Education : 16.000 postes seront supprimés en 2010

 |   |  219  mots
Grâce à une réforme de la formation des enseignants, l'éducation nationale supprimera un nombre record de postes.

Le ministre du Budget, Éric Woerth, dévoilera aujourd'hui en Conseil des ministres la répartition des 34.000 suppressions de postes prévues dans le budget 2010. Le premier ministère concerné est celui de l'Éducation. Dans un entretien à "La Tribune", Xavier Darcos, ancien ministre de l'Éducation, et nommé mardi  soir ministre du Travail et des Relations sociales dans le cadre du remaniement, dit assumer pleinement cette politique, contrairement à ses prédécesseurs.

« L'Éducation nationale a le premier budget de la nation, avec 60,4 milliards d'euros de crédit en 2010, et 1,2 million de fonctionnaires », souligne-t-il. « Cette dimension nous donne une responsabilité particulière lorsqu'il s'agit de participer à la maîtrise des dépenses publiques. C'est pourquoi j'ai proposé de ne pas renouveler 16.000 emplois en 2010, conformément à la règle du non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite. » Sur l'ensemble d'une carrière, un poste d'enseignant représente un coût cumulé de 1 million d'euros. Les 16.000 postes supprimés constituent donc près de 16 milliards d'euros de dépenses en moins sur quarante ans, souligne-t-on rue de Grenelle. Précisément, "il s'agit de 600 postes d'agents administratifs et de 14.000 postes d'enseignants stagiaires affectés en Institut universitaire de formation des maîtres (IUFM) ou équivalent pour l'enseignement privé (à hauteur de 1.400)".

Retrouvez le dossier complet dans votre quotidien "La Tribune"


 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
allez les syndicats terminer les bon de delegations le vendredi midi faut allez au charbon !!!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Belle logique à l'Ed Nat, il n'y aura pas 16 milliards de dépenses en moins sur 40 ans puisqu'il s'agit juste d'un décalage de recrutement d'un an des 14.000 enseignants. De surcroît, il faudra rajouter au Budget suivant des postes supplémentaires car les nouveaux enseignants qui sortiront de la fac ne travailleront pas à temps plein (2/3 en classe, 1/3 en formation/supervision ?)et ilfaudra bien les remplacer...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Connaissant l'inefficacité légendaire de la fonction publique, j'ai du mal à croire que c'est au niveau des enseignants--parmi les seuls fonctionnaires à rendre un service visible et pratique au pays--qu'il faut supprimer des postes. Cherchez plutôt parmi des milliers de personnes qui ne passent leurs journées qu'à déplacer de la paperasse d'un service à un autre--des postes qui auraient pu être informatisées depuis des années!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Enfin du constructif, mais quand cesseront nous de tolérer une France du travail à 2 vitesses, d'un côté les parasites de la fonction publique, et de l'autre ceux qui bossent qui en bavent sans aucun avantage
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
c'est quand même lamentable de voir de telle déclaration et compte d'apothicaire tout cela pour faire allégeance aux ayatollah du libéralisme et du moins d'Etat. quels seront les surcouts liés à ces suppressions de poste (coût de sécurité accrus , transferts sur les collectivités. Question au niveau du budget de la maison France est ce que les économies faites sur le poste coût du personnel ne seront pas plus que compensées par le coût des avantages qu'il faudra accorder aux prêteurs qui souscriront à l'emprunt de relance. Résultat concret pas d'amélioration au niveau du budget et 16 e mplois détruits au nom du libéralisme!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Sacrifier l'avenir pour dépenser plus maintenant en frais d'apparât... La réforme de l'état faite par la France est la plus absurde d'Europe. Partout ailleurs un contrôle accru des ministères, des dépenses personnelles de fonctionnement. En France, on supprime des postes qualifiés (ce qui fera autant de chômeurs supplémentaires qui coûteront autant à la collectivité (allocations, traitement des fonctionnaires s'occupant du RSA et des employés de l'anpe, etc...), mais ça sera de la dépense productrice de malaise social et non d'intelligence et de savoir.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
ENFIN DES ECONOMIES !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Quand on a conscience de la casse sans précédent de M.DARCOS à l'éducation nationale, cet idéologue de clubs archaîques, on est en droit de s'inquiéter pour le monde du travail demain que l'on soit salarié, chômeur ou retraité. La méthode DARCOS est d'une violence sociale que peu de ministres ont jusqu'alors pratiqué souvenons nous du mépris des enseignantes de maternelle, de la casse des RASED, comme disent les jeunes ça craint demain pour le monde du travail. Il n'a pas été mis là par hazard, il me fait penser à ces DRH spécialisés dans les plan sociaux qui viennent dans les entreprises pour liquider le personnel et quand c'est fait prennent un pactole et vont recommencer ailleurs.Syndicalistes l'heure est à la vigilence !...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
...serait-il possible que votre journal condescende à une mise en rapport de ce chiffre affligeant avec le nombre, disons, boh, de policiers recrutés pour la même période ? Ou est-ce trop demander ?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Bientôt,on aura des écoles mais plus de profs.
Et on embauche,pour fouiller les cartables ? encore du n'importe quoi cette loi,bientôt Sarkozy va interdir les compas,les crayons,les ciseaux en classe,et les fourchettes et les couteaux à la cantine ! ! Pauvre France
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
L'exemple viens d'en haut : la culture n'est, bien sûr, pas une priorité pour le gouvernement...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
L'exemple vient d'en haut : l'éducation n'est, bien sûr, pas une priorité pour le gouvernement : il n'y a qu'à lire les images dans le catalogue Rolex...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Le rééquilibrage est il en marche....?, l'Etat fait de l'éconnomie d'énergie..!!(Euros / heure), une chose est sure, consommer 200 et prélever (pas produire) 150 ca ne peut pas durer. Reste maintenant à nos trés chères têtes pensantes d'alléger là où il le faut..... exemple: les services où l'informatique est bien implantée mais qui ont conservés la même quantité de personnel, faire attention à qui sont distribuées les aides..les magouilles y sont très nombreuses.... etc etc... le problème, c'est qu'il aurait fallu commencer AVANT !! en clair, c'est pas demain qu'on va voir baisser les impots/taxes/charges.......
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
La France a clairement un problème de niveau d'enseignement par rapport aux autres pays d'Europ et du monde. Pour résumer, le niveau est plus que moyen alors que nous avons un ratio de fonctionnaire de l'éducation nationale par élève parmi les plus élevés du monde. Il est clair que ces supprsssions de poste ne peuvent pas aggraver la situation actuelle.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Certains type "jfchavoz" qualifient de "parasites" ceux qui apprennent à lire, écrire, compter aux enfants .
Affligeant .
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
il ne suffit pas de reduire les postes à l'education nationale pour reduire les coûts./ Pourquoi personne ne se penche sur les methodes de travail??? Si l'education à lma française est si improductive, pourquoi ne change t'on pas la façon de faire??? Je trouve incroyable que les jeunes n'est que 6 mois d'ecole et 6 mois de vacance, ça arrangerait tout le monde qu'il n'ai que 6 semaiones de vacance sur l'année, on pourrait les occuper à des activités sportives, culturelles ou un peu plus tard par des stages de decouverte entreprise. Comment des idées aussi simples et si logiques ne viennnent - elles pas aux oreilles des differents ministres qui se succedent à la culture sans rien changer pour être payé grassement???
Je ne crois pas que cela souleverait de la contestation, hormis de la part des jeunes eux même... et encore, pas sur, ils y comprendrait vite leur intérêt, des journées moins chargées et un enrichissement certains.
On marche sur la tête depuis des années. Pauvre France!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
A "ouvrier" :
VOTRE MESSAGE EST REMPLI DE FAUTES !!! RETOURNEZ AUSSI A L'ECOLE !!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Ca sent la grève lors de la rentrée étudiante donc vers septembre octobre,soit un prolongement de vacances...Les Cours seront bientôt dispensés par des fonctionnaires de police et de gendarmerie niveau bac-5.Après on nous dit que les savoirs dispensés en cours sont de faible qualité et qu'il faut redoré le blason de l'université française, et de l'éducation nationale.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
...je me demande quel est le coût des détecteurs de métaux à l'entrée des établissements.
Riche idée.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Quand je regarde le niveau de certains ministres je me pose quelques questions sur les soit disant grandes écoles !! Il n' y a que la thèorie de Keynes qui résoudra tout ce bourbier
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
C'est pour cela qu'en 6ème la moitié des élèves ne savent pas lire, écrire et compter. D'où le terme de "parasites" jp1941d !
Il faudrait se poser quelques questions sur nos enseignants ?
Sont-ils là pour nos enfants ou bien pour la sécurité de l'emploi, les vacances et les salaires! car bien payés pour le nombre d'heures !!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Pour SCOLARITE : c'est beaucoup moins aux enseignants qu'à la qualité des programmes qui leur sont imposés qu'il faut s'en prendre . Exemple d'étrangeté : ne pas dire "un ballon" mais "un référenciel bondissant" . Qu'en pensez-vous ?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Il faut bien payer les dettes de l'Etat à cause du secteur privé en particulier celui qui a joué avec nos économies. Les vraies économies sont à rechercher dans la relation malsaine des patrons d'entreprises du SBF 250 avec subventions étatiques et exonérations de charges dont ils sont si friands. Ils se prétendent capitalistes mais sont déjà incapables d'exporter pour uen grande partie.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
60 milliards d'euros auquels il faut rajouter ce que dépensent les communes, les départements, les régions ... en gros on arrive à 100 milliards d'euros

il faudrait sans doute commencer par faire ( et publier ) un audit complet , il y a surement des économies à faire

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :