Emmanuel Todd : "le protectionnisme ou le chaos"

Dans notre série d'été Visions de l'après-crise, "La Tribune" a interrogé Emmanuel Todd, politologue, démographe et historien. Ce dernier estime notamment qu'une Europe protégée, relançant la demande par les salaires, permettrait de renouer avec un cycle d'innovation.

5 mn

La crise a révélé de nombreux dysfonctionnements dans l'économie et la finance, vous semble-t-il qu'on en tire les leçons pour le monde de demain ?

Il y a une ultime vérité qui n'a pas encore été acceptée : la crise provient d'un déficit de la demande à l'échelle mondiale, dont la cause première est le libre-échange. Le libre-échange a rompu l'équilibre entre la production et la consommation, il a conduit les entreprises à considérer leurs salariés comme un coût pur, et les a précipitées dans la compétition par la compression des salaires. L'irruption de la Chine et des pays émergents n'a fait que renforcer ce travers, qui aurait existé sans eux. Dans un monde où l'on comprime les salaires, la demande ne peut provenir que de l'endettement. D'où la crise.

 Le libre-échange a aussi des avantages substantiels, il a déclenché une période de forte croissance...

Dans la première phase, il y a bien sûr les économies d'échelle et les bénéfices de la spécialisation, je ne suis pas aveugle à cela. Mais dans la seconde phase, les effets déprimants sur la demande l'emportent, lorsque les entreprises ne considèrent plus leurs salariés comme des consommateurs. Dans nombre de pays développés, les salaires stagnent depuis quinze ans. Le seul élément dynamique était l'endettement du consommateur américain et le déficit extérieur des États-Unis, qui a tiré la planète. Si les plans de relance en cours visent à rétablir un tel système, nous butterons vite sur les mêmes difficultés. D'autant que les difficultés de financement des États vont apparaître. Les investisseurs vont se rendre compte que l'État américain n'est qu'un super-Madoff, l'escroquerie du siècle. Il est tout à fait vraisemblable que l'on assiste à l'effondrement du dollar dans l'année qui vient.

 Va-t-on vers le protectionnisme ? Le libre-échange est toujours défendu par les dirigeants du monde entier...

Les classes dirigeantes sont toujours les dernières à comprendre. Je note quand même un changement d'ambiance, les gens ne rient plus lorsqu'on parle de protectionnisme européen. C'est un beau projet, que celui d'une Europe protégée et relançant la demande par les salaires. Cela déclencherait probablement un nouveau cycle d'innovation technologique. Les délocalisations sont en effet un frein à l'innovation, parce qu'elles donnent accès à de vastes réserves de main-d'?uvre sous-qualifiée et sous-payée. Le personnage central du monde protectionniste, c'est l'ingénieur, et non le financier, qui triomphe au contraire dans le monde libre-échangiste. Pour le futur, ce sera ce monde protectionniste ou le chaos. Ou bien d'abord le chaos, et après ce monde-là.

Pourquoi les économistes sont-ils alors unanimes à condamner le protectionnisme ?

Ils sont incapables, malgré leurs efforts récents, de se réapproprier les concepts de la macroéconomie keynésienne, de concevoir la collectivité sociale ou nationale. C'est l'incapacité à penser le collectif qui aveugle notre époque et retarde le règlement de la crise. Cette société molle et atomisée qui est la nôtre n'a d'ailleurs pas que des inconvénients. Cela nous protège des folies collectives du dernier siècle. Malgré le chômage, il n'y a pas de petits bourgeois hystériques dans les rues pour réclamer un régime fasciste ou stalinien... Le niveau éducatif, qui est la variable déterminante de l'évolution d'une société, est aujourd'hui très élevé, même s'il ne progresse plus. Peut-être les évolutions idéologiques seront-elles beaucoup plus rapides et plus intéressantes qu'auparavant, grâce au niveau intellectuel des populations.

Vous êtes donc assez optimiste...

Ce qui m'inquiète, c'est le vieillissement des populations et des mentalités. L'âge médian de nos sociétés s'élève à 45 ans au Japon, 44 ans en Allemagne, 40 en France et 37 aux États-Unis. Et l'âge médian du corps électoral est encore plus élevé, puisqu'il ne comprend pas les moins de 18 ans. Cette évolution va induire un ralentissement de la vie politique et de la pensée. Elle explique le basculement à droite de l'Europe, lors des récentes élections européennes. L'obsession sécuritaire, c'est un problème de vieux qui a peur des jeunes. Regardez les pubs à la télévision, c'est le financement des obsèques, les problèmes d'érection et le cholestérol ! Les publicités en disent davantage sur nous que les sciences sociales. Et ce phénomène de vieillissement est irréversible, partout sur la planète. Même la Chine vieillit à vitesse accélérée.

Ces structures d'âges élevés n'empêchent pas nos sociétés de se moderniser à grande vitesse, au plan technologique...

Oui, ce sont des sociétés vieillies qui ont adopté Internet, et cela plus vite que d'autres, plus jeunes. Il y a certainement un acquis en matière de compétence, de niveau intellectuel, d'adaptabilité, qui devrait nous aider à résoudre cette crise longue. D'autant que se profile un grand moment de l'histoire de l'humanité : l'alphabétisation complète de la planète, qui devrait intervenir vers 2030. L'écriture date de 3.000 avant Jésus-Christ, il aura fallu 5.000 ans et quelque 200 générations pour réaliser ce grand projet. C'est impossible de ne pas être optimiste quand on envisage cela.

 

Bio express : Emmanuel Todd, né en 1951, est un démographe et un historien français. En 1976, son premier livre ("La Chute finale") pronostiquait l'effondrement du monde soviétique. En 1998, "L'Illusion économique" s'attachait à comprendre les causes de la stagnation des sociétés développées. En 2002, "Après l'empire" analysait le déclin des États-Unis et anticipait une crise financière déclenchée en Amérique.

Lundi, suite de notre série avec l'interview de Marcel Gauchet.
 

5 mn

Paris Air Forum

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 52
à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
A lire pendant les vacances: "La mondialisation n'est pas coupable, vertus et limites du libre-échange" de Paul R. KRUGMAN (prix Nobel d'économie 2008) 7 euros 50 (livre écrit il y a plus de 10 ans....

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
belle lucidité. Espérons toutefois que le protectionnisme arrive avant le chaos et non l'inverse...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Je suis entièrement d'accord avec cette analyse et le décalage générationnelle de nos pays développés. Tant que les anciennes générations n'arriveront pas à avoir une pensée collective et à comprendre les jeunes générations, nous allons entrer dans u...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
L'article le plus intéressant et lucide lu depuis longtemps sur la crise actuelle et qui donne des clefs pour mieux appréhender un future court moyen et long terme.S'agit- il vraiment d'une vision optimiste? Rien n'est moins sûr ne serait- ce qu'à l...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
le protectionisme me semble une vue rétrgrade des choses. Il engendre des guerres, il empèche le développement des pays pauvres en leur coupant les commandes, il génère une inflation insuportable par ses prix de revient explosifs. Il ne semble possib...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Si l'état américain est un super MADOFF, l'état français en est son petit frère. Nettoyons devant notre porte.

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Pour les vieux, les malades, les handicapés et j'en passe, je ne vois qu'une solution....

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Des analyses intéressantes, mais que penser d'un intellectuel qui analyse le monde à travers les publicités télévisées? Emmanuel Todd ne développe pas sa théorie selon laquelle le protectionnisme et les salaires élevés génèrent de l'innovation, ce qu...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Le niveau éducatif global aurait donc beaucoup augmenté, selon ce professeur, alors qu'il s'agit seulement d'une massification à outrance, pilotant les masses conformément aux orientations des masses-merdias

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
A-t'on une preuve historique que le protectionisme ait eu un rôle positif pour les populations? Je demande l'avis de Jacques MARSEILLE...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
l'économie est une roue et comme tel elle, a besoin d'être alimenté en permanence. Depuis la fin de la guerre et la création de l'europe nous avons systématiquent mis en place une politique de libre échange ceci afin de favoriser la croissance en fra...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Notons que la Chine pratique depuis 1994 un protectionnisme monétaire d'une redoutable efficacité. Cela ne sert à rien de prohiber ou de restreindre les droits de douane si parallèlement on laisse, pratiquement sans rien dire, un grand Etat mener une...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Dire que la crise vient d'un déficit de la demande est un truisme qui n'apporte aucune information. Dire que les salaires stagnent depuis 15 ans est faux. Les concepts keynésiens tels que les conçoit Monsieur Todd n'ont rien à voir avec ce que Keynes...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
L'angle de compréhension et de jugement me paraît bien argumenté et il dénonce implicitement l'usine du monde qui est le symbole même du libre échange insensé et qui continue d'ailleurs à vouloir progresser en ignorant les craquements sinistres de la...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
"les classes dirigeantes sont toujours les dernières à comprendre": une vérité qui fait du bien à attendre. Phi fi, vous croyez encore qu'il y a eu deux guerres mondiales, et non une guerre mondiale en deux parties? Et la guerre de cent ans, vous la ...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Il ne faut pas employer le mot "protectonisme" comme Todd parce qu'immediatement on a des fous furieux qui vous parles de Hitler, Mussolini et la guerre... Il faut retablir des regles de concurrence sociale, fiscale, monétaire et ecologique juste. Po...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Enfin une réflexion sensée! Parler de libéralisme quand les plus grands états du monde pratiquent un protectionnisme évident reèvent de l'angélisme! Mais nos financiers ne sont plus à ça près, du monent qu'ils engrangent des profits, rien ne les arrê...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
la tva sociale?!

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
pourait t'on réétudier la mise en place de la tva sociale, en rapport avec les ocnditions de rémunérations et protection sociale de chaque pays

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Il serait judicieux de distinguer le commerce international (échange de biens ou de services en surplus, vieux comme le monde) de la mondialisation, répartition internationale du travail tentée à chaque siècle (Compagnie des Indes, colonialisme), et...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
La révision des tarifs du "tarif extérieur commun" pour revenir à l' esprit du traité de Rome, l'espace de prospérité commune, à l'opposé du libre échange absolu prôné par la commission "non européenne", est obligatoire. Elle devrait comprendre une ...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Il est bien agréable de pouvoir de temps en temps se nourrir des analyses et des approches d'Emmanuel Todd. Merci à la Tribune de forcer quelques ouvertures salutaires dans le débat. N'en déplaise à NAKUDA, il est temps aujourd'hui et après quelque...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Il est bien agréable de pouvoir de temps en temps se nourrir des analyses et des approches d'Emmanuel Todd. Merci à la Tribune de forcer quelques ouvertures salutaires dans le débat. N'en déplaise à NAKUDA, il est temps aujourd'hui et après quelque...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Logique étrange : il faut en premier détruire en Europe des emplois synonymes de consommateurs solvables pour délocaliser et rendre compétitives des productions dans des pays à très bas coûts afin d?offrir à nos marchés, des biens de consommation au...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
En Chine, la croissance est forte car les salaires augmentent. Comme en France en 1975 en fait! Bizarre?!

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Le mot protectionnisme effraie -voir les réactions disproportionnées de NAKUDA ou de Novil-, synonyme de guerre et d?autarcie. Au contraire, le mot le libre-échange est vendeur, synonyme de modernité et d'ouverture. Mais ce sont des mots, et derrière...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
C'est vrai. On entend nos dirigeants parler High Tech sans savoir qu'il est de moins en moins chez nous et que les SSII vendent l'heure ingénieur expert bien moins chère que l'heure de mécanique ou de tôlerie maintenant. Pour autant les licenciements...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Les seules économies qui continuent de rencontrer une forte croissance sont, avec la Chine au premier rang, des économies protégées, contrôlant les importations par des systèmes de licences ou de quotas. Nos économies libérales ne peuvent pas les co...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
à Henry2: Avions nous une preuve historique que la Terre tourne autour du Soleil?

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
en effet, on peut être d'accord sur l'analyse de E.Todd et ses prévisions (chute du dollar,...), mais en désaccord avec les solutions proposées. Considérer les salariés comme des consommateurs, c'est juste, car cela permet d'éviter des délocalisation...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
A Nakuda et à tous ceux qui veulent allonger la durée du travail avant la retraite, j'aimerais qu'ils répondent à ces 2 questions : - 1 : A quoi ça sert d'avoir 1million de retraités en moins si c'est pour avoir 1 million de chomeurs en plus ? - 2 : ...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Le pb est bien là: l'Europe n'a pas de marge véritable d'action dans le choix d'UNE politique monétaire, fiscale et même de convergences des orientations à donner à l'économie. Alors un protectionnisme à son échelle? J'en doute fort; pourtant quant a...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
HADOPI>UNE LOI VOULU ET BIENTOT Votée par des gens qui vont s'en servir à des fins et dérives dangereuses ! HADOPI c'est tout simplement une loi qui va permettre des dérives de tout ordre,tout ça pour quoi ? pour qui ? les lobbys musicale et ciné...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
LES FRANCAIS VONT ETRES Décortiqués,Etiquetés ! ! UN SCANDALE C'est très grave ! la loi Loppsi et Hadopi C'est bien plus qu'une histoire de droits d'auteurs ! Des fichiers vont êtres créés,vous allez sur un site de rencontre gays,vous serez ca...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Beaucoup de manichéens dans les commentaires. Entre ceux qui ne savent pas qu'il existe une gradation dans le protectionnisme, ceux qui mélangent politiques sociales (communautarisme/libre-arbitre, collectivisme/individualimse,...) économiques (libr...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Voila un point de vue que je partage totalement:Ce qui m'inquiète, c'est le vieillissement des populations et des mentalités. L'âge médian de nos sociétés s'élève à 45 ans au Japon, 44 ans en Allemagne, 40 en France et 37 aux États-Unis. Et l'âge méd...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
le problème avec la situation actuelle, c'est qu'en tendance de fond (la "crise" n'étant qu'un accélérateur), beaucoup de nos emplois s'en vont à l'étranger dans des pays à bas coût, même la R&D dont on nous serinait qu'ils ne partiraient jamais ; qu...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Merci pour cette nouvelle intervention. Pour qui prend la peine de dépasser le "ronron" de la pensée unique ultra-dominante dans les médias, il y a indubitablement des idées neuves et en évolution permanente. Quelques remarques toutefois : 1) le ...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Le très talentueux anthropologue Emmanuel Todd, nous annonce « Le protectionnisme ou le chaos » ! Même si le contenu de l?interview n?est pas aussi péremptoire, il affirme que la situation dans laquelle nous sommes tient une insuffisance de dema...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
oui, ce monsieur redécouvre l'eau chaude ! on voit cependant qu'il argumente assez bien, et qu'il a un réflexion approfondie, cependant la redécouverte du phénomène des cycles, besoins à satisfaire, production, surproduction soit pour augmenter son b...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Je propose ce long commentaire. A tou hasard. Le protectionnisme est-il une solution possible ? Le très talentueux anthropologue Emmanuel Todd, nous annonce « Le protectionnisme ou le chaos » ! Même si le contenu de l?interview n?est pas ...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Voir un demographe historien faire de l' Economie, c'est comme voir un ane à Longchamp. La vision de grands blocs économiques protégés et compartimentés est une superbe vue de l'esprit, dont les conséquences sont assez previsible : la GUERRE. Peut et...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Enfin, es personnalités de premier plan rejoignent le camp du bon sens. Les clivages politques nés dans la décde 1930-1940 ont anesthésiés nos élites politiques. Le scandale du fonctionnement de l'Europe ommunautaire doit laisser la place à un vate ...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Bravo à La Tribune d'avoir donné la parole à Emmanuel Todd: le fait que la crise soit née d'une insuffisance de la demande qu'à pallié le développement du crédit, est un diagnostic trop peu posé par les membres du G20, qui pensent d'abord à sauver le...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Certains dans leurs commentaires parelent de la nécessité de politiques natalistes. Or les politiques natalistes sentent toutes mauvais : il suffit de penser aux politiques natalistes pour préparer de la chair à canon des guerres ou encore celle du 3...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Pour mieux comprendre comment Emmanuel Todd conçoit ce fameux protectionnisme européen, et comment libre échange et protectionisme ont été utiles à tour de rôle au développement de nos économies, je vous conseille d'écouter une longue interview réali...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
à FL et les autres Proposer aujourd'hui des politiques natalistes alors que la population de la terre devrait bientôt se stabiliser autour de 9 Milliards d'êtres humain, et que nous ne savons pas comment ils pourront tous être nourris est irresponsa...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
" le protectionisme me semble une vue rétrograde des choses. Il engendre des guerres, il empèche le développement des pays pauvres en leur coupant les commandes" C'est le libéralisme échevelé qui engendre le pillage des pays pauvres, le dumping...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Chouette ! Il va bien falloir à un moment ou un autre s'arrêter ! Si dans le futur la terre compte 20 milliards d'habitants et si on stabilise, le problème est le même que si on stabilise à 7 ou 9 milliards. On ne fait que reculer le problème ! Et un...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Todd a peut-être tort de parler de protectionnisme , il devrait plutôt parler de la nécessité du "juste-échange"à opposer au libre-échnage qui est en fait le laissez-fairisme.Il s'agit de rendre le commerce international juste où chacun peut se battr...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Si 20% de la population mondiale est riche, c'est bien parce que 80% de cette population est pauvre. La terre n'a pu, ne peut et ne pourra jamais produire la richesse équitablement à l?ensemble de ses habitants... donc c'est le grand retour aux corre...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Incroyables propos ! Voila Emmanuel Todd nous expliquant que la dépression actuelle est la faute du manque de demande... dans le monde entier précise-t-il, alors que tous les économistes s'accordent à constater que la demande est restée ferme, ça com...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.