Faut-il aider les DOM-TOM ?

 |   |  703  mots
Nicolas Sarkozy a annoncé ce vendredi la mise en place "sans délai" d'un Conseil interministériel de l'Outre-mer, après 24 jours de grève générale en Guadeloupe, neuf en Martinique, et un appel à la grève générale lancé à la Réunion jeudi soir. Que pensez-vous de cette crise ? Donnez votre avis ci-dessous dans l'espace commentaire.

Nicolas Sarkozy a annoncé vendredi en Conseil des ministres la mise en place "sans délai" d'un Conseil interministériel de l'Outre-mer, après 24 jours de grève générale en Guadeloupe, neuf en Martinique et un appel à la grève lancé jeudi soir à la Réunion, selon le texte de son intervention publié par l'Elysée.

"Cette crise sociale aux Antilles doit nous interpeller collectivement (...) c'est pour cette raison que je souhaite que l'on mette en place, comme je m'y étais engagé pendant la campagne présidentielle, un conseil interministériel de l'Outre-mer, sans délai", a déclaré Nicolas Sarkozy devant le gouvernement.

"Ce conseil se réunira, dans les prochains mois, pour faire des propositions sur la rénovation de la politique menée par l'Etat en Outre-mer", a poursuivi le chef de l'Etat.

"Plus que jamais, l'Etat doit être juste, il n'est au service d'aucun groupe, d'aucune catégorie sociale (...) la société antillaise a le sentiment aujourd'hui qu'elle n'est pas entendue. Nous devons continuer à nous battre, tous les jours, pour que la République fasse une plus grande place à tous ceux qui incarnent la diversité de la France", a insisté Nicolas Sarkozy.

En Martinique où la grève dure depuis huit jours, le secrétaire d'Etat à l'Outre-mer, Yves Jégo, a présenté jeudi 39 propositions qu'il a soumis au collectif intersyndical "du 5 février", qui proteste "contre la vie chère et pour l'emploi".

La grève se complique en Martinique d'une polémique entre communautés, après la diffusion d'un reportage de Canal Plus dans lequel un riche entrepreneur de la minorité békée (descendants d'esclavagistes blancs), Alain Huygues-Despointes, expliquait "vouloir préserver sa race".

Et vous que pensez-vous de cette crise dans les DOM-TOM ? Etes-vous favorable ou non à un plan de soutien pour l'outre-Mer et sous quelle forme ? Donnez votre avis ci-dessous dans l'espace commentaire.

A la Réunion, le Collectif des organisations syndicales, politiques et associatives a appelé jeudi soir à une journée de grève générale et de manifestation le 5 mars, avec des revendications très semblables à celles entendues aux Antilles.  Le syndicat Force Ouvrière a mentionné de son côté un risque en Guyane, dans un communiqué demandant à l'Etat de trouver des solutions "avant que ne s'embrase la totalité de l'Outre-mer".

Yves Jégo a ainsi indiqué à l'AFP, vendredi, que les mesures d'Etat validées mardi par le Premier ministre pour les Antilles - anticipation du RSA, aide au logement - seront applicables aussi à la Réunion et à la Guyane.

Enfin, la première secrétaire du PS Martine Aubry a affirmé craindre, dans un entretien au "Parisien-Aujourd'hui en France", "une propagation des événements qui agitent les Antilles", et réclame de "tout faire pour que cela n'arrive pas".

Négociations rompues en Guadeloupe

En Guadeloupe, la situation est toujours bloquée ce vendredi. Le Mouvement des entrepreneurs de Guadeloupe (MEG) a rendu publiques jeudi soir cinq propositions dont "une prime trimestrielle de pouvoir d'achat" de 150 euros nets, "non soumise à cotisations salariales et patronales", qui risque de se heurter au refus de l'Etat.

De même, le comité guadeloupéen LKP, à l'origine de la grève, a rompu les négociations jeudi devant le refus du Premier ministre, François Fillon, de compenser une hausse prévue de 200 euros des bas salaires par un allègement des charges salariales.

Le blocage de la situation incombe aux seuls partenaires sociaux, a estimé vendredi le porte-parole du gouvernement, Luc Chatel. "Nous avons proposé d'apporter la contribution de deux médiateurs (...) mais c'est aux partenaires sociaux de prendre leurs responsabilités et de travailler pour reprendre les discussions", a-t-il répété.

L'appel de 11 organisations de gauche

Ce vendredi, onze organisations de gauche, notamment le NPA d'Olivier Besancenot, le Parti de gauche (PG) de Jean-Luc Mélenchon et Lutte ouvrière, ont lancé un "appel unitaire" de soutien aux "travailleurs de Guadeloupe, Martinique, Guyane et de la Réunion" qui se traduira par une manifestation lundi à Paris, qui débutera à 18h Place Clichy. "Le combat des salariés de Guadeloupe, de Martinique, de Guyane et de la Réunion est le nôtre. Il est exemplaire", annonce leur communiqué.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Mr Sarkozy veut donner l'autonomie au Antilles française tous le monde le ses et les Antillais ne se rende pas conte et vont droit dans le murs salut de la par de riton
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Supprimer les dispositifs de défiscalisation, la Reunion est une ile qui a généré des opportunités pour les tricheurs et pour ceux qui auraient du mal a justifier les fonds qu'ils ont investis. Les investisseurs à la réunion qui tondent la laine sur français doivent justifie la provenance de leurs investissemetns, l'argent n'est pas toujours bien gagné !!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Indépendance aux Antilles avec rattachement à Cuba pour améliorer le niveau de vie des populations.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
le 21fevrier 2007 a cette epoque j ai envoye un courrier a sarkozy pour lui que les DOM TOM est un gouffre pour la nation et qu il fallait donner l independance meme la a CORSE sans reponse peut etre maintenant il doit ce dire que j ai vue juste
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
"La vie chère" aux Antilles? Non, pas vraiment le problème. La vie aux Antilles n'est pas beaucoup plus chère globalement qu'en France métropolitaine. O.K., certains produits peuvent être plus chers, pris isolément, en alimentation, pièces de rechange automobiles, etc.. (Jamais dans les proportions mensongères qu'on a pu entendre ces derniers jours -France Inter- "8? le pack de 4 yaourts". c'est l'inverse, en fait, 4? le pack de 8!)...
A priori des produits qui traversent tous l'océan, bateau ou avion, peuvent bien coûter un peu plus cher à l'arrivée, d'autant qu'ils ont frappés d'une stupide taxe d'octroi de mer exigée par les Elus des DOM contre l'opposition de la Commission Européenne il y a 20 ans.
On vit aux Antilles avec un pantalon,un short, et un T-shirt.. 12 mois sur 12, idem les enfants. Pas de chauffage. Une voiture, même à usage professionnel , dépasse difficilement 10000 km/an pour des raisons évidentes. Loyer et prix des logements sont à peu près identiques, sauf qu'avec 1500 euros/mois de loyer ici vous pouvez avoir une villa avec piscine et vue imprenable sur mer.. Les prix des HLM sont comparables. Le SMIG est le même. Bref il faut relativiser ce qu'on entend par vie chère globalement. En vérité cet argument de vie chère n'est pas suffisant pour justifier pareil mouvement de ruine de l'économie locale déjà si fragile.
D'autre part, ne pas oublier que les fonctionnaires & assimilés (hopitaux, collectivités locales) ont tous - quelle que soit leur origine - un complément de salaire de 40% - si les deux membres du foyer sont fonctionnaires, ce qui n'est pas rare, c'est quasiment un troisième salaire dans le foyer! Et cette partie de la population représente au moins 30% de la population active.. Il faut bien par conséquent rappeler à tout propos que la vie est très chère pour faire durer ce privilège de moins en moins justifiable.
Ce n'est pas innocent de constater que le "leader" E. DOMOTA en Guadeloupe est haut cadre de l'ANPE locale, donc fonctionnaire avec ses 40% de complément de salaire.
Le problème, c'est qu'une autre partie de la population vit d'un salaire normal, sans complément de 40%, et beaucoup de salaires sont assez bas.
Et-ce qu'on accepterait en France de systématiquement rémunérer une partie de la population avec un complément de salaire de 40% par rapport au reste des citoyens - et sans autre motif qui serait par ex. meilleure productivité, meilleure assiduité etc.
Curieux que cette anomalie soit si pudiquement tue en ce moment dans tous les media.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Aux Antilles, les gens n'ont de stratégies pour avoir un gain de cause.Il suffit tout simplement mes amis d'apporter un réel changement dans vos besoins; je vous donne des exemples concrets.
Sachez maintenant que chacun de vous est en affaires, afin de réduire les dépenses vous devez: Déposez ou remettre les portables, coupez les connexions internet, débranchez le câble de la télévision, développez le transport en vélo ou le covoiturage,. Vous faites que crier: il faut agir!
Vous pouvez aller plus loin en coupant l'électricité et le téléphone. Et vous serez le pionnier du développement durable.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Pour aider les Antilles il faudrait d'abord qu'elle prennent conscience des énormes décalages qui existent dans cette société complexe, tout à fait particulière (et je sais de quoi je parle...). Comment expliquer les salaires astronomiques des dockers (le port de la Martinique par exemple est l'un des plus cher du monde!). Dans chaque département il existe un Conseil Général ET un Conseil Régional. Ne parlons pas des communautés de commune qui regorgent d'emplois fictifs duent à un clientèlisme endémique financé par des taxes diverses et variées dont l'octroi de mer (qui date de l'époque Napoléonienne) ou la taxe additionnelle qui alimentent tous ces organismes et autres collectivités locales archi-endettées. Les bananes ne poussent qu'avec des pesticides et les subventions de Bruxelles. Très peu de culture vivrière. Les Antillais importent tout ou presque (Le lait de coco provient d'Indonésie le plus souvent, les légumes comme les patates douces ou les ignames - du Guatémala ou autres pays d'Amérique centrale. Sachez également que vous paierez souvent le kilo de bananes (produitent sur place) plus cher qu'en France Métropolitaine! Il y a trop de dérives. Trop de rapaces qui contrôlent la consommation de la population et pratiquent des marges phénoménales .
Les élus ont beau jeu de dénoncer les difficultés du peuple quand ce sont eux les premiers responsable de cette situation. La communauté Béké contrôle toute l'économie de ces îles (alors que ces îles ne comptent qu'environ 400.000 habitants chacune. Plusieurs békés figurent parmi les plus grosses fortunes de France... allez comprendre! Il y a trop de dérives, trop d'excès et d'abus. Il faut plus de transparence, de contrôles et d'ordre dans ce système complètement manipulé et captif.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
VOILA SE SOIR TRES GRANDE AVANCES POUR LA MARTINIQUE JE PENSE QUE LA GREVE ET FINI ET QUE LUNDI NOUS REPRENONS LE TRAVAIL SALUT RITON
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Riton et fitochard. Ile fodré qu'ile aprene l'ortografe
a ven décrir dé sotise.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
La grève aux DOM, reflet d'une société surprotégée par la métropole, voyez ou l'assistanat à outrance mene nos concitoyens d'outre mer, cigales des mers chaudes qui préferent se tirer une balle dans le pied que renoncer à des revendications d'enfants gatés et qui tomberons un jour de haut, peu susceptibles d'organiser une économie indépendante viable et fiable sans le secours de leurs soit disant colons, ou bien à tomber dans la sphére d'influence américaine avec cette fois ci les pleurs et grincements de dents mérités.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
si les salaires sont plus faibles je ferai une remarque: ils n'ont pas de dépense chauffage les déplacements sont ,vu la taille de l'île, limités le budget habillement etc........ alors arrêtez de vous plaindre!!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
les antilles sont des departement francais depuis 1946
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
VOILA J'AI REMPLI MON CADI AU CHAMPION + LE PLEIN ESSENCE LE 14/02/09 16H HEURE LOCAL ( MARTINIQUE) SALUT A + RITON
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Il y en a marre de ces syndicats qui sans mandat du peuple prétendent agir au nom de tous.
Quand aux associations diverses, on en a toute une collection à la Réunion, Leur existence ne repose que sur une apparition régulière dans les médias.La vérité est qu' qu'ils ne représentent rien.
Leur accorder de l'importance , c'est court-circuiter la démocratie.
Le gouvernement n'a qu'une chose à faire : les ignorer.
Les évènements de Guadeloupe représente une opportunité
de décridibiliser tous ces démagos auprés de la population.

a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
l'indépendance pour les dom-tom et bon vent .. nous n'avons plus les moyens de payer pour ces assistés ..
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
je repond à le troll, les outres mers sont une branche de la REPUBLIQUE, je sais que l'ignorance et la bétise font de bons amis. Pourquoi pas donner l'independance à la bretagne, la normandie etc. Et pourquoi pas donner aussi l'independance à votre quartier. Mais qu'il est Nul cette troll.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Au modérateur,

pouvez-vous corriger mon post svp!


ent à représente et décrédibiliser.
Merci
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Comme Pouletcoco, je pense aussi que cette prime de 40% est bien cachée par les médias et aussi par les manifestants! Pour ce qui est de la voiture, je suis toujours surpris par les grosses berlines et les 4x4 qui circulent en Martinique pour une ile de 70km . Une petite voiture électrique suffirait largement.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Que les Antilles prennent leur autonomie et règlent leurs problèmes sans nous.Les assistés auront une vie différente !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
En réponse à Poluetcoco: si votre propos n'etait pas nourri par l'aigreur et visiblement par la jalousie vous donneriez certainement de vraies infos et non ces dé-informations. 4? le pack de 8 yaourts ah oui ??!! pourriez vous indiquez aux martiniquais où vous faites vos courses svp car en dehors des yaourts vendus la veille de la date de péremption je vous défie de les trouver y compris dans les hard discounter ! La réalité est que la vie est chère et que tous les touristes le constatent tous les jours avec souvent beaucoup de surprise ! Concernant les 40% des fonctionnaires contrairement à vos affirmations cela ne CONCERNE PAS TOUS les fonctionnaires mais uniquement ceux qui sont mutés de la Métropole et croyez moi je sais de quoi je parle. De plus certaines branches n'ont que 20% de vie chère. Si vous pouvez mettre 1500? de loyer/mois c'est que votre revenu mensuel est au moins de 6000? par mois (Pouletcoco ne seriez vous pas justement un de ces fonctionnaires métropolitains venus spécialement en Mq pour toucher les 40% de + comme plus de la moitié des fonctionnaires en Mq ?!!!) pas étonnant alors que vous ne trouviez pas la vie chère. Sachez que j'utilise ma voiture pour des déplacements professionnels et que je fais plus que 10000kms/ an du fait de l'absence de réels transports en commun dans l'île ! Quant à vos recommendations vestimentaires (je pense que vous passez votre temps surtout à la plage ... comme la majorité des fonctionnaires "expatriés" pour l'argent) je ne peux qu'en sourire ... votre façon de voir la vie en Mq est malheureusement fallacieuse et je n'hésite pas à le dire colonialiste. Rentrez donc en France , la Martinique n'a nulle besoin de profiteurs comme vous.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
assistés entends-je. Les véritables assistés sont les métropolitains qui viennent chercher là un bout de soleil par relations personelles et tirent tous les prix vers le haut ! A quand la suppression des primes? A quand la régulation des défiscalisations qui ne profitent qu'au métropolitains et qui tirent encore une fois à la hausse les loyers?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Répone au troll: Après que vos ancetres nous aient exploités ainsi que les resoources des les, comment peux tu tenir des propos aussi dégradant. Cela soulève encore le problème de mal etre aux Antilles. Si vous suivez les infos vous verez que nous réclamons aussi une baisse sur la tva et l'octroi de mer qui des taxes intaurées par l'état. En bref, nous voulons juste une autonomie et non l'indépendance où les plus riches et l'état trouveraient leurs comptes. Alors avant de vous montrez aussi ignorant et insultant, renseignez vous.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
La France ne donnera pas son indépendance aux DOM-TOM car ces îles lui permettent d'être présent dans différentes régions du monde et en ce qui concerne les Antilles, région stratégique, proche des Etats-Unis, pour la Guyane, la fusée Européenne "Ariane" qui rapporte gros. Bref, je souhaite m'exprimer par rapport à cette grève, je pense que les revendications concernant la vie chère sont légitimes, mais je regrette la méthode de blocage utilisée, faisant souffrir la population et provoquant la ruine de l'économie et des particuliers qui ne percevront pas leurs salaires, les étudiants, leurs bourses ou pour d'autres, les prestations sociales en fin de mois. Certaines entreprises ayant des marchés de travaux dans les collectivités locales ne seront pas payées avant plusieurs mois. Je déplore que certains prétendent que toute la population agrée de telles méthodes, ce qui n'est pas du tout le cas.Les médias jouent le jeu des syndicats car ils ne permettent pas à la population qui ne défile pas dans les rues et qui ,est contre le blocage de l'économie de s'exprimer;C 'est pourquoi,je m'exprime ici.Nous avons voté démocratiquement pour des élus et nous nous rendons compte qu'ils sont incapables de diriger le pays. Aujourd'hui, nous sommes dirigés en Martinique par un collectif de syndicalistes que nous ne connaissons même pas et qui prend toutes les décisions à la place des autorités et de la population. Faisons un vote pour savoir si la population est d'accord pour que l'anarchie règne car en début de mois prochain, les particuliers, les entreprises ne verront pas leurs échéances reportées, il faudra assurer et avoir de quoi se nourrir et nourrir ses enfants. Certains salariés (dont mon époux) sont menacés de chômage technique. Je dis maintenant ça suffit, car à force de prolonger ce mouvement, finalement nous aurons une saturation de la population, mais aussi la destruction de notre économie déjà fragile dans un contexte de crise mondiale. Que Dieu vienne en aide à notre pays et que Dieu bénisse la Martinique.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Une augmentation des salaires de 200 euros n'aidera pas la Guadeloupe!
Conséquences positives :
- Augmentation immédiate du pouvoir d?achat.
- Légitime et crédibilise le LKP, dans ses formes d?action et son discours.
- « Récompense » le courage et la ténacité des grévistes soutenus par la population locale.
Conséquences négatives :
- Nombre de petits employeurs fragilisés par une grève déjà longue et dure risquent de ne plus pouvoir payer ou embaucher des salariés.
- La prise en charge par la région et le département d?une partie de cette somme mettra à mal les finances des collectivités locales alors que nous figurons déjà parmi les départements les plus endettés de France.
- L?inégalité des citoyens devant les impôts locaux sera accrue : 25% (plutôt même 30) de chômeurs, beaucoup de petits salaires, y compris dans la fonction publique, font que la plupart des foyers sont de fait exonérés de taxe d?habitation. Ceux qui payent sont alors proportionnellement bien plus taxés.
- Le n?ud du problème ne sera pas résolu pour autant ; c?est à dire des prix des services et des biens à la consommation bien trop élevés. Les Békés gros employeurs de la région et détenteurs de la plupart des hypermarchés auront tôt fait dans un même mouvement à la fois d?augmenter les salaires et de répercuter cette augmentation sur les prix au détails. On se retrouvera alors à la case départ.

Il ne faut pas mentir à la population : pour remédier à une telle situation, et changer la nature de l?économie locale en favorisant l'émergence de nouveaux acteurs économiques non liés à la caste Béké ou Blanc-Pays, afin de faire baisser les prix ou de créer des emplois, il faudra sans doute un délai de 5 à 10 ans?Ce n?est pas en mettant à terre, avec cette augmentation, pour des années, le tissu des petites entreprises guadeloupéennes que l?on pourra y arriver. Par contre il est important de définir entre partenaires sociaux et politiques des objectifs précis avec des résultats chiffrés qui valideront cette volonté de renouveau économique et d?avoir le souci de bien expliquer tout ceci, à nos concitoyens guadeloupéens afin d?obtenir leur adhésion.
Enfin, il faut savoir mettre fin à une grève, c?est une arme à double tranchant, pas un médicament : quel est l?intérêt d?un remède qui tue à la fois la maladie et le malade ? D'autres pistes d'action sont possibles (boycott, jardins ouvriers, changement des habitudes de consommation, etc. ..).
De plus certaines revendications du LKP sont complètement "hors-sujet", négociables ni avec des partenaires sociaux ou politiques, ni dans le cadre de la République Française, elles impliquent un changement total de statut de l'île : autonomie ou indépendance.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Vive la belle vie en Guadeloupe et en Martinique, les Antillais sont Français en octobre, période des ouragans et des subventions pour reconstruire; anti-Française en février, période du beau temps ou l'on fou le bazard pour empécher le travail. En conséquence, la France devrait leur proposer un référendum en février 2010 pour qu'ils puissent acquérir leur indépendence et obtiennent le niveau de vie de leurs Voisins des caraïbes qui est environ 15 fois moindre, ce qui ne dérange visiblement pas certains irresponsables, donneurs de leçons qui profitent de la pauvreté de leurs Voisins. Les Antillais ne pourraient-ils pas avoir concience de leur chance d'être Français?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Revendications guadeloupe :

1- NIVEAU ET CONDITIONS DE VIE

- Un relèvement immédiat et conséquent d?au moins 200 ?, des bas salaires, des retraites et des minima sociaux afin de relancer le pouvoir d?achat, de soutenir la consommation des produits guadeloupéens et plus généralement la demande.
- Le relèvement immédiat du SMIC, des salaires du secteur privé, des traitements de la fonction publique, du minimum vieillesse, des minima sociaux.
- Un salaire minimum guadeloupéen calculé sur le coût réel de la vie en Guadeloupe.
- Création d?un bureau d?études ouvrières, chargé de calculer l?évolution des prix des produits réellement consommés par les travailleurs.
- Réductions d?impôts fondées sur la justice fiscale.
- Baisse significative de toutes les taxes et marges sur les produits de première nécessité et sur les transports.
- Baisse des taux de la taxe sur les carburants.
- Suppression de la taxation des produits locaux

Logements

- Gel des loyers pour une période indéterminée et pour l?année 2009 l?annulation de l?augmentation de 2,98%
- L?arrêt des saisies immobilières des propriétés des guadeloupéens et restitution des biens
- Un plan quinquennal pour résorber l?habitat insalubre
- Un vaste programme de construction de logements sociaux et intermédiaires.

Environnement

Contamination des terres par la chlordécone :
- Définition de mesures sanitaires pour protéger les populations des zones contaminées ;
- Indemnisation des victimes professionnelles et civiles.

Transports

- Mise en place d ?un véritable service de transport des usagers.
- Engagement d?un audit indépendant sur les modalités de constitution des Groupements et d?attribution des marchés ;
- Révision des conditions d?exécution des marchés envers les usagers (abris bus, arrêts matérialisés, gares routières, poteaux d?indications des horaires de passage des bus)
- Réhabilitation et indemnisation des Transporteurs déclarés ??clandestins??
- Révision des conditions d?exécution des marchés par les groupements vis-à-vis des transporteurs (mise en fonction de la billetterie, fixation du prix à verser par chaque sous-traitant en fin de mois)

2 - EDUCATION

- Mise en place dans l?immédiat d?un moratoire de 4 ans en ce qui concerne la réforme du recrutement des enseignants, le temps de permettre la mise en place par l?U.A.G. des masters de professionnalisation et les sorties des premières promotions.
- Acter dans ce cadre un plan de titularisation des contractuels pour palier les besoins de recrutement.
- Maîtrise de la gestion des postes et des personnels en Guadeloupe pour mettre en place une politique de l?emploi et de la formation conforme à nos besoins.
- Disposer d?un pouvoir décisionnel en matière de programmes, d?orientation, d?éducation de gestion des ressources, de la mise en place d?un plan de titularisation des personnels contractuels et des contrats aidés.

3 - FORMATION PROFESSIONNELLE

- Création d?une structure assurant un véritable service public de la formation professionnelle : le CRFP ne constituant pas une réponse à la hauteur des enjeux.
- Augmentation des fonds alloués à la formation professionnelle - Minimum 100 millions d?euros.
- Création de filières de formation professionnelle liées à tous les secteurs stratégiques pour le développement de la Guadeloupe et adaptées à nos réalités avec production de référentiels spécifiques (Agriculture, Environnement, Energies renouvelables,?)
- Plan de formation obligatoire dans toutes les entreprises et particulièrement dans les entreprises de moins de 10 salariés.
- Mise en place d?un dispositif d?accompagnement et de formation pour un chômeur ou un travailleur dans le cadre de la création d?activité.
- Création d?un Fonds d?urgence pour la formation professionnelle alimenté par les remboursements des trop perçus de la SARA.

4 - EMPLOI

- Priorité d?embauche pour les Guadeloupéens.
- Embauche obligatoire de Guadeloupéens dans toutes les entreprises qui bénéficient d?aide publique.
- Mise en place d?un avenant régional à la prochaine convention Unedic en vue d?améliorer et d?élargir les conditions d?indemnisation du chômage en Guadeloupe : revalorisation des allocations de chômage en montant et en durée (moins du Œ des chômeurs de Guadeloupe ont droit à ce jour à l?ARE).
- Respect de l?obligation de recrutement des Travailleurs Handicapés
- Arrêt de la déprogrammation des fonds de la formation professionnelle
- Ouverture des financements de la formation professionnelle à tous les chômeurs et non plus uniquement aux seuls indemnisés au titre de l?ARE & instauration d?un crédit annuel de formation pour chaque chômeur.
- REHABILITATION DU FONDS SOCIAL de l?ex ASSEDIC pour les situations individuelles.
- Limitation du CDD à 6 mois renouvelable une fois, à l?issue du renouvellement, embauche du salarié.
- Limitation du recours aux sociétés d?intérim à 5% des contrats du secteur marchand.
- Embauche prioritaire à l?issue d?un contrat en alternance.
- Obligation d?embauche des travailleurs handicapés au lieu du paiement de la pénalité prévue par la loi.

Contre les LICENCIEMENTS

- Participation des représentants des salariés dans les instances dirigeantes de l?entreprise avec voix délibératives.
- Plan social, reclassement et formation obligatoire quel que soit le nombre de licenciés et l?effectif salarié de l?entreprise.
- Réintégration de droit des licenciés pour faute, suite à la décision de justice ne confirmant pas la faute et systématisation du droit à la réparation.
- Remboursement par l?entreprise des aides publiques perçues en cas de licenciement économique.

5 - DROITS SYNDICAUX ET LIBERTES SYNDICALES

- Obligation d?un Accord de Branche ou d?Entreprise avant toute autorisation de travail le dimanche
- Mise à disposition d?une Maison des Syndicats à Jarry
- Négociation d?un Accord de Branche et Interprofessionnel sur l?exercice du droit syndical, la représentativité, la représentation de Branche, l?emploi
- Régularisation des travailleurs en situation irrégulière.
- Négociation de Convention Collective dans tous les secteurs.
- Renforcement de moyens des Inspecteurs et Contrôleurs du travail.
- Mise en place et respect du comité d?hygiène, de sécurité et de conditions de travail dans toutes les entreprises.
- Mise en place de délégué du personnel dans toutes les entreprises d?au moins 5 salariés.
- Représentation des syndicats de Guadeloupe dans les entreprises et les organismes paritaires, (ASSEDIC-Sécurité Sociale-CAF- AGEFOS-PME-FONGECIF?)
- Liberté de participation de syndicalistes extérieurs au Comité d?Entreprise et aux Négociations Annuelles Obligatoires
- Extension systématique des Accords Collectives de Guadeloupe à l?ensemble de l?archipel,
- Reconnaissance du 27 Mé, jour férié, chômé et payé.
- Droit à l?organisation de formation syndicale ouverte à toutes les organisations syndicales de Guadeloupe.
- Budget formation alloué aux syndicats dans le cadre de la formation syndicale
- Annulation et Arrêt des poursuites pénales en matière d?action syndicale.

6 - SERVICES PUBLICS

Création et préservation de véritables services publics dans les secteurs stratégiques (eau, transport, énergie électrique et fossiles, traitement des déchets, prévention et sécurité civile, crédit?) au service de la population et des besoins économiques du pays, comprenant au sein des instances dirigeantes des représentants des usagers et des travailleurs.

- TRANSPARENCE sur la fixation des prix de l?eau, des transports, des carburants, des loyers, du gaz, de l?électricité, des nouvelles technologies de l?information et de communication
- Baisse immédiate de 50 centimes du prix des carburants
- Baisse du prix de l?eau, du prix de transport de passagers, du prix des communications.

EAU

- Distribution de l?eau en qualité et en quantité sur l?ensemble du territoire.
- Fixation d?un prix unique sur l?ensemble du territoire.
- Facturation en fonction de la quantité réellement consommée.
- Remplacement du réseau vétuste (plus de 50 ans).
- Révision du mode de calcul de l?assainissement des eaux usées.
- Suppression de la majoration de 12 ? pour retard de paiement. SANTÉ

- Ouverture des négociations portant sur l?équilibre de l?offre de soins entre le Public et le Privé, entre Etablissements Privés et sur l?ensemble du territoire ;
- Résorption des déficits structurels des Hôpitaux ;
- Engagement des procédures pour la reconstruction du CHU ;
- Révision du système d?évaluation des budgets dans le public et le privé.

7 - PRODUCTION

Volet Agricole

- Maintien et aménagement du foncier agricole (eau d?irrigation, voiries, téléphone, électricité) afin de créer des entités de production viables et en constante recherche d?autonomie.
- Finalisation de la mise à disposition des 32 hectares de terre pour la réalisation du projet porté par « Kè a Kanpech ».
- Maintien du traitement des dossiers collectifs par les SICA et Groupements de producteurs.
- Exonération de la taxe foncière au profit des exploitants agricoles sur l?ensemble du territoire.
- Suppression des taxes sur les engrais, désherbants, semences, aliments de bétail et gasoil etc.., destinés à la production agricole.
- Paiement des aides aux agriculteurs.
- Prise en compte de la valorisation de tous les co-produits issus de l?agriculture comme partie intégrante de la richesse produite par l?exploitation agricole (ex : bagasse pour l?énergie etc..).
- Mise en place de mécanismes fiscaux et douaniers pour développer la préférence guadeloupéenne.

Volet Pêche

- Suppression immédiate de toutes les taxes perçues sur les matériels, révision du coût des intrants.
- Révision immédiate du texte concernant les exonérations au titre de l?URSSAF pour les marins pêcheurs embarqués seuls.
- Mise en place d?un plan de formation des professionnels et des jeunes aux différentes activités de la pêche, aux acquisitions des techniques de capture nouvelles, aux utilisations de matériel électronique embarqué, aux techniques de conservation et de vente.
- Traiter les problématiques, conditions de vente en gros et au détail réalisé par les marins pêcheurs, produits d?importation, groupements d?intérêt économique, organisation des producteurs.
- Traiter les problématiques d?aménagement portuaire, points d?avitaillement, zone d?entretien des navires, zone de stockage des matériels.
- Mise en place d?une plate-forme de rencontres et d?échange avec les professionnels de la Caraïbe.

8 - AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE ET INFRASTRUCTURES

La maîtrise foncière

- Fixer à 50 000 ha la surface agricole incompressible sous forme de ZAP (Zone Agricole Protégée) et mise en place d?une commission d?évaluation et de contrôle annuel.
- Favoriser l?installation des jeunes diplômés sur des exploitations viabilisées (350 dossiers en attente).
- Protection du patrimoine écologique de la Guadeloupe (forêt, mangrove,?)
- Arrêt de toutes spéculations immobilières et de la discrimination privant les Guadeloupéens du droit à l?accession à la propriété dans leur pays.
- Arrêt d?implantation de nouvelles stations services
- Arrêt de l?implantation et de l?extension des grandes surfaces
- Arrêt définitif du projet d?implantation d?un circuit automobile « Vigie Gate » à Anse Bertrand.
- Publication de tous les baux passés par les collectivités locales avec des particuliers et/ou des structures privées, à propos de la mise à disposition des terres achetées par ces dites collectivités

Un développement équilibré du territoire

- Rééquilibrage des territoires pour harmoniser l?organisation, la complémentarité et la répartition des activités sur l?ensemble du pays.
- Renforcement de pôles secondaires complémentaires aux pôles principaux (Région Pointoise et Basse Terre).
- Redynamisation des bassins de vie par le développement économique d?activités de terroir (exemples : agro-transformation, pêche?).
- Dynamiser et valoriser les îles en s?appuyant sur leur identité culturelle.
- Redynamiser les quartiers et les bourgs susceptibles de développer l?emploi de proximité.

Les infrastructures

- Dynamiser l?habitat social au travers d?un recensement des besoins égalitaire et concerté (Région ? Etat- Mairie).
- Réaliser un recensement des besoins en logements, établissements scolaires, crèches, équipements sportifs, maisons de quartier afin d?y pourvoir par-delà toute prétention politicienne et électoraliste.
- La création d?une pépinière artisanale et agricole qui serait la vitrine de nos produits du terroir
- Le développement urgent de réseaux de transport secondaires : maritime, inter-iles, intercôtiers..
- Mise aux normes parasismiques de tous les établissements et infrastructures publics (écoles, hôpitaux, ponts?)
- Arrêt du projet d?implantation du port en eaux profondes.

9 - Culture (KILTI)

- Prise en compte dans la programmation des medias de la langue et de la culture guadeloupéenne par la présence de représentants des associations culturelles dans les conseils d?administration.
- Favoriser le développement d?entreprises et associations d?insertion culturelle.
- Réhabilitation des lieux de mémoire populaire par l?adressage (non a lari).
- Création d?un institut culturel « Papa Yaya » à Capesterre Belle Eau.

10 - ARÉTÉ PWOFITASYON

- Rachat par les Collectivités du patrimoine foncier de Kalenda en vue de la création d?une unité hôtelière de luxe et du reclassement des salariés licenciés d?Anchorage et Kalenda.
- Restitution du patrimoine (financier, mobilier et immobilier) des mutuelles liquidées en Guadeloupe.
- Dessaisissement de l?administrateur provisoire (M.BORGAT) du dossier des mutuelles.
- Domiciliation des paiements de France Télécom, EDF?, dans les banques installées en Guadeloupe.
- Poursuites pénales pour les infractions relevant d?abus de position dominante, d?entente illicite et de publicité mensongère.
- Poursuite contre les Responsables des massacres de mai 67 à Pointe à Pitre et réparation des préjudices aux victimes et ayant-droits.
- Transparence et baisse des coûts des services et des taux pratiqués par les banques et par les établissements de crédit.
- Priorité et facilité d?accès au marché et aux aides publiques pour les entreprises Guadeloupéennes.
- Arrêt des abominations à l?encontre des travailleurs étrangers.
- Résolution de tous les conflits en cours.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
A lire :

Revendication Guadeloupe :http://www.boursorama.com/forum/message.phtml?id_message=383338448

Liste produits de 1ère necessité Marinitque : http://www.bondamanjak.com/martinique/28-a-la-une/6648-voila-la-fameuse-liste-martinique-des-100-produits-de-premiere-necessite-.html
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Preuve est faite : Il existe un lobby béké négrophobe à la tête de l?information en France.

Dans quel pays aucun journaliste ne titre sur 3 colonnes à la Une la dénonciation scandaleuse suivante faite par son propre président :

Jacques Chirac : "L?Afrique...?On leur a tout piqué?, culture, matières premières, main-d?oeuvre, et maintenant leur intelligence et on les dit ?bons à rien? !"

Dans quel pays aucun média ne s?émeut de la révélation par un politicien de premier plan du scandale ethnique national suivant :

"Le foncier de Martinique appartient encore pratiquement totalement aux Békés. Personne ne sait cela. En 200 ans, depuis la révolution, cela n?a subi aucun changement".

Ce pays est la France, et ceci est possible uniquement si les décideurs médiatiques sont en collusion, c?est à dire en association (de malfaiteurs ?) visant à nuire à des tiers.

*
Les informations sont connues depuis le samedi 10 février pour Chirac, et depuis le vendredi 9 février pour Le Pen.

Trois Noirs à la Télé mais zéro question Noire mondiale ni négrophobe nationale dans les médias !

Lundi 12 février, c?était le Forum Afrique Avenir, une occasion unique de médiatiser ces deux bombes médiatiques, rien.

Ce jeudi 15 février, c?est le sommet France-Afrique à Cannes, organisé par Jacques Chirac. Une autre occasion inouïe, et ce matin dans le discours d?ouverture : Rien. Sommet africain mais bas-fond noir.

Même aux Antilles, et surtout aux Antilles, c?est le silence total, le secret absolu. Personne ne saura ces deux scandales. Le premier passera inaperçu au détour de dizaines d?autres citations sans aucune importance du livre de Péan. Le deuxième sera tout bonnement nié, jeté aux ordures déontologiques.

Les journalistes avaient réussi à cacher pendant des années à leurs propres lecteurs, qui les font pourtant vivre, la fille cachée de Mitterrand, tout comme un tas d?autres informations d?importance nationale qui viennent toujours trop tard.

Pour le cas contemporain de l?aristocratie colonialiste Békée aux antilles soutenue en métropole, comme pour le scandale de l?exploitation coloniale de l?Afrique par tout le système politique français, droite et gauche confondues, tout un continent Noir, tout une région Noire, tous les citoyens français seront maintenus dans le négationnisme et l?ignorance par ceux qui avaient pourtant fait profession de foi de les informer.

C?est scandaleux.

Le jour du sommet, on constate que tout le système politique et tout le système médiatique vautre la France dans les bas-fonds de l?ignominie raciste.

On croyait qu?on allait commencer à sortir de l?esprit d?indigénat de la république imposé par des élites mixophobes et racistes maintenant assez bien visibles. Pas du tout. On y est plus que jamais.

La France n?est même pas dirigée par son Président de République. Il sussure dans un livre mais il ne dira pas à la tribune, c?est psychologiquement très fin et très pervers. On l?a dit mais on ne l?a pas dit... Il y a le Chirac en alcôve royaliste qui sussure du bout des lèvres le scandale du colon français, et le Chirac public qui donne des conseils au colonisé africain.

La France est dirigée par une puissance obscure, mafieuse, celle qui vient de réussir à cacher pendant 7 jours deux scandales, l?un national, l?autre international.

Personne n?en a réellement parlé à la hauteur de ce qui s?imposait. Ni au plan national, ni au plan international.

On appelle ça un lobby hégémoniste, et on peut aujourd?hui le qualifier de négrier, au sens large.

C?est le lobby Béké international.

Ce lobby de l?argent privé se confond avec la secte ultralibérale bushienne qui impose son diktat à la terre entière par les armes, par la guerre, par le terrorisme, par la diffusion de la peur et par la censure des vérités qui expliqueraient aux gens ce qu?il se passe.

Nous venons d?avoir, mais cette fois sous les yeux, une démonstration de force, historique car on en voit aujourd?hui toutes les ficelles.

Reste à ajouter pour achever la toile, l?arrestation opportune du leader Noir Africain radical Kémi Séba le Jeudi 8 février à Chartres, mis en prison sur le champs, et pour plusieurs mois, après avoir simplement lancé à un chef policier en s?adressant à son uniforme républicain qu?il qualifiait de "sioniste" : "Vous me faites gerber".

Vous ne trouverez nulle part ailleurs que sur internet ce terrible constat. Il ne s?agit en aucune façon de conspirationnisme ou de paranoïa, de théorie de complot planétaire. Tout est très clair et très objectif.

La réalité dépasse toutes les fictions qui ont été imaginées sur ce genre de thèmes. La réalité nous montre que la puissance de l?argent alliée à la hiérarchie contractuelle et aux collusions économiques, politiques et médiatiques, a le pouvoir d?écraser tout ce qui la gêne sur son chemin, a le pouvoir de bafouer toute démocratie, de donner aux patrons des médias tout le pouvoir politique, de se foutre de la gueule de l?ensemble des citoyens, d?instituer en démarche quotidienne et banale l?horreur économique, de nous faire prendre des vessies pour des lanternes.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
DOM-TOM : Les grelots de la République Française


Les « grelots » s?entendent dans leur signification populaire (pop dans le dictionnaire) comme les conséquences pendantes, bien accrochées, d?un manque d?hygiène de la pilosité intime.
Pour la France c?est ce qui subsiste d?un utopique et ruineux empire colonial.
Contrairement aux bobards propagés par l?enseignement imposé, cet empire colonial était ce que l?Angleterre abandonnait à une France belliqueuse et nostalgique d?une grandeur disparue avec la Révolution. Même en « faisant suer le burnous » et en faisant travailler les autochtones « comme des nègres », il n?y avait rien à gagner en tondant un ?uf.
L?Angleterre ne s?intéressait pas, dans son pragmatisme, à ces pays désolés, gouffres sans fond pour une économie qui rêvait d?autarcie et qui croyait qu?en donnant de l?argent à ses clients, un commerçant peut faire fortune.
En 1962, la France fut libérée de ces charges, qui n?avaient pas de contrepartie positive. Elle put enfin assurer son propre développement.
L?Algérie, soi-disant départements Français, fut le détonateur de cette opération d?assainissement économique. La fameuse « grandeur » y perdit beaucoup, mais pas le contribuable. Pour abandonner un territoire, il faut l?avis du peuple et Charles de Gaulle eut recours au référendum dit « d?autodétermination ».
Malheureusement, quelques autodéterminés restèrent dans le giron de la France et il a fallu qu?un inévitable « communautarisme » devienne à la mode pour remettre en cause l?amour de la mère patrie nourricière. On appela cela les DOM-TOM en oubliant de leur accorder l?autonomie interne et le pouvoir de gérer leurs propres affaires.
C?est ainsi que dans les DOM-TOM on a une communauté très colorée d?un côté, et de l?autre, des fonctionnaires civils, policiers et militaires aussi blancs que les entrepreneurs locaux. Si ce n?est pas de l?apartheid qu?est-ce que c?est ?

Questions : la France peut-elle vivre sans les DOM-TOM ?
Qu?apportent les DOM-TOM au contribuable français ?

Le premier « DOM-TOM » des caraïbes à obtenir son indépendance fut la grande ile d?HAÏTI.
Si la France avait dû traîner ce « grelot » jusqu?à maintenant qu?y aurait-elle gagné ?
Tout cela, c?est bien égoïste, car, ces iles ne montrent pas un savoir-faire de gestion exemplaire en dehors de la dépendance d?une « vache à lait ».
Ils ne veulent pas de nous, ni en Afrique ni ailleurs. Peut-on vouloir le bonheur des gens contre leur gré ?
Pour les aider, on peut rapatrier dans leur pays d?origine tous ceux qui ont été instruits, formés et entretenus par nos soins.
L?illégale « discrimination positive », appliquée en France, ne s?applique pas dans les DOM-TOM. Ils sont gérés administrativement, comme l?était l?Algérie, par des Français blancs payés beaucoup plus cher qu?ils ne le valent. C?est ce qui rend encore plus choquante leur autorité sur les autochtones.
Que dire aussi des ONG médicales quand on voit les médecins issus de ces peuples, boursiers au frais du contribuable, s?installer en France plutôt que dans leurs pays d?origine où les médecins blancs vont faire du bénévolat

C?est complètement irréaliste pour des gens qui se prétendent cartésiens mais qui ne sont concernés que par la première lettre de ce mot.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :