Georges Tron annonce l'échec des négociations salariales avec les fonctionnaires

 |   |  258  mots
"Le secrétaire d'Etat à la Fonction publique Georges Tron a regretté la décision des syndicats et a pris acte de leur refus de répondre aux ouvertures qu'il avait faites" selon le ministère du Travail.

Le gouvernement français annonce l'arrêt des négociations salariales avec les syndicats de certains fonctionnaires faute d'accord et n'exclut pas d'appliquer unilatéralement ses propres propositions. Ces discussions, qui ont duré neuf mois, concernaient les fonctionnaires de catégorie "A", soit plus d'un million de personnes travaillant dans l'encadrement supérieur, administratif et technique, mais aussi dans l'enseignement.

"Le secrétaire d'Etat à la Fonction publique Georges Tron a regretté la décision des syndicats et a pris acte de leur refus de répondre aux ouvertures qu'il avait faites. Il a, en conséquence, constaté la clôture de ce cycle de négociation", dit le communiqué du ministère du Travail. Les syndicats demandaient une augmentation générale de la totalité des échelons de la grille, le ministère de l'Economie a proposé la création d'un nouveau grade correspondant à un étage supplémentaire de rémunération et une augmentation des salaires de début de carrière de près de 1.000 euros par an.

Il n'est pas exclu que le gouvernement mette en oeuvre unilatéralement ces propositions mais aucune date n'est fixée. Il s'agit de la première annonce commune sur ces sujets d'Eric Woerth, nommé ministre du Travail le 22 mars, et de Georges Tron, entré au gouvernement à la même date. "Le gouvernement, attentif aux perspectives de carrière des agents, se réserve la possibilité de mettre en oeuvre ultérieurement certaines de ces propositions, selon les modalités et le calendrier qu'il définira", dit le communiqué.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/03/2010 à 15:48 :
quel titre mensonger !!!!!
comme indiqué dans le corps de cet article, cela ne concernait que les plus hauts gradés de la fonction publique.
parlez donc des millions de petits fonctionnaires au SMIG

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :