Le nouveau franc aurait eu 50 ans le 1er janvier

 |   |  405  mots
Remplacé par l'euro en 2002, le franc baptisé "Pinay" ou "de Gaulle" lors de sa création a marqué l'histoire de la Vème République.

C'était il y a 50 ans. Le 1er janvier 1960, les Français découvraient leur nouveau franc. Dix-huit mois plus tôt, Antoine Pinay, tout juste nommé ministre des Finances par le général de Gaulle, se voit confier, avec l'économiste Jacques Rueff, une mission de la plus haute importance. Le nouveau chef de l'Etat souhaite remplacer l'ancien franc, miné depuis la Libération par plusieurs dévaluations, par un "franc lourd". Antoine Pinay y consacrera une grande partie de son énergie. Mais quelques jours après la mise en circulation de ce nouveau franc, son géniteur, qui désapprouve la politique algérienne du gouvernement, donne sa démission.

Le kilo de pain vaut 60 centimes

La conversion était facile à faire : 100 anciens francs ne valaient plus que 1 nouveau franc. Pour faire un plein d'essence, 40 francs suffisent et, avec 60 centimes, on peut s'acheter un pain de 1 kilo. L'objectif du gouvernement de l'époque est de renforcer la devise nationale, affaiblie à la fois par l'inflation et le coût financier des conflits en Indochine et en Algérie. Le général de Gaulle explique aux Français qu'il entend rendre "au vieux franc français une substance conforme au respect qui lui est dû". De fait, à l'époque, dans les mois qui suivent son introduction, le franc est quasiment à parité avec le mark et le franc suisse.

Quand l'euro arrive, certains parlent encore en anciens francs

Pour les Français, le passage au nouveau franc se fait sans difficulté. Même si le recours aux anciens francs va, pour une majorité d'entre eux, rester la règle dès lors qu'ils évoqueront des sommes importantes : salaire, achat d'automobile ou de biens immobiliers, etc... La plupart des personnes nées avant 1945 ne perdront d'ailleurs cette habitude qu'à l'arrivée de l'euro dans leur porte-monnaie, en 2002

1 franc de 1960 vaut 1,5 euro d'aujourd'hui

Que reste-t-il de notre ancienne monnaie ? Pas grand-chose. Juste le souvenir de ce que l'on pouvait faire avec un, dix ou cent francs avant sa disparation. Mis au point par l'Insee sur son site Internet, un tableau de conversion assez simple (cliquez ici pour y accéder) nous rafraîchit la mémoire sur ce sujet toujours délicat du pouvoir d'achat. Selon ce convertisseur, le pouvoir d'achat de 1.000 nouveaux francs gagnés en 1960 équivaut à celui d'environ 1.500 euros d'aujourd'hui.

 

Voilà comment les actualités de l'époque présentaient le nouveau franc : cliquez ici

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :