La hausse du crédit au secteur privé français ralentit

La croissance du volume global des crédits accordés aux entreprises et aux ménages a de nouveau ralenti en novembre sur un an, pour s'établir à 1% après 1,2% en octobre, selon la Banque de France.

1 mn

La croissance du volume global des crédits accordés aux entreprises et aux ménages a à nouveau ralenti en novembre sur un an. Elle s'est établie à 1% après 1,2% en octobre, selon des statistiques de la Banque de France publiées ce mercredi.

L'encours des crédits au secteur privé non financier s'élèvent à 1.740,2 milliards d'euros. Secteur privé financier compris, l'encours de crédit du secteur privé connaît une baisse de 0,9%.

La contraction des crédits aux entreprises s'est accentuée (-2,3% après -1,6%), alors que le rythme de progression des crédits consentis aux ménages se redresse assez nettement (3,7% après 3,4%), souligne la Banque de France.

Fléchissent particulièrement les encours des crédits de trésorerie (-17,5% après -15,6%) tandis que le ralentissement des crédits à l'investissement (3,4% après 3,6%) se poursuit et que le rythme de progression des autres crédits demeure inchangé.

Du côté des ménages, la baisse du taux de croissance des crédits à l'habitat consentis aux ménages s'interrompt (3,9% comme en octobre). En revanche les crédits de trésorerie rebondissent légèrement (de 0,4% après -0,2%) et l'accélération des autres crédits se poursuit (7,5% après 6,3%).

A titre de comparaison, l'encours des crédits accordés aux entreprises de la zone euro a diminué de 1,9% en novembre, et celui des crédits aux ménages augmenté de seulement 0,5%, selon des statistiques de la Banque centrale européenne (BCE) diffusées aussi ce mercredi.

1 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.