Les emplois de services touchés de plein fouet

 |   |  318  mots
L'intérim et les services aux entreprises sont les plus sensibles à la conjoncture.

Les activités de services sont moins exposées aux fluctuations de l'économie mondiale que l'industrie ou la construction. Mais cette caractéristique ne suffit pas à épargner l'emploi dans ce secteur en période de crise. Tel est le principal enseignement d'une étude de l'Insee dévoilée ce mardi matin et intitulée "Les services marchands sont sensibles à la conjoncture".

L'évolution de l'emploi salarié au cours de ces derniers mois le montre. Certes, l'industrie a été très touchée, avec quelque 143.800 emplois détruits à la fin du deuxième trimestre sur un an. Mais les services ne sont pas en reste. Outre les 177.000 postes perdus dans l'intérim sur un an, l'hébergement et la restauration (15.600 destructions), les activités immobilières (13.900) ou l'information et la communication (13.000) ont connu douze mois en négatif.

Brutalement impactés

"Fin 2008, le retournement de l'emploi est même plus brutal dans les services que dans l'industrie", souligne l'Insee.

Mais ce phénomène, déjà marqué lors des crises de 1974 ou de 1993 ou du retournement conjoncturel de 2001, ne frappe pas uniformément les services. Outre l'intérim, les services aux entreprises (informatique, ingénierie, etc.) sont les plus sensibles aux variations d'activité. "Ces secteurs font souvent les frais des restrictions de budget de la part des secteurs qui font appel à eux en phase de croissance", explique l'Insee.

A l'inverse, les services aux particuliers suivent moins les fluctuations conjoncturelles. Ainsi, les "activités récréatives" (cinéma, spectacles, etc.) et les services personnels et domestiques (coiffure, soins de beauté, etc.) ont connu une croissance régulière ces vingt dernières années. Seule exception, l'hôtellerie-restauration qui, depuis 2001 et jusqu'à la crise actuelle, a connu un creux d'activité. La publication, vendredi prochain, des données sur l'emploi salarié au troisième trimestre donnera une première tendance de la capacité des services à sortir de la crise?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :