Succès historique pour le crédit impôt recherche

 |   |  190  mots
(Crédits : Thomas Gogny pour La Tribune)
En 2008, les entreprises françaises ont obtenu 4,2 milliards d'euros de crédit d'impôts au titre de leurs investissements en recherche et développement. Un tiers d'entre elles n'avait jamais bénéficié jusqu'alors de cet avantage fiscal.

C?est un record historique. Jamais, depuis sa création en 2004, le crédit impôt recherche (CIR) n?a suscité autant de demandes qu?en 2008. Selon le ministère de l'Enseignement supérieur et de la recherche, les 13.000 bénéficiaires ont, voici deux ans, déclaré à l?administration fiscale au total 15,4 milliards d'euros de dépenses en recherche et développement ce qui leur a permis de bénéficier de 4,2 milliards de réduction d'impôts. Pour comparaison, en 2007, cet effort fiscal consenti par l?Etat pour soutenir l?innovation des entreprises privées ne lui avait coûté que 1,7 milliards d?euros.

Selon le communiqué du ministère, la part de leurs investissements en R & D dans le PIB "s'est stabilisée en 2008 (1,32%) dans un environnement économique qui pouvait faire craindre une baisse de ces investissements".

La proportion des PME parmi les 13.000 bénéficiaires a nettement progressé en 2008. Deux nouveaux déclarants sur trois sont des PME indépendantes. Les 8.000 PME concernées ont perçu 843 millions d'euros de déductions fiscales au titre du CIR. En 2007, cette somme était deux fois inférieure.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/05/2010 à 15:19 :
Attention, ce ne sont pas les holdings et les banques qui sont à l'origine de la génération du Crédit impôt Recherche dans les groupes de sociétés. Le CIR est généré par les filiales industrielles et remonte aux groupes qui en font le plus souvent bénéficier la filiale génératrice.
a écrit le 25/05/2010 à 17:27 :
Il serait opportun de contrôler comment se fait-il que les cadres dirigeants de RENAULT se vantent dans les médias de produire pas cher chez DACIA au motif qu'il n'y a pas de frais d'études et de développements - ce qui est rirgoureusement impossible - ne s'agirait il pas de Crédit d'Impots recherche dont Renault bénéficie en France pour des études dont il fait cadeau à Dacia, ce qui reviendrait à des subventions des contribuables français pour casser des emplois en france au bénéfice des emplois dans les pays à bas coûts ? QUE LES JOURNALISTES FASSENT LEUR ENQUETE !!!! les services fiscaux aussi ....
a écrit le 25/05/2010 à 14:30 :
Comment cela se passe t'il en pratique ? Des consultants sillonnent les entreprises et demandent aux ingénieurs : "avez vous un projet que vous avez déjà réalisé et qui pourrait être considéré comme de la recherche ?" dans le but de faire attribuer une subvention à un projet déjà terminé !!! Et que dire des sommes allouées à ce titre aux holdings et aux banques ? S'agit t'il vraiment de recherche ? On peut sérieusement en douter. Tout ceci n'est qu'un leurre dont l'objectif semble être de déguiser des subventions aux entreprises en financement de la recherche.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :