La majorité défend un "budget de sortie de crise", la gauche critique tous azimuts

 |   |  337  mots
Parlementaires et personnalités politiques de l'opposition comme de la majorité ont réagi au projet de loi de finances pour 2010 qui a été exposé en conseil des ministres ce mercredi.

Alors que le projet de loi de finances pour 2010 était ce mercredi exposé en conseil des ministres, Didier Migaud, président PS de la commission des Finances, a qualifié le budget 2010 de "dangereusement déséquilibré, toujours injuste, inefficace économiquement".

"Les bénéficiaires du bouclier fiscal seront une nouvelle fois exonérés de toute hausse de prélèvements, a-t-il déclaré. Ce mécanisme rend ainsi inopérantes des mesures qui pourraient apparaître justes en matière de taxation des plus-values ou de parachutes dorés".

Pour Martine Aubry, c'est un budget "d'une indécence en matière d'injustices incroyable". "Rien sur le pouvoir d'achat, rien sur l'emploi mais des mesures qui favorisent encore et toujours les mêmes", a dit sur France Inter le premier secrétaire du Parti socialiste. Le niveau de la dette - 84% du PIB en 2010 après 77,1% en 2009 - est "totalement irresponsable", a-t-elle estimé

Charles de Courson, député Nouveau Centre (NC), a annoncé que son parti proposerait des amendements pour lutter contre le déficit et économiser 5 milliards d'euros : "3,5 milliards par un coup de rabot sur l'ensemble des niches fiscales et 1,5 milliard en supprimant les exonérations de charges sociales patronales sur les très grandes entreprises, comme Total".

"Année de sortie de crise"

Selon Gilles Carrez, rapporteur général du budget (UMP), "c'est un budget de sortie de crise" avec deux éléments majeurs, la suppression de la taxe professionnelle et le verdissement de la fiscalité avec la taxe carbone notamment.

Le Premier ministre, François Fillon, dont les propos ont été rapportés par le porte-parole du gouvernement Luc Chatel, a souligné pour sa part que c'est durant "l'année 2010" que se jouera "la sortie de crise". Ce budget va permettre de" protéger [les Français] contre les effets de la crise", grâce notamment à la mise en oeuvre d'"outils puissants de lutte contre le chômage" ou un "choc de compétitivité grâce à la suppression de la taxe professionnelle".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
ensemble d'incompétents, simplement bons pour nouvelles taxes et proteger les copains
; niches, bouclier fiscal, exonérations, et payez les petits cons ! les autres se cassent !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :