Un impôt efficace ?

 |   |  168  mots
La Suède a institué la taxe en 1991 avec succès.

Pour les Suédois, pionniers en la matière, pas de doute : la taxe carbone, instituée en 1991 au prix de 27 euros la tonne (elle en "vaut" aujourd'hui 108 euros), a permis au pays de réduire ses émissions de carbone de 9 % sans entraver la croissance économique. La question de l'efficacité d'une telle taxe est bien évidemment au centre des débats.

La fiscalité a toujours été un instrument puissant pour modifier les comportements. Or, dans les objectifs du Grenelle de l'environnement, il s'agit bien, sur le long terme, de changer les modes de production et de consommation. Mais la récession incite les pouvoirs publics à la plus grande prudence : trop forte, la taxe risque de nuire au pouvoir d'achat et à la compétitivité de notre économie ; trop faible, elle ne donnera aucun signal clair du principe "pollueur payeur". L'impact sera in fine mesuré sur les gains d'émissions mais aussi à l'aune de notre consommation d'énergies fossiles, soit environ 12 barils de pétrole par an et par habitant.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Pour être apte à payer la taxe carbone, je trouve qu'il faudrait une étude pointue de la pollution par région.La région parisienne de part sa position dominante en circulation camions,voitures, bouchons ou les voitures font du sur place gr^ce aussi aux péages qu'il faudrait peut être supprimés ces derniers contribuent également à la pollution en créant des bouchons sans fin, les centrales thermiques qui dégagent du CO2 à plein poumon, concentration du bâtis, concentration humaine, péniches fluviales rejetant des gaz, groupe
éléctrogène de secours, concentrations d'aéroports et d'avions polluants au regard de cette pollution toute parisienne et facteur de bonne santé économique donc forcément polluante je mets en parallèle le département de la Creuse avec ces 150000 habitants territoire essentiellement rurale pas de bouchons sur les routes que des tracteurs agricoles peu de bâtis peu de pollution que des troupeaux de bovins d'ailleurs Nicolas Hulot évite de faire des reportages sur ce terroir qui lui rabattrait le caquet et réduirait à néant sa théorie de pollution tous azimuts.Je demande donc qu'une taxe carbone différenciée et spécifique soit appliquée et non mutualisée et que la région la plus polluante paye plein pot. Cependant la pollution de carbone ne s'arrête pas aux frontières pour être complet je me demande comment va-t-on faire pour stopper le CO2 chinois et
autres indiens, américains, brésiliens qui vont forcément nous arroser sans nous demander notre avis. Quant à la Suède,c'est un pays de 450000 km carré avec 9 millions d'habitants autrement dit à l'échelle du monde une grande ressemblance au département de la Creuse.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :