Dominique Bussereau consent à une "mini" réforme du permis de conduire

 |   |  466  mots
(Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Dominique Bussereau, secrétaire d'Etat aux Transports, qui a annoncé sur RTL, ce lundi, qu'il quittera le gouvernement lors du remaniement prévu cet automne ne veut pas de la réforme défendue par les parlementaires. Mais il a annoncé que le gouvernement ne s'opposerait pas à une récupération automatique d'un point par an.

Dominique Bussereau, secrétaire d'Etat aux Transports, a déclaré ce lundi qu'il quitterait le gouvernement lors du remaniement annoncé cet automne. Sur RTL, il a précisé qu'il avait informé Nicolas Sarkozy de sa décision et qu'il était en "accord complet" avec la politique présidentielle. Dominique Bussereau est ministre ou secrétaire d'Etat depuis 2002.

Le chef de l'Etat a annoncé son intention de remanier le gouvernement une fois la réforme des retraites adoptée, sans plus de précision de date. "Je vais quitter le gouvernement, je l'ai dit au président et au Premier ministre", a déclaré Dominique Bussereau. "Je ne suis pas fâché, je suis en accord complet avec la politique du président, je le soutiendrais s'il est candidat à fond en 2012 mais je pense qu'après huit ans et demi il faut se re-ioder, se régénérer, reprendre un peu d'air", a-t-il expliqué.

Le secrétaire d'Etat aux Transports ferme la porte à tout assouplissement du permis

Le gouvernement va faire repasser à trois ans le délai nécessaire aux automobilistes pour récupérer l'intégralité des points retirés pour infraction sur leur permis de conduire, a déclaré également sur RTL ce lundi le secrétaire d'Etat aux Transports, Dominique Bussereau.

La commission des Lois a réduit ce délai de trois à deux ans mercredi dernier lors de l'examen de la loi sur la sécurité dite Lopsi 2, qui arrive en séance publique cette semaine. Les députés ont également confirmé une décision du Sénat pour les infractions sanctionnées du retrait d'un seul point, qui pourra être récupéré dans un délai ramené d'un an à six mois.

"La position du gouvernement sera de rester à trois ans (...) malgré le souhait des parlementaires", a déclaré Dominique Bussereau. "C'est clair: un signal de semi-tolérance serait interprété comme un relâchement de la politique de prévention et rendrait les automobilistes moins sensibles au Code de la route, nous le croyons vraiment", a-t-il ajouté.

Le gouvernement a néanmoins prévu de faire un "geste", a dit le secrétaire d'Etat: "c'est une récupération automatique d'un point par an ce qui n'existe pas pour l'instant". "On reste aux trois ans mais chaque année si vous ne commettez pas d'infraction, il y a un point qui revient automatiquement", a-t-il expliqué.

En déplacement en province jeudi, Nicolas Sarkozy avait réaffirmé la nécessité de punir les "assassins de la route", sans exclure un aménagement du permis à points. Le nombre de morts sur les routes par an a beaucoup diminué ces dernières années en France. En 2009, les autorités en ont recensé 4.262 -- un chiffre que le chef d'Etat entend ramener à 3.000.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :