Internet, machine infernale de destruction de valeur ?

Parmi les causes de la déflation, on n'évoque quasiment jamais le rôle du web. A tort estime Cyril Temin, associé chez EuroLand Finance.

4 mn

Copyright Reuters

Aux États-Unis, on la nomme "D World". Et c'est la pire crainte de tous les pays. La déflation (baisse générale des prix) entraîne l'économie dans un cercle vicieux dont il est difficile de sortir. Les causes de la déflation sont connues mais les économistes semblent en avoir oublié une dans leurs analyses : l'Internet, comme machine infernale de destruction de valeur.

Certes, Internet a amené dans nos sociétés d'énormes progrès technologiques et sociaux. Il facilite la communication et révolutionne le commerce. En quelques clics, le consommateur peut trouver, comparer, acheter et se faire livrer à domicile. Mais l'internaute a été également habitué à ne rien payer pour tout avoir, qu'il en devient impossible de lui faire payer un peu pour avoir beaucoup. Il y a cinq ans, un internaute français payait 45 euros par mois pour une connexion bas débit à durée de consommation limitée. Aujourd'hui, il paie au plus 30 euros par mois pour une consommation illimitée, un très haut débit, le téléphone sans limite et une offre TV. Une baisse de plus de 50 % en cinq ans, cela ressemble à de la déflation.

5 acteurs se partagent 80% du marché des ventes privées en ligne

Internet affaiblit les acteurs historiques et crée des champions de la croissance sans rentabilité. On constate un transfert des marchés de l'économie traditionnelle vers l'économie numérique, dans quasiment tous les domaines d'activités. Ce transfert se réalise très vite, avec de nouveaux acteurs et sur des business modèles souvent gratuits et rarement bénéficiaires. L'exemple des médias et de leur difficulté à transformer leur modèle payant papier en un modèle payant Internet est, à cet égard, saisissant. L'explosion des sites de ventes privées est également éclairante.

En moins de cinq ans, en France, nous avons vu émerger de nombreux sites mais seulement cinq acteurs se partagent plus de 80 % du marché et réalisent 1 milliard d'euros de chiffre d'affaires en cumulé. Ce système de ventes privées entraîne une baisse sensible des prix des produits et réduit considérablement les marges brutes des fabricants et des créateurs. Cette baisse des prix n'est pas conservée par les distributeurs on line au profit de leur marge mais au contraire, elle est quasi intégralement transférée aux consommateurs. De ce fait, les sites de ventes privées ne dégagent pas une marge brute assez forte pour couvrir leurs coûts d'acquisition « clients », leurs frais marketing, la logistique et les coûts technologiques, d'où leurs difficultés pour atteindre le seuil de rentabilité.

La vente en ligne draîne beaucoup de monde mais génère peu de bénéfice

Autre secteur concerné, l'e-commerce de produits électroniques. Les leaders en France sont Amazon, Cdiscount, Pixmania, Rueducommerce et LDLC. À eux cinq, selon mes estimations, ils réalisent près de 2 milliards de chiffre d'affaires et réunissent environ 40 millions de visiteurs uniques. Et pourtant, Rueducommerce, malgré des dizaines de millions d'euros levés, affiche une baisse de son chiffre d'affaires, et son résultat net fond pour être de seulement 400.000 euros sur l'exercice clos au 31 mars 2010 !

À ma connaissance, seuls Amazon et Pixmania dégagent un résultat net substantiel, et cela probablement grâce à leur dimension internationale. Quant à Cdiscount, soutenu par Casino, réputé pour être le « casseur de prix », frôle le milliard d'euros de chiffre d'affaires sans pour autant être rentable. Le secteur est dans une course à la part de marché sans être capable encore de devenir structurellement bénéficiaire et ne fait qu'imposer son modèle économique aux conséquences déflationnistes.

Internet favorise le commerce entre particuliers qui dévalorise les produits neufs

Internet a également rendu possible un nouveau mode de distribution et de consommation : l'achat-vente entre particuliers, le fameux C to C (consumer to consumer). Les sites de vente de produits d'occasion ont explosé à l'instar des deux références : Leboncoin et Priceminister. Ce dernier, racheté par le japonais Ratuken en 2010 pour 200 millions d'euros, n'a pourtant jamais été rentable. Les conséquences économiques sont en revanche dramatiques pour les industriels puisque ces sites favorisent le recyclage de produits existants au lieu de stimuler la production et dévalorisent de fait les produits neufs. Ces nouveaux modèles économiques créent les conditions idéales pour l'arrivée d'une déflation durable.

Cette industrie draine, certes, un trafic d'internautes gigantesque, crée des emplois, permet le développement de technologies mais ne dégage que très rarement des bénéfices. Internet entraîne son écosystème et l'économie dans une spirale de baisse de prix pour plus de compétitivité. S'il existait un indice des prix des produits et services vendus par Internet, je pense que le constat serait éloquent et on pourrait alors observer de manière chiffrée ce que l'on pourrait nommer "déflanet" !

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 82
à écrit le 07/03/2011 à 22:39
Signaler
Encore une vision simpliste..effectivement les prix faciaux peuvent diminuer mais aujourd'hui on nous facture de nouveaux services en supplément: ne serait ce que par les appels surtaxés lorsque l'on appelle le service client! Alors approfondissez vo...

à écrit le 07/03/2011 à 13:54
Signaler
Sans Internet, aujourd'hui 7 Mars, je n'aurais pas appris dès le matin 1) que le Kilauea (volcan le plus actif de la planète situé sur la grande ïle d'Hawaïi était en iruption. 2) Qu'un tremblement de terre de 6,2 avait eu lieu au Chili, sans tuer p...

à écrit le 07/03/2011 à 12:56
Signaler
Ecommercant depuis plus de 5 d'ans, et je dois observer que le nombre de trolls est hallucinant sur ce site. Analyse un peu brouillonne et exemples pas très bien choisis. Mais il y a quelques vérités dans ce que vous dites.

à écrit le 07/03/2011 à 11:45
Signaler
Méga-torchon ou golden-troll pour Cyril Temin (Assas+edhec pour nous sortir ça !) ? La déflation des abonnements... grotesque, .. et pourquoi pas la déflation de la machine à laver et du frigidaire pendant les 30 glorieuses tant qu'on y est. Et ce de...

le 07/03/2011 à 13:12
Signaler
Golden-troll c'est exactement çà lol

à écrit le 07/03/2011 à 8:52
Signaler
Il s'agit plus d'uen diatribe que d'un article journalistique ou économique, il n'y a aucune rigueur intellectuelle. C'est dommage qu'un journal économique sérieux publie des "trucs" comme çà. Son auteur (peut etre l'avocat de l'association des comm...

à écrit le 07/03/2011 à 6:44
Signaler
je lis; Les prix baissent , il y a des emplois , mais peu de bénéfices. Où est le problème ? Contrairement à ce que disent les économistes depuis 200 ans, le but des entreprises n'est pas de faire des profits. Le but des entreprises est de fournir au...

le 07/03/2011 à 22:32
Signaler
Campanette, vous savez bien que c'est théorique. Le but de nos entreprises, et plutôt des financiers qui les financent puis les abandonnent c'est bien de maximiser les profits le plus tôt possible! Et tant pis si c'est profits ne servent pas à rémuné...

à écrit le 07/03/2011 à 5:32
Signaler
La société Apple en est l'exemple type, toute la production étant délocalisée en Chine se débarrassant ainsi de tous les problèmes liés à la production dans une démocratie occidentale, protection sociale, retraite, médecine du travail, retraite, poll...

à écrit le 07/03/2011 à 2:09
Signaler
Article du niveau d'un (bon) post de forum. Bien pour initier une discussion, mais "try again". L'auteur confond "déflation" et "gain de productivité".. entre autres Belle tentative, mais à publier sur un forum (l'Agora de Jol ?) .. et surtout "...

à écrit le 07/03/2011 à 0:10
Signaler
"Les conséquences économiques sont en revanche dramatiques pour les industriels puisque ces sites favorisent le recyclage de produits existants au lieu de stimuler la production et dévalorisent de fait les produits neufs." Le désastre c'est au contra...

à écrit le 06/03/2011 à 22:21
Signaler
Je ne cours pas après les achats en ligne, mais il me semble que le problème des pertes de certaine entreprise est venu des délocalisations que nos politiques et le Medef non pas combattu ,car il ont pu justifier leur politique de gel de salaire, mai...

à écrit le 06/03/2011 à 21:51
Signaler
On reproche quoi aux gens finalement? De troquer, de comparer et d'acheter de l'occasion? Les trentes glorieuses sont dérrières nous et le temps où on mettait des pièces de monnaies dans les jukebox, pour écouter de la musique, est révolue. Les prix...

à écrit le 06/03/2011 à 21:39
Signaler
Augmentez les revenus des petits consommateurs et vous verrez les ventes augmenter. A force de nous payer au lance pierre, de nous essorer par toutes les taxes et impôts, pas étonnant que l'on achète plus ! L'argent migre incessamment dans les hautes...

à écrit le 06/03/2011 à 21:19
Signaler
La lecture des commentaires est bien plus instructive que celle de l'article...

à écrit le 06/03/2011 à 20:29
Signaler
Relisez notre Nobel de l'économie : Maurice Allais, et bien d'autres, expliquent que les gains de productivité obtenus grâce à une innovation aident l'économie à enrichir les citoyens quand on transfère la capacité de travail libérée dans d'autres se...

à écrit le 06/03/2011 à 20:01
Signaler
C'est plutôt "D word", et non "D world".

à écrit le 06/03/2011 à 19:25
Signaler
MDR, les ventes d'occasions....muhahahaha au moins c'est bon pour l'environement ! Si les prix baissent tant mieux ! ca fait 50 ans que l'on nous prend pour des vaches a lait ! avec des marges a 30 ou 50 ! A quant le pétrole en C to C ! je me vois...

à écrit le 06/03/2011 à 19:09
Signaler
Cet article probablement pertinent omet une dimension capitale pour l'être humain. A savoir justement la dimension humaine où l'outil resterait un outil sans formater ou robotiser l'homme pour en faire un clone abruti . Cet article sur la valeur ne r...

à écrit le 06/03/2011 à 17:20
Signaler
c qu'il voudraient nous faire pleurer en plus

à écrit le 06/03/2011 à 16:49
Signaler
internet = miroir aux alouettes

le 06/03/2011 à 19:49
Signaler
= réalité

à écrit le 06/03/2011 à 15:26
Signaler
Voilà encore un article au raz des pâquerettes avec visiblement un rédacteur qui ne sait pas de quoi il parle. Il y a 5 ans, la France était déjà à l'heure de l'ADSL, quant à payer 45 euros/mois, même à l'époque du RTC en 56K, je n'ai jamais vu (cela...

le 07/03/2011 à 17:06
Signaler
"quant à payer 45 euros/mois, même à l'époque du RTC en 56K, je n'ai jamais vu (cela aurait fait près de 300 francs par mois !!)." Ah si, je confirme. Aol faisait payer 45 euros/mois pour l'adsl (prix moins cher pour les 3 ou 6 premier mois). Pour...

à écrit le 06/03/2011 à 15:09
Signaler
Donc si j'ai bien compris, malgré la fabrication à outrance en Chine notamment et les marges du coup de plus en plus faramineuses des grandes enseignes qui n'ont pas pour autant baiser les prix. Nous devrions, nous pov' consommateurs rester toujours ...

à écrit le 06/03/2011 à 14:43
Signaler
pourquoi l'internaute essaie-t-il donc d'acheter plutôt un produit d'occasion? parce que son pouvoir d'achat lui impose de resserrer les cordons de sa bourse, et qu'il a constaté qu'hélas, acheter neuf ne garantit ni qualité ni durabilité, mais coûte...

à écrit le 06/03/2011 à 14:35
Signaler
test

à écrit le 06/03/2011 à 14:10
Signaler
Regarder les chiffres au lieu de faire un article qui fait vendre! Internet est un des acteurs créant le plus de valeur dans de nombreux domaine. Vous êtes de l'ancienne école, vous préférez conserver un modèle qui a montrait ses limites (on le voit...

à écrit le 06/03/2011 à 11:11
Signaler
"Il y a cinq ans, un internaute français payait 45 euros par mois pour une connexion bas débit à durée de consommation limitée." En 2000 je payais avec AOL 99 francs (15 euros) par mois pour une connexion bas débit à durée de consommation illimitée....

à écrit le 06/03/2011 à 11:06
Signaler
donc pour résumer, ceux qui s'en mettaient plein les poches sans rien faire (messieurs auchan, carrefour et cie) se retrouvent pris à la gorge? ohhhhhhhhhhhhhh les povres! retenez moi ou je pleure! Et recycler c'est MAL! :) on ne peut plus acheter d...

à écrit le 06/03/2011 à 10:58
Signaler
Lamentable cette article. Il n'a strictement aucune valeur ajouté, c'est du "moi je" ou "d'après mes estimations", il n'y a aucun contenu derrière. Cette article critique internet alors qu'il est encore plus inconstitant qu'internet lui même ! ...

à écrit le 06/03/2011 à 10:50
Signaler
Si on assurait aux gens des salaires décents qui leur permettent simplement de vivre normalement et d'assurer leur dignité, on en serait pas arrivé là. En plus les gens font ce que les élites ont l'habitude de leur montrer : eux, ça fait des décénnie...

à écrit le 06/03/2011 à 10:49
Signaler
Quel article idiot. L'auteur confond création de valeur avec augmentation des prix. Ne comprend-il donc pas que lorsque les prix baissent, les consommateurs y gagnent puisqu'ils ont moins à dépenser, et par conséquent ils s'enrichissent. Un enfant de...

le 06/03/2011 à 11:05
Signaler
Le problème d'internet, c'est qu'on y laisse répondre Mickaël Mithra!!!! Le monsieur te dit: vente sans marge = destruction de valeur! Il n'y a strictement rien à redire contre ça!

le 06/03/2011 à 22:16
Signaler
Il y a beaucoup à redire justement... La marge commerciale n'est pas le seul élément de la création de valeur. Reprenez des cours de comptabilité.

le 07/03/2011 à 16:09
Signaler
@ soyonsprecis. Vente sans marge = perte pour le vendeur et GAIN pour l'acheteur. Et par conséquent, avec ce GAIN, achat d'un autre bien à un autre vendeur. C'est ce que M. Temin omet soigneusement de signaler. Faisons donc le compte de l'industrie...

à écrit le 06/03/2011 à 10:42
Signaler
"Il y a cinq ans, un internaute français payait 45 euros par mois pour une connexion bas débit à durée de consommation limitée." En 2000 je payais avec AOL 99 francs (15 euros) par mois pour une connexion bas débit à durée de consommation illimitée....

à écrit le 06/03/2011 à 10:26
Signaler
Un article parfaitement déflationniste qui contribue via internet à la déflation généralisée du net ? et même à l'idée de la communication partagée par la tribune, un serpent qui se mord la queue.... voila qui est fort amusant.... compliments, nous v...

à écrit le 06/03/2011 à 9:30
Signaler
C'est une blague cet article ? Cela discrédite le sérieux du journal La Tribune. Les phrases que j'ai préféré : "Une baisse de plus de 50 % en cinq ans, cela ressemble à de la déflation." et "Les conséquences économiques sont en revanche dramatiques ...

le 06/03/2011 à 10:05
Signaler
Entièrement d'accord!

le 06/03/2011 à 10:24
Signaler
Qu'est-ce qui vous choque Victor? Que pour une fois on évoque une réalité? Ouvrez les yeux! Cet article est dans le vrai ...

à écrit le 06/03/2011 à 1:19
Signaler
Internet, machine infernale de destruction de valeur ? En tout cas internet n'est pas une machine infernale de destruction de bêtises. Affirmer qu'internet est un des facteurs de la déflation est totalement faux. Comme vous le dites :"Parmi les caus...

le 06/03/2011 à 10:27
Signaler
Le "cash dégagé" n'est pas une valeur créée pour autant! C'est justement cette conception ultra-libérale qui met notre planète à genoux. Vendre à perte, c'est de la destruction de valeur, point final!

le 06/03/2011 à 22:14
Signaler
La vente à perte n'est de la destruction de valeur que pour l'agent économique qui vend, pas pour celui qui achète (et qui, a priori, revendra plus tard). Le commerce n'entraîne JAMAIS de destruction pure de valeur, seule la production le peut (et en...

le 07/03/2011 à 18:18
Signaler
Dans le cas présent, il n'y a nullement de destruction de valeur étant donné que les fabricants vendent à un prix supérieur aux coûts.

à écrit le 05/03/2011 à 22:36
Signaler
l'auteur "Associé" de cette boite EuroLand Finance n'a pas l'air d'être très économiste ni "financier". je crois que je vais postuler ;)

à écrit le 05/03/2011 à 17:30
Signaler
"Priceminister n'a pourtant jamais été rentable". Faux. Et en lisant des contrevérités pareilles ici, je me dis qu'il doit y en avoir d'autres que je ne suis pas en mesure de discerner. Ça fait peur.

à écrit le 05/03/2011 à 13:25
Signaler
Zut alors, il faudra alors réfléchir et innover pour continuer à faire du profit comme avant? Bah mince hein, c'est dur la vie.

à écrit le 04/03/2011 à 20:22
Signaler
Et c'est une très bonne chose ! Car il ne s'agit pas de destruction de valeur, mais de préservation de notre planète et de notre porte-monnaie.

à écrit le 04/03/2011 à 14:37
Signaler
"Internet favorise le commerce entre particuliers qui dévalorise les produits neufs" Dans nos campagnes on apelle cela une farfouille, une brocante ou encore un vide grenier, ce qui existe depuis des dizaines d'années... Je ne suis donc pas partage...

le 06/03/2011 à 14:05
Signaler
excat!

à écrit le 04/03/2011 à 13:53
Signaler
Franchement je ne vous conseille pas d'utiliser CDiscount. Commande passée le 6 février 2011 sur internet, expédiée par CDiscount le 8 février, aujourd'hui nous sommes le 4 mars et le colis n'a toujours pas été livré. C'est ridicule.

le 05/03/2011 à 13:42
Signaler
J'ai passé une seule commande , il y a 5/6 ans , le 2 ème article : une K7 de nettoyage pour camescope était manquante . J'ai réclamé de nombreuse fois , on m'a demandé d'envoyer un recommandé , finalement j'ai laissé tombé les...

le 06/03/2011 à 10:51
Signaler
même remarque pour c-discount. Un piètre service pour un mepris total du client. Concernant l'article de la tribune, un beau torchon d'une superbe infamie, une analyse de bas etage.

à écrit le 04/03/2011 à 11:48
Signaler
Internet destructeur de valeur ? C'est bien simpliste comme analyse. Prenons les choses avec 1 peu plus de hauteur. C'est l'arrivée simultanée de plusieurs très grands changements qui produisent les difficultés actuelles. En premier lieu: la financia...

à écrit le 04/03/2011 à 10:55
Signaler
La Tribune recrute des stagiaires candidats à l'ENA ? Aristide Boucicaut doit se retourner dans sa tombe de voir un journal que je croyais à tendance économique publier un tel article. Edouard Leclerc qui a commencé à Douarnenez (je crois) doit bie...

à écrit le 03/03/2011 à 9:38
Signaler
Internet est une merveilleuse invention. Dans le domaine strictement économique, elle fait baisser les prix. Ce qui déplait aux obsédés des profits financiers (grands et petits). Elle a un autre grand avantage; si utilisée intelligemment, elle permet...

à écrit le 02/03/2011 à 13:41
Signaler
Deflanet ou pas deflanet... Il faut s'adapter.... Les choses ne reviendront pas comme avant.... Si amazon fait des bénéfices... si rue du commerce fait des benefices... C discount finira par en faire... ( Ne pleurons pas trop vite sur CASINO...)

à écrit le 02/03/2011 à 13:27
Signaler
Analyse purement financière, pour des financiers encrés dans leur éco-système où la création de valeur = bénéfices. La société change, ce mode de pensée va être dépassé, il y a bien une création de valeur, humaine, sociologique, créative et intellec...

le 06/03/2011 à 11:20
Signaler
Les Hobbits, également appelés Semi-hommes ... ont une semi-pensée! La création de valeur d'une entreprise ne peut que s'exprimer dans la réalisation de bénéfices, sinon c'est la faillite! Donc, sans défendre l'ultra-libéralisme pour autant, il y a d...

le 06/03/2011 à 19:38
Signaler
Tout à fait d'accord. Sans bénéfice, pas de survie. C'est la base.

le 06/03/2011 à 22:12
Signaler
Ouch ! Tout d'abord, la création de valeur est la seule chose qui permette une amélioration du niveau de vie (sinon nous somems dans un jeu à somme nulle où ce qui profite à l'un est au détriment de l'autre). Ensuite, en quoi le sort de quelques com...

à écrit le 02/03/2011 à 13:24
Signaler
oui Internet fait baisser les prix et pour l'instant, les vendeurs-intermédiaires, ont du mal à se différencier autrement que par les prix. Mais que cela soit de la déflation est une autre histoire. Les marques restent les marques et les grandes n'o...

à écrit le 02/03/2011 à 11:12
Signaler
Analyse intéressante, mais il ne faut pas écrire n?importe quoi ! Aujourd?hui, je paie 35euros, et non pas 30, pour un service performant. Mais il y a 5 ans, je n?en payais que 15, pour un bas débit pénible et quelques heures de connexion. Il y a p...

à écrit le 01/03/2011 à 22:46
Signaler
l'auteur est soit disant associé d'une société financière, que veut-il nous faire croire? il n'a apparement pas compris grand chose à internet. exemple que font selon lui, ceux qui ont vendu en C to C ?, et bien souvent, ils achètent du neuf, et ce...

à écrit le 01/03/2011 à 17:01
Signaler
Selon la théorie économique, la circulation de l?information et une concurrence parfaite impactent durablement une industrie jusqu?à un point d?équilibre théorique où les marges de l?industrie sont nulles; Si le consommateur peut s?en réjouir à court...

le 06/03/2011 à 22:08
Signaler
Il n'y a JAMAIS de marché équilibré (dans aucune théorie économique, sauf peut être le communisme). Innovations, changements de mode(s), pressions politiques et legislatives sont autant de facteurs qui empêchent un équilibre durable d'un marché. Ce q...

à écrit le 01/03/2011 à 12:08
Signaler
Internet réduit fortement les coût logistiques et commerciaux, cela s'appelle de la productivité pas de la déflation. Que les principaux acteurs accepte de sacrifier leur rentabilité à court terme dans la course à la part de marché, c'est un classiqu...

le 01/03/2011 à 13:00
Signaler
+1 wikipedia : La déflation est ainsi un mouvement persistant à la baisse, au fil du temps, du prix moyen des biens et services, c'est-à-dire du coût de la vie. Sans mention explicite, il ne s'agit pas de la baisse du prix d'un bien ou même des prix...

à écrit le 01/03/2011 à 11:55
Signaler
La Tribune a-telle fait disparaitre son intitulé "internet est il de gauche " ? j'ai répondu à votre rubrique qui a disparu ???????????

le 01/03/2011 à 13:27
Signaler
Non, non, elle est toujours là. Sur la Home de votre site latribune.fr

à écrit le 01/03/2011 à 11:38
Signaler
Internet change la donne, et crée de la valeur dans certains secteurs, mais en détruit dans d'autres parce que les données passent les frontières sans soucis, et que juridiquement on n'a pas trouvé la parade à certains abus. Je pense au secteur de l...

à écrit le 01/03/2011 à 10:41
Signaler
d'où tenez vous que Pixmania et Amazon degagent des bénéfices ??? ;)))

à écrit le 01/03/2011 à 10:40
Signaler
C'est à moitié vrai car les gains faits par des achats sur Internet sont dépensés ailleurs dans le petit commerce.

à écrit le 01/03/2011 à 10:34
Signaler
Les grands économistes ont prouvé que la loi de l'offre et de la demande aboutissait à un optimum collectif du bénéfice du producteur (bénéfice économique) et du consommateur (bénéfice d'utilité/bien-être) -- sous les hypothèse de concurrence "pure e...

à écrit le 01/03/2011 à 9:56
Signaler
Pour une fois que le consommateur français ou autre est gagnant ! On ne va pas s'en plaindre.. La gaz augmente, l'autoroute, l'électricité, les pv, le gazole et la liste est longue ! Merci au e-commerçants !

le 06/03/2011 à 10:48
Signaler
C'est exactement ce que je me disais ! Et j'ajoute que si les consommateurs ne veulent plus payer autant, c'est parce qu'ils n'en ont plus les moyens ! Enfin, si, auparavant, avec 100?, on achetait 10 "trucs" et que maintenant on en arrive à en achet...

à écrit le 01/03/2011 à 9:53
Signaler
Oui revenons vite au minitel surfacturé et au marge hallucinante sur tout. Ça au moins c'était le bon temps ! Internet remet un peu d'équilibre dans la relation producteur-consommateur. Dans un second temps, il deviendra un outil de pression considér...

à écrit le 01/03/2011 à 9:26
Signaler
La question est: n'est ce pas merveilleux ? :-) Libre à vous de boycotter les sites pas cher et de n'acheter que à prix fort...

le 01/03/2011 à 10:16
Signaler
Pour une fois qu'on observe des entreprises se contenté du profit quasi-nul, on ne va pas s'en plaindre ? Tant qu'elle sont rentable, je ne vois pas où est le problème, à part peut-être sur du long terme pour ce qui est de son développement.

le 06/03/2011 à 10:35
Signaler
Benj, ce que vous dites est idiot : des entreprises ne sont pas rentables si elles font un profit quasi-nul !

le 06/03/2011 à 22:04
Signaler
Je ne vois pas en quoi des erreurs manifestes de gestion commerciale peuvent être une mauvaise nouvelle pour le consommateur ? Au pire, elles fermeront leurs portes créant un appel d'air pour de nouveaux acteurs. Pas de quoi pleurer... vraiment !

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.