Menace sur les revenus de 600.000 chômeurs en fin de droits

Selon le nouveau président de l'Unedic, Gaby Bonnand (CFDT), près de 600.000 personnes arrivant en fin de droits à l'assurance chômage ne pourront prétendre à une allocation de remplacement en 2010. Il prône un accès élargi à ces allocations et ne s'oppose pas à ce que l'Unedic paie pour cela, si l'Etat accepte lui aussi de "mettre la main à la poche".

3 mn

(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)

Le nouveau président du régime de l'assurance chômage (Unedic), Gaby Bonnand (CFDT), a estimé ce jeudi sur BFM qu'environ "600.000" chômeurs en fin de droits n'auraient "rien" en 2010, c'est-à-dire aucun revenu de remplacement du type ASS (allocation sociale de solidarité) ou RSA (revenu de solidarité active).

Près de 1 million de demandeurs d'emploi vont sortir du système de l'indemnisation du chômage en 2010, étant arrivés au terme de leurs droits, mais une partie pourra prétendre à des allocations de remplacement.

Parmi les allocations sociales, l'ASS s'adresse aux travailleurs privés d'emploi de moins de 65 ans, ayant épuisé leurs droits à l'indemnisation chômage (et n'ayant pas cotisé suffisemment pour prétendre à la retraite à taux plein), ainsi qu'aux artistes non salariés, non bénéficiaires de l'assurance chômage. Le demandeur doit justifier de cinq ans d'activité salariée (à temps plein ou à temps partiel) au cours des dix ans qui ont précédé son entrée dans l'assurance chômage.

Quant au RSA, il complète les ressources de ceux qui tirent de leur travail des revenus limités ou donne un revenu à ceux qui n'en ont aucun ; il a remplacé depuis juin le RMI et l'allocation de parent isolé. Ces deux allocations sont payées par l'Etat.

Parmi les revenus de remplacement existe encore l'allocation équivalent retraite (AER), réservée à des chômeurs en fin de droits de moins de 60 ans (âge à partir duquel il est possible de prétendre à la retraite) ayant cotisé 160 trimestres.

Elargir l'accès à l'ASS et au RSA

Pour Gaby Bonnand, l'accès à l'ASS est "beaucoup trop restrictif" et l'allocation elle-même s'est "fortement dégradée" depuis sa création et sa prise en charge par l'Etat en 1984. Assouplir les critères d'accès coûterait "900 millions, 1 milliard d'euros" pour un an, a-t-il estimé

La CFDT prône ainsi une réduction de la période requise pour avoir droit à l'ASS (cinq ans de travail), la prise en compte des périodes de chômage indemnisées, de stages et de formation qualifiante dans la période de référence. Elle demande également à ce que seul le revenu "du bénéficiaire et non celui du couple" soit pris en compte. Elle réclame enfin que les allocataires de l'ASS bénéficient de la "complémentaire santé universelle" (CMUC).

La CFDT demande aussi l'accès au RSA pour les personnes en fin de droits de moins de 25 ans ne pouvant prétendre à l'ASS.

Qui paiera ?

Mais la question est de savoir qui paiera de telles mesures. "Si l'Etat fait un geste [...], la CFDT n'est pas opposée à ce que l'Unedic puisse prendre sur ses fonds une partie du coût supplémentaire de ces mesures", a-t-il ajouté. Mais "il faut que l'Etat mette la main à la poche", "il n'est pas possible que l'Unedic paie seule", a-t-il insisté.

Par ailleurs, pour financer "en partie" ces mesures, elle propose la suppression du bouclier fiscal et la création d'une tranche supplémentaire d'impôt pour les hauts revenus.

Syndicats et patronat se réunissent ce vendredi pour discuter du problème des chômeurs en fin de droits.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 13
à écrit le 16/02/2010 à 5:29
Signaler
au chomage depuis un an a 56 ans malgre toutes mes lettres tres peu de réponse alors que faire dans 2 ans a 58 ans ou je n'aurais plus droit a rien malgre mes 168 trimestres deja valide meme pas aer car la retraite de mon mari 1600 euros depasse le p...

à écrit le 08/02/2010 à 11:57
Signaler
59 ans cette année, fin de droit en juin, pas accès au ASS ou RSA... en dispense de recherche , que faire? je vis dans une région très pauvre en emploi, une fille de 21 ans en études à 600kms, une maison à rembourser.......et pourtant j'ai commencé à...

à écrit le 06/02/2010 à 10:57
Signaler
"Parmi les revenus de remplacement existe encore l'allocation équivalent retraite " Faux : elle a été supprimée...

à écrit le 06/02/2010 à 2:20
Signaler
comment vivre avec 454 ? d'ASS,le pays va sombrer si rien n'est fait pour les chomeurs agées enfin de droit,la 5ième puissance n'a rien de mieux à offrir ?

à écrit le 05/02/2010 à 18:22
Signaler
Si vous voulez en savoir plus : http://aer-seniors.forumactif.com/aer-2009-2010-f1/

à écrit le 05/02/2010 à 13:25
Signaler
Licenciée économique d'une entreprise d'ameublement (liquidation judiciaire) fin 2006 et en fin de droit en Mars 2010, je vais avoir 58 ans et j'ai commencée à travailler à 16 ans 1/2, pas encore droit à la retraite, je pensais avoir l'aer mais suppr...

à écrit le 05/02/2010 à 13:15
Signaler
Exact, l'AER n'est pas reconduite. Vérifiez vos sources....

à écrit le 05/02/2010 à 10:35
Signaler
AER n'a pas été reconduit cette année.

à écrit le 05/02/2010 à 10:05
Signaler
"Le travail ne se partage pas", c'est la devise du président de la république et de l'UMP. Ceux qui ont du travail doivent faire des heures supplémentaires, afin d'empêcher de nouvelles embauches. L'égoïsme prôné et martelé comme valeur de la républi...

à écrit le 05/02/2010 à 9:24
Signaler
A 48 ans je me suis retrouvé dans cette situation j'avais deux enfants à charge mais ma femme travaillait alors plus rien pour moi, je devenait comme mes enfants à charge de ma femme qui touchait un peu plus de ? 1500 pour quatre. Le réel c'est ça ap...

à écrit le 05/02/2010 à 9:19
Signaler
Je suis étonné que vous écriviez :"Parmi les revenus de remplacement existe encore l'allocation équivalent retraite (AER), réservée à des chômeurs en fin de droits de moins de 60 ans (âge à partir duquel il est possible de prétendre à la retraite) ay...

à écrit le 05/02/2010 à 7:23
Signaler
Cette situation dramatique est dûe à des décennies de mondialisation avec des flux d'immigration trop importants. Le chômage risque de devenir explosif et n'est que le résultat d'une politique imprévoyante et irresponsable

à écrit le 04/02/2010 à 17:17
Signaler
Qui mentait , voici quelques jours , en répliquant que les fins de droit n'étaient pas des fins de tout . Qui paiera ? Nos gouvernants et dirigeants ne cessent pas de triturer les chiffres pour pratiquer des péréquations en revenant sur leurs propres...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.