Martin Hirsch veut au moins 500 millions d'euros pour les jeunes

 |   |  146  mots
Le Haut commissaire à la Jeunesse espère obtenir entre 500 et 600 millions d'euros pour refonder la politique en faveur des jeunes.

Pour mettre en place les premières mesures de son Livre vert sur la jeunesse présenté mardi dernier, Martin Hirsch, le Haut commissaire à la Jeunesse, espère 500 à 600 millions d'euros de financement, selon le Figaro.

Il a précisé ne pas en avoir parlé encore avec Nicolas Sarkozy, le président de la république. Mardi, dans son "Livre vert", il a présenté 57 préconisations de la commission de concertation sur la jeunesse. Des mesures qui demandent un financement conséquent mais sont destinées à refonder la politique en faveur des 16-25 ans selon lui.

Le Haut commissaire s'est montré particulièrement soucieux pour la période de la rentrée. Avec l'arrivée de dizaines de milliers de jeunes sur le marché du travail, il craint qu'il ne faille "compléter" les mesures pour l'emploi des jeunes annoncées en avril par Nicolas Sarkozy.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
J'ai voulu comme on dit "donner la chance au jeune", donc décidé à embaucher un jeune fraîchement sorti de l'école pour 1700.00 brut par mois :
- Deux ne sont pas venus à l'entretien d'embauche,
- Un a refusé car le salaire n'est pas à la hauteur de son diplôme (bac+2),
- Un a refusé car les horaires étaient trop contraignants (il fallait commencer à 8h00).
J'ai fini par embaucher une femme de 45 ans car elle était au chômage et a 3 enfants à charge, avec expérience et le même salaire...
A méditer.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
On collera tous les defauts aux jeunes... Pour ma part, nouveau sur le marche de l'emploi, j'ai fait un joli nombre d'entretiens d'embauche. Je dois avouer qu'il m'arrivait de ne plus m'y rendre a la fin. Entre les entretiens bidons, les entretiens pour justifier son temps de travail, les entretiens ou le recruteur n'avait meme pas pris la peine de lire mon CV avant de me faire venir, tout ca a mes frais!... j'ai tout vu.
Je suis ensuite parti en Angleterre, ou j'ai fait aussi pas mal d'entretiens. Souvent, un entretien telephonique servira de premier tri. Une bonne entreprise ne fera venir en entretien que les candidats qu'elle est sure de pouvoir vouloir embaucher, d'autant plus que les frais de deplacements sont la plupart du temps rembourses pour les jeunes diplomes. Je n'ai jamais manque un seul entretien en Angleterre, ni meme ete en retard de la moindre minute! Avec un job et une formation a la clef. (ca reste quand meme tres delicat pour aller en Angleterre en ce moment)
En France, j'ai vu une PME, ou j'avais alors un CDI transforme en CDD, qui faisait venir quelqu'un de l'autre bout du pays pour un poste d'ouvrier. Le candidat etait venu avec sa mere dans une petite R5 et m'avait demande l'adresse de la PME ou j'avais trouve un CDD alors. D'apres ce que je sais, il n'a pas eu le job, puisqu'il n'habitait pas sur place... 1000km aller-retour + hotel dans la vue!...Of course, l'ANPE rembourse les frais de deplacement, quand elle a encore le budget a y consacrer, budget qui etait largement depasse des juin. Alors qu'on ne me dise pas que les jeunes ne veulent pas travailler.
Je ne souhaite plus rien de bon aux patrons francais.
A mediter.
ps: peut-etre que si on responsabilisait les entreprises francaises et qu'on les obligeait a rembourser les frais de deplacement pour les entretiens d'embauche, les candidats se sentiraient moins trompes.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Cet homme là c'est des impôts nouveaux à son passage dans chaque ministère : on va s'occuper des plus pauvres, on transforme le RMI en RSA et hop des millions à trouver pour régler le problème. On lui donne les jeunes à mettre au boulot et hop d'entrée il lui faut 500 à 600 milions d'euros, facile comme ça avec l'argent du contribuable de régler les problèmes. Avant de demander des millions regardons ce qui se passe ailleurs et chez nous, mesurons les écarts et leurs motifs, pourquoi les jeunes sont-ils moins employables chez nous qu'ailleurs ? Qui est responsable les jeunes ?, les employeurs ?, l'Etat ?, la formation ?, et tentons de corriger ce qui disfonctionne avant d'engloutir des millions on ne sait où ! .... un peu de bon sens quoi, ce qui semble manquer le plus dans le monde politique et de plus en plus !...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :