Huchon défend sa nouvelle politique en matière d'enseignement supérieur

 |   |  621  mots
(Crédits : La tribune)
Jean-Paul Huchon annonce 900 millions d'euros d'investissements sur 10 ans dans l'enseignement supérieur et la recherche en Ile-de-France.

Les échanges devraient être tendus les 18 et 19 novembre à l'occasion de la présentation au conseil régional de sa politique en faveur de l'enseignement supérieur et de la recherche pour l'Ile-de-France. A moins que Valérie Pécresse, en charge de ce portefeuille au gouvernement, et présidente du groupe majorité présidentielle au conseil régional, donnée partante à la Santé en début de semaine prochaine, se soit déjà désinvestie de ses anciens dossiers.


Après avoir rappelé l'engagement de l'Ile-de-France en matière d'éducation fin août (plus de 900 millions d'euros pour une quarantaine de chantiers de rénovation de ses 471 lycées), Jean-Paul Huchon a présenté ce mercredi ses engagements dans le domaine de l'enseignement supérieur et de la recherche pour les années 2011-2016, qui font l'objet d'un rapport-cadre. "L'enseignement supérieur et la recherche ne relèvent pas directement de nos compétences obligatoires mais nous investissons compte tenu du potentiel de la région en la matière, de la nécessité de démocratiser l'enseignement supérieur et de l'importance de l'innovation issue de la recherche pour la croissance à venir", rappelle le président de la région évoquant la montée en puissance de l'échelon régional dans la définition de certains enjeux du secteur.

La région, qui concentre 17 universités sur 83 et 45 % des chercheurs français, y a consacré ainsi 1,323 milliard d'euros sur la mandature 2004-2010 (218,2 millions d'euros en 2010 en investissement et en fonctionnement, soit 5,2 % de son budget). Dans le cadre du contrat de plan Etat-région (CPER) 2007-2013, l'Ile-de-France s'est engagée, avec une mise de 689,4 milliards d'euros, à quasi même hauteur que l'Etat (725,4 millions d'euros). Et "nous allons investir 900 millions d'euros sur les 10 ans qui viennent pour appuyer le développement des universités et de la recherche", annonce Jean-Paul Huchon.

"Nous visons 4 priorités : le soutien aux conditions de vie et d'étude, l'emploi scientifique, la recherche et le dialogue science-société (diffusion de la culture scientifique)", explique Isabelle This Saint-Jean, vice-présidente chargée de l'enseignement supérieur et de la recherche. Au menu, le financement annuel conjoint avec l'Etat de 4.000 logements étudiants par an (depuis 2004, la Région a financé la construction de 12.478 et la rénovation de 2.609 logement pour 88 millions d'euros), l'alignement des bourses des étudiants en formations sanitaires et sociales sur celles de l'enseignement supérieur, une mutuelle santé pour une partie des boursiers, la construction de bibliothèques universitaires, l'aide à l'insertion des docteurs, l'octroi d'allocations post-doctorales ou encore le soutien aux laboratoires et aux recherches en sciences sociales et humaines.


La région veut ainsi s'affirmer comme partenaire privilégié, face à un gouvernement qui multiplie les annonces de plans mais dont les ressources se résument souvent à la simple perception d'intérêts de dotation non consommables (opération campus, grand emprunt), dénonce-t-elle. "Nous, nous investissons réellement de l'argent", insiste Jean-Paul Huchon précisant son refus de passer par des partenariats public-privé (PPP) comme l'ont fait d'autres régions dans le cadre de l'opération campus. Une façon de répondre aux critiques de Valérie Pécresse quant à l'investissement de la région dans le cadre de ces initiatives. "Nous n'avons aucune raison de faire des PPP, avance Jean-Paul Huchon. Nous préférons investir dans des opérations immobilières concrètes" comme c'est le cas pour diverses bâtiments du plateau de Saclay (Synchrotron Soleil, Digiteo), le pôle de recherche et d'enseignement supérieur (PRES) Paris-Est, ou encore futur campus Condorcet. La Région compte d'ailleurs cultiver sa complémentarité avec l'Etat en signant, d'ici à l'été 2011 des conventions avec les PRES franciliens avec des "engagements pluriannuels".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :