Grand emprunt, c'est parti

 |   |  565  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Les dix premières conventions du grand emprunt prévu par le gouvernement ont été signées pour un montant total de 6,85 milliards d'euros sur les 35 milliards prévus au total. Découvrez-les dans cet article.

Dix conventions d'investissement, d'un montant de 6,85 milliards d'euros, ont été validées lundi par le gouvernement dans le cadre du "grand emprunt " appelé à financer pour 35 milliards de projets d'avenir en France.

Ces dix conventions entre l'Etat et ses opérateurs (Oseo, Ademe...), agréées lors d'un comité interministériel présidé par François Fillon, représenteront au total près de 16 milliards d'euros sous l'effet des financements privés qu'elles déclencheront, selon un document diffusé par Matignon.
"Maintenant que l'activité économique repart, que nous allons progressivement sortir du plan de relance, nous devons investir sur les secteurs les plus prometteurs pour l'avenir de l'économie française", a souligné le Premier ministre lors d'une conférence de presse.

Les premiers appels à projets au titre de ces conventions, transmises lundi pour approbation aux commissions compétentes de l'Assemblée et du Sénat, seront lancés en juin. Ils concernent notamment les domaines de la recherche, de la santé et des biotechnologies, des énergies renouvelables, du nucléaire (réacteur Jules Horowitz à Cadarache, dans les Bouches-du-Rhône). Ils portent en outre sur la création d'un dispositif d'aide à la réindustrialisation (200 millions d'euros) et la création d'un fonds d'investissement dans les entreprises sociales et solidaires (100 millions).

Pour les particuliers, un fonds d'aide à la rénovation thermique des logements, d'un montant de 500 millions d'euros, sera disponible en septembre. Il devrait bénéficier à 300.000 foyers modestes, selon François Fillon.Un milliard d'euros est prévu pour les "équipements d'excellence des laboratoires de recherche", 1,55 milliard pour les infrastructures de recherche dans la santé et les biotechnologies et 1,35 milliard pour les démonstrateurs de recherche dans les énergies renouvelables.

"POUR CHAQUE EURO INVESTI UN RETOUR"

Oseo, la banque des PME, sera dotée d'un milliard d'euros supplémentaire pour développer son activité et 500 millions d'euros de "prêts verts" seront accordés aux entreprises afin d'adapter leur outil de production aux exigences du développement durable. Ces derniers sont "immédiatement opérationnels".
S'agissant du volet prioritaire - enseignement supérieur et recherche (19 milliards d'euros) -, "une première vague d'appels à projets aura lieu début juin pour les équipements d'excellence et les biotechnologies", a précisé le chef du gouvernement.
"Les premiers lauréats seront désignés à partir du dernier trimestre de 2010. Pour les autres projets, une deuxième vague interviendra courant juin et les résultats seront connus entre la fin de l'année 2010 et le premier trimestre 2011", a-t-il ajouté.

Au total, une quarantaine de conventions verront le jour d'ici à l'été, sous le pilotage du commissaire général à l'investissement, René Ricol, et d'un "comité de surveillance des investissements d'avenir" composé de huit parlementaires et de huit personnalités, telle Françoise Barré-Sinoussi, prix Nobel de médecine.
"Nous voulons que les choses avancent vite (...) et en même temps, nous voulons que la sélection des financements soit extrêmement rigoureuse", a expliqué François Fillon.

"Nous voulons qu'il y ait pour chaque euro investi un retour", a-t-il poursuivi, n'excluant pas des "échecs" malgré une sélection "sévère". Le gouvernement en attend des "effets en termes de croissance à horizon 2011-2012-2013". "Il ne s'agit pas de dépenser d'un côté l'argent que nous économisons de l'autre, c'est toute la différence entre la rigueur et une gestion sérieuse", a répété le Premier ministre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/05/2010 à 14:51 :
Le grand emprunt est une des dernières cartes. L'objectif est d'investir pour créer de la richesse et sortir la France du bourbier. Mais cette énergie du désespoir aussi louable soit-elle est le chant du cygne. Les charges, les handicaps qui pèsent sur la France sont trop nombreux pour envisager une issue autre que la sortie de l'euro et le retour du franc.
a écrit le 04/05/2010 à 9:41 :
Emprunter est le mal de ce début de siècle...endettement massif des pays et des citoyens...tout est à crédit !!! C'est cela le bonheur ? Ce gouvernement est totalement à contre courant...le principal objectif est de réduire dès maintenant cette dette horrible et pas le contraire !!!!!
a écrit le 04/05/2010 à 8:12 :
on créé de la dette pour mieux nous vendre d'ici peu de temps, le plan d'austérité qui nous attend APRES 2012 bien entendu (augmentation des impots,de la tva, retraite à 65 ans; relèvement des droits de succession après le fiasco du bouclier fiscal; déremboursement croissant de médicament; taxe écologiques et j'en passe)

ce n'est pas nouveau, on fait pareil avec la Sécu depuis quelques année en la privant de ses financements !




a écrit le 04/05/2010 à 3:13 :
Et si les marchés ne souscrivaient pas totalement? La gifle !
a écrit le 03/05/2010 à 14:03 :
Donc, si on comprend bien, on va emprunter... pour prêter aux Grecs.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :