"Les gens veulent un Etat fort, qui les protège"

 |  | 1066 mots
Lecture 5 min.
Propos recueillis par Philippe Mabille
Propos recueillis par Philippe Mabille
Conseiller d'État à la carrière éclectique, élu en septembre 2008 en pleine crise financière à la tête de la puissante fédération des assureurs, Bernard Spitz a été directeur de la stratégie de Vivendi Universal après une expérience journalistique aux États-Unis. Spécialiste de l'État providence, il a coédité, avec Roger Fauroux, "Notre État" et "État d'urgence" (Robert Laffont) et a écrit en 2006 "Le Papy-krach" (Grasset). La crise, selon lui, peut être une chance de réaliser les réformes que l'on n'a pas su faire pendant l'abondance.

La crise va-t-elle déboucher sur un monde nouveau ?

 Elle le devrait, oui, par nécessité. Mais beaucoup s'accommoderaient encore du statu quo, pensant comme le Comte de Lampedusa dans Le guépard "il faut que tout change pour que rien ne change". Le monde nouveau émerge, mais beaucoup d'acteurs du monde ancien ne se résignent pas à accepter que les règles du jeu changent en même temps. Regardez les comportements outranciers du monde de la finance, les dysfonctionnements des marchés qui ont provoqué la crise, cela n'a pas été imposé; c'est arrivé parce que beaucoup y trouvaient leur intérêt. Or, à Wall Street comme dans la City, la tentation est grande de repartir comme avant: les banques américaines remboursent les aides fédérales pour pouvoir à nouveau distribuer des bonus records. Au niveau international, beaucoup de pays pratiquent le chacun pour soi, avec un danger protectionniste réel. Pourtant, l'équilibre économique du monde s'est déplacé. Le concept du G8 entre pays occidentaux est mort. Alors oui, le monde nouveau devrait être plus global, plus coopératif, plus respectueux de la diversité, du développement durable. Il devrait rechercher un plus juste équilibre intergénérationnel, et installer un nouvel état du droit international en matière économique et financière, pour permettre à la régulation de bien fonctionner, de mieux protéger le système capitaliste contre lui-même. Sinon, nous risquons de nouvelles crises

La fenêtre de tir pour faire des réformes d'ampleur ne risque-t-elle pas de se refermer ?

Le général Mc Arthur disait des batailles perdues qu'elles se résument toujours en deux mots: "trop tard". Il faut faire vite, même si la remise en ordre d'un système international va prendre du temps. Il y une dimension psychologique et politique de la crise. Si les opinions publiques ont le sentiment que rien ne change, alors que le chômage monte et que l'on ne parvient pas à maintenir un haut niveau de protection sociale, les tensions vont grimper.

 Quelles différences entre cette crise et celles des années 30 ?

 Sur le plan économique, on a tiré les leçons des erreurs passées en soutenant massivement la demande pour éviter que la récession ne se transforme en dépression. Sur le plan politique, dans les années 30, il y avait des idéologies de substitution: communisme et fascisme ont prospéré sur le lit de l'échec du capitalisme avec le résultat final que l'on sait. Aujourd'hui, il n'y a pas d'alternative crédible à l'économie de marché. Il y a l'illusion de l'altermondialisme, qui est un miroir des frustrations mais ni une réponse globale, ni un système efficace de gestion de l'Etat. Or, les gens veulent un Etat fort, qui les protège dans ce monde nouveau plus incertain. La crise frappe d'abord les plus faibles et les plus fragiles. Elle sape l'espérance des classes moyennes de progresser et de donner un avenir à leurs enfants. C'est en cela qu'elle est la plus dangereuse. Tout ce qui fait la dynamique et le ressort de nos sociétés de consommation est menacé. S'il n'y a pas de conviction dans l'opinion que l'on va changer les choses, réparer les dégâts et faire en sorte que cela n'arrive plus, on envoie un message terrifiant et destructeur. L'idée qu'il n'y aurait qu'un seul système, qu'il a échoué et qu'il n'y aurait plus désormais que deux catégories, ceux qui s'en sortent bien et ceux qui s'enfoncent est terrible pour les clases moyennes.

 Quels sont les nouveaux risques ?

 Si on tue l'espoir et la confiance dans l'avenir, le cocktail chômage-exclusion-repli sur soi peut amener le populisme et le protectionnisme Un autre risque majeur est la façon dont nous allons aborder le vieillissement démographique et donc le choc des générations. Je crains que les jeunes soient sacrifiés: quand un pays vieillit, son corps électoral vieillit et le poids des seniors rend plus difficile aux gouvernants de heurter les intérêts des plus âgés. Il y a un véritable contrat social à réinventer au service d'une justice intergénérationnelle. Et puis, je fais le lien via l'endettement, il y a le risque de faillite des Etats... Etre capable de gérer les risques, cela va être la grande affaire du 21è siècle, c'est pour cela que le monde de l'assurance y aura un rôle central à jouer

 Quelles leçons n'ont pas été tirées ?

J'en voit cinq. 1/ Malraux a dit : "on ne fait pas de la politique avec de la morale, mais on n'en fait pas davantage sans". On peut dire la même chose de l'économie: la crise financière est aussi une crise des valeurs du marché. Le message d'Obama est d'ailleurs un message très moral. Il répond à une attente de l'opinion, de justice, d'exemplarité de la classe dirigeante, et de responsabilité. Nos élites ne l'ont pas encore toutes bien compris. 2/ La crise consacre le renouveau de l'Etat, mais c'est au moment même où on attend le plus de lui qu'il va pouvoir le moins, sauf à continuer d'entretenir la bulle de la dette. Cela veut dire que la réforme de l'Etat, la vraie, est devant nous. 3/ Nous restons trop occidento-centrés. Nos opinions publiques n'ont pas encore assez pris conscience qu'à Shanghai, Delhi ou Rio, la vision du monde est très différente de la nôtre et qu'elle est autonome. Nos chefs d'entreprise l'ont compris et intégré avant nos responsables politiques. 4/ L'Europe n'a pas été capable d'apporter une réponse globale et concertée à la crise. Il n'y a pourtant aucune fatalité en ce domaine, quand va s'installer une nouvelle Commission à Bruxelles 5/ La dernière leçon que l'on n'a pas tirée, c'est que beaucoup se comportent comme si la crise était finie. Rien n'est perdu si l'on décide de positiver les choses. Crise vient du grec Krisis qui signifie "l'instant de la décision". La crise est peut-être une immense chance de réaliser les réformes que nous n'avons pas su faire dans la société d'abondance, comme après la Seconde Guerre Mondiale, nous avions réformé l'ensemble du système international. L'instant de la décision est venu...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
J'ai l'impression que la protection est un contre sens economique.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
D'ou sort "les gens veuelent un Etat fort", ce préalable est une tromperie qui justifie l'Etat jacobin et les déficits. Moi je dit "les gens veulent" un Etat au service des gens, un Etat responsable, pas de chèque en blanc sur des principes. Aussi honorables soient ils. Pas d'Etat au service de lui même incapable de gérer au sens large.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
C'est une analyse exhaustive, à considérer, un point cependant me dérange et je uis en désaccord. Je ne suis pas sur, que "LES GENS" veulent un Etat fort. Sur le besoin de protection, revenons à Maslow, mais sur le fond le modéle socio-économique émergent fera appel à l'Autonomie Responsable. Cela implique des personnes éduquées à la citoyenneté et ouverts aux autres cultures. Le besoin d'être "protégé" par un Etat fort, est le lit ou est conçu le totalitarisme. Qu'il soi religieux, politique, économique aussi. Un seul modèle de développement est un "diktat" qui débouche immanquablement sur un épuisement de ce modèle. C'est par les valeurs que doivent "incarner" les élites, et par leur mise en action, que ce pari dun venir se fera. Par la mobilisation de tous ceux qui voudront participer et non se "protéger" par un Etat fort. Cependant l'humain reste le facteur incertain, et lorsque la fatalité frappe, alors les crises parfois dégénèrent en chaos...mais l'Humanité y survivra. Comme le dit Edgar MORIN, il est tout à fait possible que cela se passe bien, c'est de ce type de "protection" que nous pouvons nous inspirer.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Tout cela est fort intéressant et on ne peut qu'être d'accord,avec une analyse intelligente, émanant de quelqu'un d'écclectique et curieux... mais il est très dommage que Bernard Spitz ne nous en dise pas plus sur ce que prévoit de faire la Fédération des Assureurs pour apporter sa pierre à ce nouveau contrat social qu'il appelle de ses voeux.... Aude de Chavagnac
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Cette analyse remarquable du Conseiller d'Etat Bernard Spitz s'inscrit dans le droit fil de l'aparté tenu par le général de Gaulle à Alain Peyrefitte sur le croiseur De Grasse le 10 septembre 1966 :
"Les Français sont atteints d'un mal profond.Ils ne veulent pas comprendre que l'époque exige d'eux un effort gigantesque d'adaptation...Ils ne peuvent se passer de l'Etat ,et pourtant ils le détestent,sauf dans les périls...Ils ne se conduisent pas en adultes". Il ne nous reste plus qu'à faire nôtre ce vieux proverbe allemand,si nous ne voulons pas "entret dns l'avenir à reculons"(Paul Valéry): "IL FAUT T'ADAPTER AU MONDE CAR TA TËTE EST TROP PETITE POUR QUE LE MONDE S'Y ADAPTE". Bravo pour cette interview.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Pourquoi persister à vouloir toujours protéger les Français.Sont-ils à ce point frileux,peureux ?
Quel signal est envoyé à la population?Ne vaudrait-il pas mieux les encourager à prendre des risques,à être enfin responsables comme nos voisins les plus dynamiques,à ne plus tendre la main .Ou allons nous nous contenter de tendre la main en bons pêcheurs,transporteurs,agriculteurs,restaurateurs etc....Quel est donc ce pays ?C'est avec ce type de discours que l'on conduit les populations vers ce que nous connaissons depuis 30 ans.Un pays à qui les gouvernants ne demandent aucun effort.Comme disent les Américains:lasy French.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
la seule est vrai richesse d'un pays c'est les jeunes, une France sociale, humaine, économique doit d'abord passer par l'intégration des jeunes, aujourd'hui se pose t on la question d'un ascenceur social cassé, brisé comment une jeunesse peut elle y croire, les français ne souhaite pas être protégé derrière un état fort, les français veulent une autre vie, avec d'autres cartes à jouer pourquoi ne pas développer le sport en ouvrant les infrastructures aux jeunes, à la musique, la peinture et la lecture et les voyages et les échanges, il faut que les jeunes soient à l'international de ce qu'il de mieux, il faut investir dans la jeunesse.
je n'entend pas l'état sur le seul problème la jeunesse, la il y a des solutions sociales économiques et autres. bonsoir
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
L'Etat fort n'est bon que pour les faibles
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
excusez mais cet homme répète des idée a mode
peu de pensée dans cet interview
de la com peut etre
mais faut il etre conseiller d'etat pour penser si pauvre ou l'intéret est dans l'articulation des concepts partagés?

pourtant cet homme doit savoir faire autre chose que repèter et organiser les idée des autres
mais la cela n'apparait pas
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Je crains hélas que Bernard Spitz n'a pas compris que les modèles du passé n'ont plus cours et que le monde d'aujourd'hui avec 7 milliards d'individus n'a plus rien à voir avec celui de 1930 et que grande va être sa surprise quand il verra ce qui va arriver. Les Etats les plus surpeuplés comme la Chine et l'Inde vont au-devant de problèmes insurmontables et vont déséquilibrer l'ensemble du sytème capitaliste pour finalement le faire chuter et le détruire.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
oui; un pseudo expert de plus, tres beau cv, conseiller d'état...en général ce sont les plus redoutables...ils ont toujours de belles idées, sont de très bons analystes, mais quel cerveau moyen n'est pas capable de cela ? même le pen met souvent le doigt ou cela fait mal, mais quand aux solutions et à l'application des solutions...qui ne voit pas que justement, les dirigeants ne font rien parce qu'ils n'ont aucune maîtrise sur un environnement en permanence en évolution qu'ils n'arrivent plus à appréhender tellement il change rapidement ? ils ont pu temporairement éviter la catastrophe, mais nous n'en sommes qu'au début, la crise du 20 ième siècle a débuté en 1929, et malgré tout, s'est finie par un conflit 10 ans plus tard, au total la chute aura duré 15 ans...alors qui vivra verra et nous n'en sommes qu'à l'année 2 ...comment pourra -t-on empêcher les vieux -pardon les personnes agées- de tirer la couverture à eux, vu qu'ils deviennent les plus nombreux et qu'en démocratie c'est en principe les majorités qui l'emportent ?
on voit également que dans le reste du monde, c'est plutôt la dérégulation qui règne et que le brésil, la chine, l'inde ne sont pas d'accord avec notre mode de fonctionnement, cela impacte nos économie et nos sociétés, la suède, modèle de société démocratique et de tolérance est elle même en train de passer dans un mode ou les sociaux ont perdu la main et ou la droite extrême commence à peser d'un poids de plus en plus important, c'est un symbole fort en europe, ou les conservateurs commencent progressivement à reprendre le pouvoir...donc si réformes on doit prendre, elles ne seront peut être pas celles que l'on attend et dont on a besoin...enfin, dans la vie, en règle générale, l'état providence prévoit souvent tout, mais c'est fréquemment autre chose qui survient, alors, les conseillers, dont Monsieur spitz, sont rarement les payeurs...ce monsieur roule pour les assureurs, qui avec les banquiers sont ceux qui après la guerre du golf ont provoqué la crise immobilière des années 90 en France et largement été partie prenante dans la nouvelle crise. si les assureurs étaient les bienfaiteurs du monde, cela se saurait !!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Si l'État est fort, nous subissons. Si l'État est faible, nous périssons" paul valery
A méditer....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :