Les syndicats demandent des statistiques "fines" sur les chômeurs en fin de droits

Les représentants syndicaux présents au conseil d'administration de Pôle Emploi ce vendredi ont réclamé des "statistiques fines" sur le nombre des chômeurs en fin de droit, qui promet d'exploser en 2010. Le directeur de Pôle Emploi Christian Charpy a également fait le point sur le recours aux opérateurs privés de placement.

3 mn

(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)

La question des chômeurs en fin de droits s'est invitée ce vendredi au conseil d'administration de Pôle emploi, les syndicats insistant pour avoir des statistiques "fines" sur les demandeurs d'emploi non indemnisés.

"Un million de chômeurs en fin de droits en 2010, cela ne veut rien dire. Combien sont dûs à une augmentation du chômage de longue durée ? Combien sont dûs au fait qu'ils rentrent dans l'indemnisation chômage alors qu'avant ils n'y rentraient pas ?", a expliqué à l'AFP Gaby Bonnand (CFDT), qui doit prendre la présidence tournante de l'assurance chômage le 29 janvier, après deux ans de présidence du Medef.

600.000 à 700.000 personnes sans allocation

"On a demandé un point mensuel des gens qui sortent du champ de l'indemnisation et restent inscrits", a également indiqué Maurad Rahbi, qui siège pour la CGT au conseil d'admnistration. Selon lui, les statisticiens de Pôle emploi montrent que les 50 ans et plus ont du mal à sortir du chômage, et qu'il y a davantage de fins de droits chaque mois.

Si 16% des inscrits basculent à l'Allocation spécifique de solidarité (ASS) et 32% au RSA, selon des données Pôle emploi, Maurad Rabhi calcule qu'il en reste au moins "600.000 qui basculent dans rien du tout". "Moi je serai plutôt sur 700.000, mais la question n'est pas là : il y a une urgence sociale, le patronat cherche à gagner du temps, le gouvernement à minimiser et fait l'autruche", a-t-il lancé.

"On voit bien qu'entre les problèmes du chômage des seniors et celui des fins de droits, ça va exploser", a précisé Gabrielle Simon (CFTC). "C'est un sujet qui pouvait être largement anticipé mais tant que ça fait pas pleurer dans les chaumières et que ça buzze pas, le gouvernement ne s'en occupe pas", s'est-elle désolée.

74.000 demandeurs d'emploi orientés vers des opérateurs privés

Le Conseil d'administration a également débattu du recours aux opérateurs privés. Plus de 74.000 demandeurs d'emploi ont été orientés par Pôle emploi vers des opérateurs privés de placement depuis la rentrée 2009. Cela représente "un rythme d'envoi mensuel global supérieur de 10% aux objectifs fixés", selon un communiqué de la direction.

Le directeur général de Pôle Emploi, Christian Charpy, a ainsi affirmé au conseil d'administration qu'il n'y avait pas de coup de frein sur la sous-traitance. Parmi les demandeurs d'emplois les plus en difficulté, 55.891 ont été orientés vers ces structures privées et 17.956 parmi les licenciés économiques, sur la période allant de septembre 2009 au 31 décembre 2009, a-t-il précisé.

Le gouvernement avait annoncé en décembre qu'il allait accélérer le rythme des recours au privé pour désengorger Pôle Emploi, qui peine à la fois sous l'effet de l'augmentation du chômage et de sa réorganisation en interne après la fusion entre l''ANPE et les Assedic. Pôle emploi va consacrer 425 millions d'euros sur deux ans (jusqu'à juillet 2011) au paiement des structures privées, qui sont loin de faire l'unanimité au sein du personnel du service public de l'emploi.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 09/03/2010 à 9:31
Signaler
une honte ce qui se passe actuellement au pôle emploi, on peut même pas s'inscrire , et quand c fait, délai très long ,sans cesse en train de perdre les dossiers d'inscription, ce qui retarde les paiements, et toujours quelque chose qui manque celà f...

à écrit le 05/02/2010 à 7:27
Signaler
Les syndicats ont raison, il faut faire une analyse très détaillée pour ensuite faire un plan d'action global. C'est ce qu'on appelle une méthode de résolution de problèmes. Je doute fort qu'ils puissent convaincre le gouvernement car les hommes poli...

à écrit le 27/01/2010 à 8:25
Signaler
age de 56 ans, chômeur en fin de droit en avril 2011, il faut rétablir définitivement l'allocation équivalent retraite (A.E.R) pour nous qui avons + de 160 trimestres et commencé à travailler tôt (pour mon cas 14 ans1/2) ceci afin d'atteindre l'âge d...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.