Le "mentoring" au secours des dirigeantes d'entreprise

 |   |  405  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Lancer son entreprise, mais surtout, la faire prospérer au fil des années : un défi pour tous, et également pour les femmes, donc. C'est pour donner un coup de pouce à celles qui se lancent dans les affaires que Martine Liautaud, présidente de Women Business Mentoring Initiative, lance un programme de "mentoring" et s'associe aujourd'hui avec la Fédération Pionnières.

"Entrepreneures", et non pas "entrepreneuses" : Martine Liautaud, banquière et présidente de Women Business Mentoring Initiative, n'en démord pas. "Parfois, on me corrige", s'amuse-t-elle. Mais qu'importe, cette ancienne "graduate" de la prestigieuse université américaine de Stanford, qui a elle-même créé sa propre entreprise, une banque d'affaires, veut aider les femmes qui se sont lancées dans l'aventure, avec les méthodes américaines - "mentoring" en tête. C'est pour cela qu'elle a annoncé, à l'occasion du Women's Forum de Deauville, en septembre dernier, une première initiative, en faveur des entrepreneures. Une dizaine de mentors de haut niveau, comme elle anciens de Stanford et bénévoles, guideront les pas des femmes qui ont déjà créé leur entreprise, dans le but de la faire prospérer au fil des années.

Ne pas penser "petit et prudent"

Car selon Martine Liautaud, "la création n'est pas le plus difficile, c'est la pérennisation de l'activité qui pose problème". Surtout en cette période de crise, les entrepreneures se trouvent face à des difficultés inédites : il faut diversifier - mais pas trop, trouver de nouveaux clients, penser différemment. "Souvent les femmes pensent petit et prudent", se désole encore la banquière. Les candidates qui réunissent les critères en vigueur : être une femme, avoir créé son entreprise, quel que soit le secteur, il y a au moins trois ans, et souhaiter être accompagnée dans son expansion, peuvent déposer leur dossier auprès de WBMI. Chaque participante qui sera sélectionnée aura la possibilité de bénéficier, de façon régulière, de l'apport d'un mentor ou de plusieurs, en fonction des difficultés qui auront été repérées et des souhaits exprimés.

Partenariat complémentaire

C'est pour compléter cette offre que WBMI a décidé de s'associer avec la Fédération Pionnières, qui, elle, propose une gamme de services aux femmes qui débutent. - avec des méthodes voisines de celles adoptées par WBMI. Il s'agit, dans les deux cas, de "faire gagner du temps" aux femmes entrepreneures. Et de permettre à toutes de mieux participer à l'économie.  Mais l'ambition de Martine Liautaud ne s'arrête pas là. "Le rêve, c'est que les femmes bénéficient à l'avenir d'un mentor américain", dit-elle. Un rêve venu tout droit de Stanford, sans nul doute... 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/11/2010 à 18:54 :
tiens, encore un nouveau truc!!!vraiment je suis ringard moi le paysan..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :