Les entreprises de croissance veulent plus d'État

 |   |  395  mots
Le baromètre CroissancePlus-Astorg Partners, dévoile les dispositifs de soutien que les entreprises de croissance ne veulent pas voir modifiés.

Le crédit d'impôt recherche (CIR), pour 62 % des entreprises, la réduction ISF pour l'investissement dans les PME (57 %) et les allègements Fillon sur les bas salaires (47 %) : tels sont les trois dispositifs plébiscités par les entreprises de croissance interrogées en septembre pour le baromètre Croissance Plus-Astorg Partners en partenariat avec « La Tribune » et BFM Radio, réalisé par OpinionWay. Des dispositifs de soutien qu'elles souhaitent voir conserver en l'état et donc échapper au coup de rabot appliqué aux niches fiscales inscrit dans le projet de loi de finances 2011. Viennent ensuite la prime pour l'emploi (37 %), la TVA à 5,5 % pour les travaux de rénovation (35 %), le crédit d'impôt pour l'emploi d'un salarié à domicile (34?%), le crédit d'impôt développement durable (24 %). Entre autres. En revanche, seuls 9?% des chefs d'entreprises jugent la TVA à 5,5 % dans la restauration indispensable pour leur développement.

Résistance à la crise

Ces dispositifs sont-ils à ce point efficaces qu'ils ont permis à ces entreprises dites de croissance d'afficher une hausse d'au moins 15?% de leurs chiffres d'affaires entre 2007 et 2009?? À voir. Une chose est sûre, au regard des résultats du baromètre, ces entreprises ont dans leur majorité mieux résisté au fracas de la crise que le reste des entreprises. Certes, la progression de leur chiffre d'affaires moyen a décéléré ces trois dernières années. Après avoir bondi de 33 % à 10,5 millions d'euros, il n'a augmenté que de 12?% entre 2008 et 2009, au plus fort de la tourmente. Une performance qu'il convient de signaler alors que les défaillances d'entreprises battaient des records l'an passé.

Mieux, elles semblent enfin sorties de la crise puisque la plupart des indicateurs sont repassés dans le vert. Si les entreprises avec un chiffre d'affaires en baisse représentaient une entreprise sur trois lors du dernier baromètre réalisé en juin, elles ne sont plus que 6?% en septembre. Résultat, les embauches ont repris. Selon le baromètre, 53?% d'entre elles ont vu leurs effectifs augmenter au cours des six derniers mois. Elles n'étaient que 41 % dans ce cas en juin.

Et l'avenir ? La morosité n'est pas de mise. En effet, plus de la moitié des entreprises de croissance voient leur chiffre d'affaires progresser entre 2009 et 2010. Enfin, les intentions d'investissement à six mois sont toujours en forte hausse. Comme en juin, elles concernent près de la moitié des entreprises interrogées.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :