Apaisement en Martinique

En Martinique, le président du Conseil général, le socialiste Claude Lise, s'est dit ce vendredi optimiste. "On est très proche d'une issue", a-t-il déclaré.

Alors qu'une issue favorable pourrait intervenir en Guadeloupe, où un accord partiel sur les salaires a été signé dans la nuit de jeudi à vendredi (mais le Medfe local refuse de le signer), en Martinique voisine, une embellie pointe également.

Le président du Conseil général, le socialiste Claude Lise, s'est ainsi dit optimiste. "On est très proche d'une issue", a-t-il déclaré sur Europe 1 ce vendredi.

La nuit a été relativement calme après de violents affrontements même si de "petits incidents" ont été signalés en périphérie de Fort-de-France. Dans un "appel solennel" lancé après les violences de la nuit de mercredi à jeudi, le préfet Ange Mancini avait invité les habitants de Fort-de-France à ne pas sortir de chez eux après 19 heures, sauf pour "motif professionnel ou d'urgence personnelle".

Le "collectif du 5 février" réclame une augmentation salariale de 354 euros, le patronat en propose 60.

Nicolas Sarkozy a affirmé ce vendredi avoir bon espoir "qu'on y arrive" et a confirmé son intention de se rendre aux Antilles dans quelques semaines.

 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.