Sécheresse : la France appelle Bruxelles à l'aide

Face à la sécheresse qui touche la France, le ministre de l'Agriculture, Bruno Le Maire, a intercédé jeudi soir pour les agriculteurs français auprès de l'Union européenne.

2 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)

"Cette sécheresse, qui compromet les récoltes des céréales, menace aussi les éleveurs déjà mis en difficulté par la hausse des prix et 23 départements français étaient touchés jeudi par des mesures de restriction de l'usage de l'eau", a déclaré jeudi soir Bruno Le Maire, le ministre de l'Agriculture. Une situation qui l'a conduit à se tourner vers l'Union européenne pour demander des aides. "Même s'il va pleuvoir dans les semaines à venir, de toute façon ça aura des conséquences sur l'élevage", a dit le ministre après avoir présidé un comité de suivi de la sécheresse.

Le ministère juge la situation préoccupante et estime qu'il a plu "trois fois moins" ces dernières semaines en France par rapport à la même période l'année dernière. Le mois dernier a été le deuxième mois d'avril le plus chaud depuis 1900 et, selon Météo-France, les températures moyennes devraient être plus chaudes que la normale jusqu'en juillet.

Bruno Le Maire a ajouté avoir demandé à la présidence hongroise de l'Union européenne que le dossier soit étudié lors de la prochaine réunion des ministres de l'Agriculture de l'UE, qui aura lieu mardi prochain à Bruxelles. Il a demandé le versement anticipé de la prime à la vache allaitante et l'assouplissement d'un certains nombre de contraintes agro-environnementales imposées par l'UE. "Toutes ces questions seront étudiées lors du Conseil des ministres de l'Agriculture de mardi prochain", a-t-il indiqué.

Les réunions du comité sécheresse se dérouleront désormais toutes les semaines et le ministère a demandé aux préfets de mettre en place des cellules sécheresse départementales.

Les éleveurs français ont déjà été autorisés mercredi à utiliser toutes les jachères, les terres labourables laissées temporairement en repos et théoriquement inexploitables selon les règles européennes, pour nourrir leur bétail.

Impact négatif de 5% sur la récolte de blé

Mardi, le directeur scientifique de l'Institut technique des céréales, Philippe Gate, a estimé à 5% l'impact négatif de la sécheresse de ces dernières semaines en France sur le volume de la récolte de blé du premier producteur européen de céréales de l'Union européenne, ajoutant que la perte pourrait s'aggraver sans un retour rapide des pluies.

L'an dernier, la France a engrangé 35,7 millions de tonnes de blé tendre et un recul de 5% pour la campagne 2011-2012 conduirait à la plus faible moisson depuis 2007-2008, pénalisée elle aussi par des conditions climatiques adverses.

 

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 13/05/2011 à 12:35
Signaler
alors,quand le prix du maîs,du blé flambe il faut les taxer. assurer un prix mini ok mais en contrepartie imposer un prix maxi

le 14/05/2011 à 13:55
Signaler
@matheo: tu rèves toi. Quand tout va bien on danse, et quand tout va mal, tu te serres la ceinture, c'est ça la réalité :-)

à écrit le 13/05/2011 à 12:32
Signaler
Cette sécheresse doit nous interpeller : la France arrivera - t - elle dans un proche avenir à nourrir ses habitants si la population française continue d'augmenter au-delà du raisonnable de façon exponentielle ? Surtout que les autres pays ont auss...

le 14/05/2011 à 13:56
Signaler
@ Eiffel: bon, si on peut plus faire pousser les légumes, tu mangeras du couscous sans légumes :-)et tu remplaceras ta voiture par un chameau...comme là-bas dis :-)

à écrit le 13/05/2011 à 11:44
Signaler
La PAC avec ses 50 milliards de budget va être encore un peu plus ponctionnée par les agriculteurs français et certainement au mieux augmentée ou au pire maintenue. L'art subtil de prendre aux autres....

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.