs faire confiance?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Les syndicalistes n'en déplaise aux ultra libéraux et aux ultra gauche sont des gens responsables. La colère monte dans le pays le rôle et la fonction des syndicalistes est de l'entendre, de la synthétiser, de la traduire en revendications et de porter ces revendications devant le patronat et l'Etat c'est la fonction des syndicats dans un état démocratique, dans un état de droit.
Les réponses apportées notamment par le Chef de l'Etat lors de sa prestation à la télévision sont partielles et partiales, et n'ont pas majoritairement convaincu le peuple de France, les sondages témoignent. C'est ce message que porteront les syndicalistes au Chef de l'Etat pour qu'il corrige sa copie comme lui demande son peuple. Il dit entendre mais ne pas écouter, s'il presiste ainsi lors des négociations concernées il n'aura plus d'interlocuteurs c'est alors la rue qui prendra la parole avec tous les risques que celà comporte quand on connait l'appétence de certains démagogue, n'oublions pas l'histoire et la crise de 29 qui a engendré Mussuolini, Franco et Hitler. Les sondages disent aujourd'hui que le peuple n'est pas satisfait des réponses du chef de l'Etat mais ne semble pas pour autant adhérer à celles de l'opposition parlementaire alors vers qui se tournera le peuple pour être entendu ? attention danger....
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Mouhai, c'est pas un jour vit'fait qui va changr les choses...

De quoi on a peur? De perdre le micro confort qu'on a ?? On va le perdre de toute façon...

Grêve d'occupation massive et point... Y'a que comme ça que ça bougera... C'est sûr qu'on risque de prendre des coups sur le courgeon, mais on n'a rien sans rien... On est vraiment des veaux... Lobotomisés devant koh-lanta, star'ac et nip/tuck...

On est des millions de féniants...Ils sont 2000 à la tête de l'état et ils le savent trop bien !!!

Faut bouger !!!!!!!!!!!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
l' Ultra-conservatisme de la gauche et des syndicats mène la France à sa perte. Quoi que les gouvernements de droite fassent, quoi qu'ils disent, l'incommensurable bêtise et l'irresponsabilité des pleurnichards de gauche font frein à tout progrès, surtout social, mais aussi économique et industriel. Il faut se prendre en charge, au lieu de se comporter en mineurs assistés, comme lorsque dans l'enfance où, on attend tout de ses parents, dont le rôle est aujourd'hui tenu par l'Etat.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Pedro,Tu as une grande finesse dans le texte et l'on s'aperçoit que ta culture politique est profonde. Ton raisonnement étant très pointu, il serait bon que tu emploies des mots simples pour la compréhension de tous....
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
"Pour les classes moyennes, il s'était dit ouvert à la suppression de la première tranche de l'impôt sur le revenu", je suis heureux ainsi d'apprendre que je ne fais donc pas partie de la classe moyenne mas que j'appartiens a la classe des super-riches puisque marié et avec 3 enfants, mon épouse à 1600 euros/mois et moi-même à 2300 euros/mois nous payons plusieurs milliers d'euros d'impots donc forcément dans une tranche supérieure que cette fameuse première tranche... Et j'aurai donc droit en tant que super-riche (3900 euros de revenus/mois pour 5) à une réduction d'impot de 300 euros pour l'année... Avec ca je vais pouvoir payer la CSG qui a augmentée de près de 15% en moins de 2 ans, payer également la hausse de la redevance télé et tout le reste.
Merci les syndicats et continuez à bien faire fuir les vrais riches vers la belgique, comme cela dans 5 ans quand le pays sera vidé des gens fortunés, je ferai parti des 200 familles les plus riches de france avec mes 3900 euros/mois et avec un peu de chance notre pays sera considéré comme pays de production a bas cout !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Il y a un problème de fond dans notre système et il a pour résultat l'enfoncement progressif. Les syndicats réclament des salaires, les patrons souhaitent un abaissement des charges, l'état navigue, les retraités et les chomeurs subissent. je propose que l'on prenne le problème autrement car il me semble que la vraie cause du dysfonctionnement est détectable. Dans un premier temps il faut juguler la cause première qui est une inflation galopante des prix à la consommation (les chiffres de l'INSEE sont faux car ils sortent d'un protocole de recueil qui est obsolète). Ces prix ne viennent pas des producteurs contrairement aux affirmations des professionnels de la distribution. Ils viennent des étages construits par cette même distribution qui cumule des marges successives. Il faut constituer un service d'audit très musclé et supprimer les intermédiaires. Par exemple, les prix des produits chinois sont arrivés à être équivalents à ceux qu'auraient été les produits français mais qui ne sont plus. C'est l'importateur qui se régale avec la bénédiction de nos fonctionnaires de Bercy. Difficile de développer ici mais en résumant il faut arrêter toute augmentation... interdit d'augmenter les prix, les salaires, les charges et on audite le système pour le purger et ramener les prix à la consommation à un niveau raisonnable. Quant au pétrole il est à 40 cents le baril et le prix du gasoil à la pompe devrait être de l'ordre de 50 cents. Total et l'état engrangent sur le dos des consommateurs et il y a donc de la marge avant d'augmenter les prix à la pompe.
On ne peut pas continuer dans un système où toutes les autorités soutiennent le concept du particulier = vache à lait. Il est impératif que l'état change radicalement sa politique d'économie intérieure.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Bravo Pedro et Nini 92
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
la grève : un luxe de fonctionnaires.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Toujours les mêmes querelles, gauche ou droite, public ou privé, pauvre ou riche , ouvrier ou patron,... à chacun son discours suivant sa position . Et des miettes sociales pour assagir "le peuple" et des cadeaux aux multi-nationales pour conforter "l'intelligentsia" .
La "rue" a contribué à l'abolition de l'esclavage . Qu'en est-il maintenant ?
La photo parle d'elle-même , le monde sur les quais du métro parisien ... (le privé?) , les revendications des grévistes dorment dans les tiroirs de l'Elysée . L 'ensemble des fonctionnaires est traité de "fainéant?",
"privilégié ?", etc... .
La haute bourgeoisie s'en frotte les mains, même en temps de guerre , elle y trouverait son bonheur . " Les bras", parait-il,
sont juste là pour ramasser la poussière et
l'indigent continuera à vider les poubelles du 16ème . Dans le "9 3" , les voitures
sont brûlées ..., pas besoin d'explications sociologiques pour le comprendre . Quant à la condition humaine ..., Mozart a fini dans la fosse commune !



a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Un effort solidaire est nécessaire pour les chômeurs, les familles monoparentales en grande difficulté. Une augmentation du SMIC serait inutile et contre productive ; rappelons nous les relances ratées de 75 et 81, elles ont créé des emplois...à l'étranger !!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
A quoi à servi la première grève quand on entend parler notre président une semaine plus tard à la TV ?? Moi aussi je suis mécontent de la crise mais que voulez-vous ? Il s'agit d'une crise mondiale. Pour les retraites on sait très bien que le système va s'écrouler dans les années à venir. C'est un problème démographique sur lequel s'est gréffé les délocalisations. Résultat : il n'y aura plus assez d'actifs et nos enfants iront travailler à l'étranger. C'est ça le capitalisme. Nous allons devenir un pays pauvre et les grèves n'y feront rien.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Attendons le bulletin météo pour la journée du 19 mars ,
pluie pour certains, soleil pour d'autes, et sûrement
laque'cris'meaux'gênes pour qui ... : "luxe de
fontionnaires" . Oublieront-on un joli mois de mai : maiS c'est vrai, l'exemple est donné au gouvernement .
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
la grève : tous les acquis sociaux .
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Une grève et un défilé de plus pour rien,si ce n'est d'em......un peu plus la population normale ! je veux dire ceux qui travaillent(ou essaillent) et produisent pour le bien du Pays et de tous en fin de compte,même pour assurer la vie de ceux qui défilent ! Cela rapporte quoi ? Est-ce
la solution à la crise actuelle ? Bien sûr que non ! Ce n'est pas cela qui va tout remettre en ordre ! Nos
salaires,à nous du privé)ne vont pas changer,ormis la
perte d'une journée,le paiement d'une garde pour les enfants et la galère pour ceux qui ont à se déplacer,nos retraites ne vont pas changer et nous aurons encore plus de mal à joindre les deux bouts ! Mais les syndicats n'en n'ont rien à foutre de çà ! ce qui compte pour eux,c'est de se montrer et d'agiter des banderolles et de danser,pour laisser derrière la place aux casseurs ! beau résultat en réalité....
Ce qui compterait aujourd'hui,c'est de faire front "tous ensembles" à l'adversité et de trouver des solutions,mais nous sommes loin de ce résultat,il vaut mieux manifester en semaine plutôt qu'à la fin de semaine pour enquiquiner un peu plus de monde,le dimanche çà les gènerai plus eux que les autres ! pas vrai ?
Croyez moi,ceux qui ont les moyens,il y a longtemps qu'ils se sont mis à l'abri de toutce vacarme ! eux et leur argent,ceux qui en pâtissent c'est nous,les petits.....
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
C'est une fois encore ce que les Syndicats appellent le dialogue social....
Quand les multiples journées de grève seront passées, y aura-t-il moins de crise et plus d'emplois ??
Va-t-on re-embaucher encore plus de fonctionnaires et fermer nos frontières aux produits étranger?
Va-t-on re-nationaliser banques et entreprises dans l'automobile, l'aviation, l'informatique... et espérer exporter le moindre produit fabriqué en France ?
L'impôt sur l'emploi ( Taxes Professionnelle, charges sociales,,,, ) va -t-il baisser et nous rendre plus compétitif?
Va-t-on enfin comprendre que la taxe professionnelle, chacun d'entre nous la paie déjà dans le c-oût des produits et services fabriqués en France ?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Il faut rappeler que ce sont les contribuables qui paient l'intégralité des coûts très élevés des parlementaires, Députés, Sénateurs, et leurs nombreux assistants - Pour améliorer l'impact des greves, il faut maintenant passer a une phase active, les grevistes doivent rendre visite régulièrement aux parlementaires dans leurs permanences, et de surcroit, les parlementaires doivent se mettre au rythme des salariés qui travaillent en semaine, pour cela les parlementaires doivent ouvrir le samedi et le dimanche... comme cela il y aura des dialogues réguliers entre les salariés et les parlementaires, pour les informer et pour les féliciter !!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

La crise est mondiale , dit-on . La taupe : je ne l'avais pas vue ( normal le métro est souterrain) .
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
ils ont bien de la chance ces gens qui peuvent s absenter de lur travail moi je n ai pas cette chance travaillant dans une PME - lors de la derniere manifestation il etait indeniable que les syndicats sont hyper organises et ont des moyens financiers/ techniques car des dizaines de cars etaient gares pour attendre le retour des manifestants (je travaille a cote d Opera a Paris) - Non seulement ces journees de greve coute a notre economie qui ne brille pas par son dynamisme mais aussi perturbent les usagers comme moi qui n ont pas les moyens de louer des cars pour rentrer chez eux - Etre solidaire disent ils - la solidarité commence pas l egalité et le droit du travail
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
la grève :jour de fête pour les fonctionnaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Et allez encore une journée ou les travailleurs du privé vont s'en voir pour aller travailler...et oui car il y'en a qui bossent messieurs du public...Faire greve pour montrer son mecontentement de la "non-aide" envers "le peuple" en les empechant de travailler, donc en leur faisant perdre de l'argent,mais quelle logique fantastique...Grever plus pour gagner moins!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
oui c'est une bonne idée, il faut aller faire la leçon aux députés et aux sénateurs, dans leurs permanences, le plus souvent possible, c'est facile à faire, les salariés et les sindicalistes peuvent y aller en car, demander des comptes aux députés et aux sénateurs, leur demander de justifie leur salaires mirobolants, à quoi ils servent ? que font ils pour faire punir les responsables de l'escroquerie mondiale des financiers...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Je pense sincèrement que les partisans des grèves et manifestation en tous genres ont un confort de vie et de travail que beaucoup dans le privé n'ont pas;
Et ceux sont ces mêmes personnes qui manifesterons contre la gauche si elle revient au pouvoir.
La France est peuplée de feignants, prenez exemple sur les anciens ils vivaient avec ce qu'ils gagnaient et non pas d'assistanat, plus ont vous assisteras et plus vous paierez d'impôts.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
L'ignorance économique des français est ahurissante .Ils semble ignorer que la crise est mondiale ,qu'elle va toucher de plus en plus de personnes et que c'est donc celles-ci qu'ils faut protèger le plus possible et non augmenter salaire et retraites ence moment même si c'est plus que très désagréable .Il y aura des plus malheureux que nous qui avons encore travail et retrait ,meme si elle est petite . Les propos tenus par le Chef de l'Etat vont dans ce sens et il faut l'aider sur ce terrain .La solidarité est indispensable . Ensuite reprenons nos Vieilles querelles idéologiques ,utopiques tres françaises si bon nous semble
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Toujours les mêmes, agrippés en pleurant aux jambes du secteur privé. Les syndicats volent le vote des Français. Non représentatifs ni des opinions des actifs ni de ceux de la société, ils défendent leur clientèle avec les recettes habituelles. Est-ce qu'un syndicaliste ou un gréviste peut nous expliquer pourquoi ils ne prendraient pas pour mot d'ordre "nous voulons des formations pour tous"? ça serait plus constructif que "donnez moi votre argent, mon emploi est garanti donc je passe à la revendication supérieur. Crise ou pas crise donnez moi votre argent. Dette ou pas dette donnez moi votre argent. Les enfants la paieront donnez moi votre argent. Et embauchez des collègues parce que je ne veux pas terminer trop tard dans l'après midi et je n'ai aucune envi de trouver des solutions pour améliorer mon service ça changerait mes habitudes et par essence je me méfie du changement." Les syndicats profitent de la crise et des peurs des citoyens, ouvrez les yeux ils ne défendent que les intérêts d'une minorité et n'ont que très peu de légitimité. Sur les 70% de Française qui "soutiennent les grèves" la plupart veulent exprimer leur mécontentement par rapport à la dégradation de leur conditions de vie. Les syndicats exploitent cette volonté éparse et hétérogènes pour se concentrer sur des revendications utopistes ou très précises mais ne profitant qu'à certains. Si la volonté des urnes n'est pas respecté, ça finira dans la rue un de ces jours en effet...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Toujours les mêmes, agrippés en pleurant aux jambes du secteur privé. Les syndicats volent le vote des Français. Non représentatifs ni des opinions des actifs ni de ceux de la société, ils défendent leur clientèle avec les recettes habituelles. Est-ce qu'un syndicaliste ou un gréviste peut nous expliquer pourquoi ils ne prendraient pas pour mot d'ordre "nous voulons des formations pour tous"? Ca serait plus constructif que "donnez moi votre argent, mon emploi est garanti donc je passe à la revendication supérieur. Crise ou pas crise donnez moi votre argent. Dette ou pas dette donnez moi votre argent. Les enfants la paieront donnez moi votre argent. Et embauchez des collègues parce que je ne veux pas terminer trop tard dans l'après midi et je n'ai aucune envi de trouver des solutions pour améliorer mon service ça changerait mes habitudes et par essence je me méfie du changement." Les syndicats profitent de la crise et des peurs des citoyens, ouvrez les yeux ils ne défendent que les intérêts d'une minorité et n'ont que très peu de légitimité. Sur les 70% de Français qui "soutiennent les grèves" la plupart veulent exprimer leur mécontentement par rapport à la dégradation de leurs conditions de vie. Les syndicats exploitent cette volonté éparse et hétérogènes pour se concentrer sur des revendications utopistes ou très précises mais ne profitant qu'à certains. Si la volonté des urnes n'est pas respectée, ça finira dans la rue un de ces jours en effet...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Toujours les mêmes, agrippés en pleurant aux jambes du secteur privé. Les syndicats volent le vote des Français. Non représentatifs ni des opinions des actifs ni de ceux de la société, ils défendent leur clientèle avec les recettes habituelles. Est-ce qu'un syndicaliste ou un gréviste peut nous expliquer pourquoi ils ne prendraient pas pour mot d'ordre "nous voulons des formations pour tous"? Ca serait plus constructif que "donnez moi votre argent, mon emploi est garanti donc je passe à la revendication supérieur. Crise ou pas crise donnez moi votre argent. Dette ou pas dette donnez moi votre argent. Les enfants la paieront donnez moi votre argent. Et embauchez des collègues parce que je ne veux pas terminer trop tard dans l'après midi et je n'ai aucune envi de trouver des solutions pour améliorer mon service ça changerait mes habitudes et par essence je me méfie du changement." Les syndicats profitent de la crise et des peurs des citoyens, ouvrez les yeux ils ne défendent que les intérêts d'une minorité et n'ont que très peu de légitimité. Sur les 70% de Français qui "soutiennent les grèves" la plupart veulent exprimer leur mécontentement par rapport à la dégradation de leurs conditions de vie. Les syndicats exploitent cette volonté éparse et hétérogène pour se concentrer sur des revendications utopistes, ou très précises mais ne profitant qu'à certains. Si la volonté des urnes n'est pas respectée, ça finira dans la rue un de ces jours en effet...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
La pension de retraite d'un fonctionnaire et d'un privé est très différente. Le premier perçois 75 % de ses six derniers mois de salaire, le second perçois 50 % de ses 25 meilleurs années + la pension complémentaire ce qui représente au mieux 65 % manque 10 % environ de pension.
Aussi je suis certain que pas mal d'entre nous ont oubliés les 14 de la gauche au gouvernement = 1°) suppression de l'échelle mobile - 2°) la création de la CSG - 3°) le blocage pendant 5 ans des augmentations salariales suite au 35 heures 4°) les retenus sociales passant de 14 % 24 à 25 % 79 ce qui représente 11 % 50 de moins sur le salaire de base.
Sur un salaire de 1000 euros avant la gauche, après retenues sociales il nous restait 857 euros 76, après pour le même salaire il nous reste 742 euros 10 = différence 115 euros 45 de manque.
Je ne parle pas du passage du franc à l'euro ou sur le même article ex : la salade mesclun qui coutait 50 francs le KILO dès le lendemain elle est passée à 10 euros le kilo soit 15 frans 5957 > soit 15 francs 60 = + de 30 % d'augmentation !!! qui dit mieux.
Quand à nos représentants syndicaux de la nation, ils ne risquent rien puisque Salariés d'entreprises d'état, ex Thibaud de la CGT = SNCF et si je pousse sur l'extrême Besanceno = La POSTE.
Donc devant la crise mondiale qui ne peut qu'apporter des conflits inutiles levons nous les manches et bossons comme le font d'autres pays.
Maintenant je me pose la question quel sera le gouvernement qui aura l'audace de réduire nos charges sociales au lieux d'augmenter les salaires ex: passer de + de 25 % à 18 % soit près de 7 points de moins (comme ils le pour les entreprises) ce qui donnerait pour un salaire de 1000 - (18%) 180 soit 820 au lieu de 1000 - (25%79) soit 742,10
Une idée possible pour nos syndicats mais !!!!!! Mais là il faudra un contrôle sérieux sur la consommation d'eau afin que certain petit malin ne profite pas encore du système, car quand la corde est cassée même réparée elle est toujours défaillante !!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
A tous ceux qui critiquent les syndicats, je dis, mesurer vos propos, des syndicats il en faut. Imaginez un monde sans syndicats...Le conflit (la grève) gène tout le monde, mais s' il n'y avait plus ce droit quelle belle vie pour certains. Pour les gens du privé qui ne peuvent faire grève par risque pour leur job, ne critiquez pas les fonctionnaires, par pitié. Car privé et fonctionnaire c'est le même combat. Arrêtons de chercher des boucs émissaires. et laissons tomber ce discours populiste.
Un chômeur (ancien cadre dans le privé, bon petit soldat pendant 34 ans)
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Mon cher "Démocratie" les syndicalistes, les grévistes ne veulent l'argent de personne mais une répartition équitable de la richesse produite. Ce n'est plus le cas depuis plusieurs années dans notre pays ou la cupidité de certains avec la complicité des banquiers et des politiques libérales à fait glisser chaque année un peu plus la part allouée au travail au profit de la part allouée au capital. Là est le fondement de nos problèmes actuels car la part allouée au travail est celle qui majoritairement va plus à la consommation qu'à l'épargne. En effet, un salarié use de son salaire pour sa nourriture son logement l'éducation de ses enfants sa voiture et s'il en reste ses loisirs mais rarement pour des placements en bourse. Quand on réduit son pouvoir d'achat au profit des actionnaires on réduit aussi sa capacité à acheter biens et services issus de l'appareil de production et ce dernier périclite. Pour le sauver les libéraux via les banques centrales ont fait baisser le loyer de l'argent et les banquiers ont utilisé cette manne pour distribuer du crédit à tout va, combien de publicité depuis quelques années nous envahissent sur le crédit. Faute de distribuer du pouvoir d'achat on a distribué du crédit, résultats le surendettement de nombreux ménages et les crédits pourris qu'on a repasser au voisin délayés avec d'autres produits pour noyer le poisson. Le fondement de la crise d'aujourd'hui est là plus de gâteau aux actionnaires, moins de salaires aux salariés et du crédit pour compenser leur pouvoir d'achat perdu.C'était une fuite en avant aux résultats prévisibles. Si l'on veut réellement s'attaquer à la crise il faut prendre le mal à la racine et commencer par mieux répartir la richesse produite entre capital, salaire, et investissements de l'entreprise. Je ne suis pas convaincu que ce soit la volonté des libéraux, des banquiers, des actionnaires voilà pourquoi syndicalistes et salariés mettent la pression. Je pense que ce n'est qu'un début cette réflexion fait son chemin partout n'ai- je pas entendu des propos presque marxistes à ce sujet de la bouche du Président 33, 33, 33%, le plafonnement des gros salaires demandé par le Président des USA ne va-t-il pas dans ce sens ?...allez encore un effort...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Les Parlementaires sont des bons à rien, ils ne font pas leur trvail pour légiférer en vue de créer un arsenal législatif pour punir les ESCROCS qui ont mis l'économie par terre pour 4 à 5 ans - LA LECON a en tirer, c'est qu'il faut DISSOUDRE l'ASSEMBLEE NATIONALE et LE SENAT.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Je réclame le droit au travail ! Désolé je n'ai pas les moyens ni la sécurité de l'emploi pour faire grève. Lorsque j'aurais perdu mon emploi parce que mon patron en aura marre de mes absences, j'irais frapper aux portes de des syndicalistes, qui je le suppose en auront rien à faire. OUI à la démocratie mais surtout OUI à la solidarité. Je veux bien prendre la place d'un fonctionnaire qui se plaint de ses conditions de travail, il n'y a pas de problème.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
tout à fait d'accord avec empedocle, je suis ébahi par la liste (trop longue) de ces individualistes accrochés à leur petite vie quand d'autres essayent de se bouger pour tout le monde en sacrifiant vraiment 14 journée de salaire. Ce sont bien vous, votre petit nombril et vos oeillères qui enlisent notre civilisation et participent au recul intellectuel de la société. Je propose donc pour vous de revenir aux 70h et à 1 semaine de congés payés (facultative) pour satisfaire vos fantasmes réactionnaires.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Quel charabia!
pire que le café du commerce,tout et son contraire !

Ta sécu ,tes congés et le reste ,tu les dois a qui et a quoi!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
j'ai lu dans un petit livre rouge concernant le syndicat rouge d'une entreprise importante, qu'à l'époque "disont de 1904 à 1954, (toutes les décisions prises concernant les revendications), ce même syndicat effectué le vote à bulletin SECRET pour une éventuelle grève, c'était le dépouillement qui donnait la marche à suivre . Il n'avez pas de locaux ni pouvait se servir des installations de l'entreprise pour les réunions, elles se faisaient très souvent au café du coin et en plus toujours après le travail 'le soir'.
Il est vrai que cette période n'a plus vocation mais LES VOTES A BULLETIN SECRET oh que OUI cela doit encore être d'actualité !!!!! Car cela changerait beaucoup de chose, et nos chers représentants ne pourraient plus effectuer des sanctions ou des pressions du genre puisque tu ne vote pas notre sens on fera en sorte que la promotiion suivante te passe sous le nez, voire +
Donc c'est à nous de demander les votes à bulletin secret pour des éventuelles grève comme celle du 19 mars 2009, et là ce ne sera plus la même chose, la défense du pouvoir d'achat passe aussi par le travail !!!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Il y a une différence importante entre supprimer les congés payées et accorder une augmentation des salaires catégorielle en temps de crise, et compte tenu de la dette du pays à des fonctionnaires ou salariés des entreprises du public. Parceque dans notre système si bien conçu, se sont toujours les pauvres bougres qui trinquent pas les emplois/professions/branches/salariés protégés.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
il est plaisant de constater que tous les français ne sont pas de parfaits ignards en économie. Certes ils ne sont pas légions...mais cela rassure un peu face au "grand nombre" qui se regroupent derrière les syndicats et leurs idées dans un autre temps. A ce sujet Coluche disait : Le syndicalisme est à la société moderne ce que le mercure au chrome est à la jambe de bois. Coluche a tout dit!!!!!
Mais au fait Sommes nous, en plus d'être dans une crise internationale, sous une dictature? je me pose cette question puisque je n'entends nulle part, quelques grandes idées, non démagogiques, mais pleine de bon sens dans le contexte actuel, émaner du Parti socialisme. N'ont-ils pas d'idées (fort inquiétant alors pour un parti qui se veut être gouvernant demain) ou sont-ils consentants face aux mesures prises par le Président. Voilà une putain de bonne question!!!!
J'ai lu que les français étaient des veaux. je serais beaucoup plus sec. En 3 lettres!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Ce qui est marrant avec les anti-syndicalistes, c'est qu'ils ne refusent jamais les avantages que ceux-ci ont négocié pour eux ou obtenu par leurs actions... Allons messieurs les anti-syndicalistes, refusez donc 4 semaines sur 5 de congés payés (la 5eme venant du PS) ainsi que les augmentations que nous demandons pour vous... Cela vous fera toujours un peu plus d'argent et en plus vous pourrez causer en étant cohérent avec vous même !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Suite...
De plus, quand vous travaillerez de nouveau plus de 48 heures par semaine, voir même le dimanche, jusqu'à 70ans... Là vous aurez même trop d'argent car plus assez de temps pour le dépenser !
Vous ne le croyez pas ? C'est pourtant ce que l'on nous promet et vers ce quoi l'on tend. Aussi, a moins que vous vous releviez les manches, comme nos aïeux l'on fait, et preniez enfin votre destin en main, ne critiquez pas les Syndicats.
Regardez l'Histoire, 100 ans en arrière...
C'était hier.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
c'est vrai vu la situation actuel les syndicat font vite leur pub pour mettre beaucoup de monde dans la rue.... je ne pense pas que les syndicat sont des personnes qui perdes sur leur journée chaumée mais au contraire ce sont des personnes qui incite a mettre un peu plus de gent dans la misère pour une journée non travaillé...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :