Poussée de fièvre sur la grippe A

 |   |  623  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
À l'approche de la rentrée qui pourrait être le pic de la pandémie, le débat se focalise sur la question de la gravité réelle du virus H1N1.

Si une véritable épidémie de grippe A touche la France dans quelques jours, les mêmes qui disent aujourd'hui que le gouvernement en fait trop diront qu'il n'en a pas fait assez. » Hier matin, en présentant son plan de prévention contre la grippe A dans les écoles, Luc Chatel, le ministre de l'Éducation nationale, qui est aussi porte-parole du gouvernement, a voulu couper court à la polémique naissante sur l'attitude des pouvoirs publics face aux risques du virus H1N1. « Il faut éviter deux écueils, la banalisation et la dramatisation. » Pour lui, « la gravité de la grippe A est aujourd'hui modérée, notamment chez les enfants ».

Conseils d'hygiène
Il n'empêche : le gouvernement va prendre une série de mesures. Il va faire distribuer, le jour de la rentrée, 12 millions d'exemplaires d'un dépliant aux familles leur rappelant les conseils d'hygiène de base. Surtout, si trois cas de syndromes grippaux sont détectés en moins d'une semaine dans une classe, le préfet pourra décider la fermeture de l'établissement. En cas de fermetures généralisées, des programmes pédagogiques seraient diffusés sur des chaînes publiques et via Internet.

En l'espace de quelques jours, pourtant, le débat sur la grippe A a changé de nature en France. Jusqu'à présent, la question était de savoir comment l'État et les entreprises se préparaient pour limiter les conséquences d'une probable épidémie à la rentrée. Le scepticisme qui se faisait jour dans d'autres pays européens sur la gravité réelle de la grippe A avait rencontré peu d'écho dans l'Hexagone (voir ci-contre).

Désormais, la question centrale est : le gouvernement n'en fait-il pas trop ? À preuve : hier matin sur France Inter, Marcel Grignard, le numéro deux de la CFDT, a reproché à Luc Chatel « de faire peur aux gens. » Déjà, fin juillet, Bernard Debré, professeur de médecine mais également député UMP de Paris avait accusé le gouvernement d'en faire trop face à « une grippette ». 68 % des internautes ayant répondu à cette question sur latribune.fr ont jugé effectivement que le gouvernement en faisait trop.

Mezzo voce, certains suspectent même le gouvernement de faire une belle opération de communication politique avec le dossier de la grippe A. Sur le sujet, la gauche reste en effet muette de peur d'être accusée de nuire à l'intérêt général. Seul ou presque, le député PS de la capitale, Jean-Marie Le Guen, s'est-il exprimé, et encore afin de réclamer des moyens supplémentaires pour les hôpitaux de Paris en sa qualité de président du conseil d'administration de l'Assistance publique.

Eviter la critique
Quoi qu'il en soit, le gouvernement ne semble pas vouloir changer de ligne : éviter à tout prix la critique d'imprévoyance au risque d'en faire effectivement beaucoup. Depuis avril, un comité interministériel, sous la direction du ministre de l'Intérieur, s'est réuni régulièrement pour coordonner les plans de prévention des différents ministères. « Le pays est prêt à affronter la grippe A », a martelé François Fillon le 24 juillet lors d'une visite très médiatique dans une pharmacie de Rambouillet en compagnie de Roselyne Bachelot, la ministre de la Santé. Celle-ci a d'ailleurs été présente tout l'été dans les médias. Tous les politiques ont en mémoire le précédent de la canicule de l'été 2003 qui avait entraîné le décès de près de 20.000 personnes âgées. La gestion désastreuse de cette crise par Jean-François Mattéi, alors ministre de la Santé du gouvernement Raffarin, est resté dans les mémoires.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Le problème est qu'on sent très bien que le tapage autour de la Grippe A n'est que de la communication... ; le virus est peu virulent et personne ne sait répondre à la question "va-t-il le devenir, et quand ?" A ce stade, On joue à se faire peur !!
Quand on creuse un peu, on voit également qu'il n'existe pas de lignes directrices claires à décliner, relayant ce discours, par exemple dans les entreprises installées en région parisienne (alors qu'on pouvait travailler sur de telles bases lors des travaux sur les risques d'inondation de la seine en 2004/2005).
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Non seulement le gouvernent en fait trop, mais en plus, il le fait mal !

Quelle idée de vouloir mettre les établissements scolaires en quarantaine ! Cela va refaire chuter l'économie, alors qu'elle peine déjà à sortir de la crise... Car mettre les établissements scolaires en quarantaine, cela veut dire que les élèves n'iront plus en cours (enfin, on leur fait cours "à distance" le meilleur moyen de faire l'école buissonnière "sécher" les cours), donc les parents vont plus rester garder ces-derniers, donc plus d'absentéisme dans les entreprises (soit pour garder les enfants, soit parce que les enfants tombent malade et que les parents attrapent également le virus).

Bilan :

Plus d'absentéisme = moins de production, donc moins de bénéfices (ou plus de déficit), entrainant hausse du chômage et baisse des salaires !

Je pense que pour n'en faire ni de trop, ni pas assez, il faudrait faire vacciner les enfants (donc ils seront immunisés, je vous rappelle qu'ils sont les plus concernés par le H1N1), cela permettra de continuer à faire cours normalement, donc pas d'absentéisme dans les entreprises.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Nous sommes déjà en France en pleine pandémie, avec des centaines de cas chaque jour non comptabilisés car non "testés" et la grippe A n'a tué encore personne en France. Le gouvernement construit une peur panique au sein de la population et chaque jour, nous, professionnels de la santé, on rassure nos patients en remettant les choses à leur place : depuis juillet, 800 noyades, 700 accidents de la route mortels, ..., et zero mort de grippe A !!
De plus, on en oublie la grippe saisonnière qui tue 5.000 à 6.000 patients comme chaque année en France. Or, cette année, on ne va pas les vacciner contre cette grippe; ainsi, on peut imaginer que la grippe saisonnière va tuer bcp plus que les années précedentes et en tout les cas, plus que cette grippe A.
Etant donné que l'on peut exclure la theorie du complot, il reste la theorie d'une gouvernance déconnectée de la réalité et ayant aucune notion d'épidémiologie et d'histoire de la médecine, même récente.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Il ne s'agit pas de systématiser la fermeture des classes sur un mode rigide, type : 3 cas, on ferme ! C'est ridicule.
Il vaudrait mieux privilégier un système plus souple de surveillance locale avec des personnes qualifiées qui prendraient la décision de fermeture en fonction de la situation exacte du secteur géographique pour lequel ils auraient compétence.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Je suis père de 4 enfants, la rentrée nous inquiètes comme tout parents. Cette grippe ne fait pas plus de mort que la grippe conventionnelle (de 1/ 1000 à 2/100), mais ce qui m'inquiète c'est qu'elle tue des gens dont le système immunitaire est en bon état, des enfants et des adultes entre 25 et 45 ans.
Je pense que nous ne sommes pas prêt a faire face à cette pandémie, notre gouvernement ménage la chèvre (nous) et le choux (l'économie). Il faut faire un choix de gestion de crise, pas facile...
Si le vaccin est prêt, sans effet secondaire et efficace, alors qu'attend t'ont pour vacciner la population sachant qu'il faut être vacciné 3 semaines avant le pic de grippe?
Il n'est pas question de bloquer notre pays, mais si j'en crois les chiffres de l'OMS entre 40 et 50% de la population pourrait être touchée, le coût global de ces arrêts est à peine imaginable, bonjour la gestion de crise...
Encore un petit mot, il semble que la nouvelle Calédonie soit touchée de façon importante par le virus 20 000 cas depuis Juin, pourquoi n'avons nous cette information que 2 mois plus tard???
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Je suis désolé de vous contredire Matthieu, mais moi je suis pour la liberté d'avoir le choix ou non de se faire vacciner. En ce qui me concerne, je ne me ferais pas vacciner contre la grippe A. Eh oui, malheureusement, on ne sait pas quels seront les effets à court ou à long terme du vaccin,...De plus si le virus mute avec la grippe saisonnière, même le vaccin sera inefficace.
A méditer.....
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
La théorie du complot ... En effet, peut être pas jusque là. Cependant, si on observe la situation de façon décalée, on peut peut etre se dire que ces grippes ne sont finalement pas si mal que ça pour une certaine catégorie.
En suite, il suffit d'appuyer là où ca fait mal et la tranquillité demeure.
A quoi est ce que je fais référence ?
Normalement, la rentrée est la période où les gens reviennent de vacances et où ils ont plein d"énergie pour revendiquer sur les salaires, sur leurs conditions de travail, sur les frais exorbitants... Et là, vu que l'on en est rendu à éviter de se serrer la main et que chacun va commencer à regarder son voisin d'un air suspicieux, tout le monde va rester bien sage.
Tout bénef pour une belle rentrée sociale dans le calme.
Et comme en plus, juste derrière, on a la grippe porcine, tout va rester bien calme encore un bon moment.
Si ca n'avait pas été voulu, j'ai dans l'idée qu'il suffisait de mettre les gens en quarantaine le temps qu'ils soient guéris et de leur permettre en suite, et pas avant, de revenir de l'étranger.
Si l'on part de la question : "a qui profite les grippes ?" (hors médecin traitant) , on pourra sans doute faire plein de suppositions intéressantes.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
alors pour lolo, soi-disant professionnel de santé, et pretendant que la france ne compte pas de deces de la grippe A, bien qu'il y en est eu 3 dans les DOM-TOM, je me demande qui nous fait le plus peur !!!! le gouvernement ou ces pseudos-professionnel ?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
ont nous parle de conseilsur l'ygiene de nos enfants,mais cher parents et cher ministres êtes-vous déja allez jeter un oeil dans les toilettes des écoles primaire et autre et bien l'on voient clairement que le souci d'ygiene ne dérange personne ni les parents,ni les professeurs, et encore moin l'éducation nationale.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
UN GÉNOCIDE SE PRÉPARE

L'Autrichienne Jane BURGERMEISTER, journaliste d'investigation, a déposé plainte auprès du FBI, au motif de : « Programmation d'un génocide par la vaccination de masse ».

Comme programme de rentrée, l?OMS lance l?avant dernier stade du génocide ultime
visant une réduction de 5 milliards d?humains sur dix ans 4 !
Cette affirmation, digne d?un scénario de politique-fiction,
pourrait passer pour du délire ou de la paranoïa ! Il n?en est rien.
Jane Burgermeister et de nombreuses autres personnalités, scientifiques, politiques,
chercheurs, journalistes confirment ce programme de dépopulation programmée,
via la pandémie de grippe A/H1N1 et surtout, via les vaccins qui seront contaminés.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
la plus grande fumisterie mondiale programmée, tous les médecins sont unanimes a dire qu'elles est moins dangereusesque la grippe habituelle, 1500 malades soit disant en france fait 0.00029% de la population. a qui profite le crime
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
La grippe Espagnole qui a fait 50 millions de mort en 1918, avait commencé de la même façon....Et tuait essentiellement les jeunes.. Esperons que le vaccin soit efficace...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
merci Andrés91 d'avoir pensé aux 20 000 cas de la Calédonie, eh oui on en parle que maintenant pourquoi?????? on fait partir des équipes médicales maintenant pourquoi????
une calédonienne qui pense à son pays, qu'on oublie un peu trop souvent sauf pour parler de la grippe et/ou des grèves.......

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :