Météo au beau fixe : les vacanciers sont ravis, pas les agriculteurs

 |   |  560  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Température très douce et absence de pluie depuis plusieurs semaines : les vacanciers de Pâques en profitent bien, les agriculteurs beaucoup moins. S'il ne pleut pas avant fin avril, cela pourrait avoir de sérieuses conséquences sur la production agricole, en particulier celle de céréales.

Les prévisions "météo" annoncent un temps de rêve pour les quinze jours à venir. Mais le soleil de ce mois d?avril, les agriculteurs, eux, s?en passeraient bien. Les yeux rivés sur la météo, ils espèrent que la pluie finira par tomber avant début mai. Sans elle, la sécheresse observée depuis trois mois pourrait poser de sérieux problèmes aux pousses de céréales, maïs ou colza.

"Il n?a pratiquement pas plus sur le pays depuis janvier", explique Jean-Michel Soubeyrou, climatologue pour Météo France à Toulouse. Depuis le début de l?année les précipitations sont deux à trois fois moins importantes que d?habitude. A l?exception d?une zone allant des Pyrénées-Atlantiques aux Alpes, l?ensemble de l?Hexagone est touché par le manque de pluie.

Début de sécheresse depuis mars
Dans certaines zones, le niveau hydrique est 75% moins élevé que la normale de Météo France. C?est le cas en Picardie, en Sologne, en Touraine et en Bretagne. Partout ailleurs, sauf dans le Sud-Est, les niveaux d?humidité sont deux fois moins importants que d?habitude à la même saison. "Avec la chaleur, la végétation est sans doute en avance et cela contribue à une évaporation des sols de manière anticipée", ajoute Jean-Michel Soubeyrou. Quant aux autres sources d?irrigation, elles pourraient se tarir. En mars, 56% des réservoirs d?eau affichaient un niveau inférieur à la normale selon les statistiques mensuelles d?Eaufrance.

"La chaleur fait aussi fondre la neige de montagne trop tôt. Cela pourrait conduire à des déficits hydriques encore plus importants d?ici le mois de juin", conclut le climatologue. Ce dernier confirme par ailleurs que, selon les prévisions météo, il ne devrait pas pleuvoir dans une grande partie de la France avant la fin du mois d?avril.

Des cultures de céréales qui nécessitent beaucoup d?eau
Or "si le manque de précipitation continue plus de quinze jours, il y aura de quoi s?inquiéter pour les récoltes", explique ainsi Jean Grall, agronome à la Chambre d?agriculture de Bretagne. Dans cette région, la sécheresse des sols commence déjà à poser problème. En effet, le maïs est semé en ce moment et "les agriculteurs ne savent pas à quelle profondeur mettre les graines", souligne Jean Grall. Planté trop loin dans le sol, le maïs pousserait moins vite. Et s?il n?est planté pas assez profondément, il risque de manquer d?eau.

Par ailleurs, la floraison du colza, précoce cette année pourrait être stoppée en cas de manque d?humidité. Le blé n?est pas encore concerné mais il pourrait le devenir car ce genre de culture nécessite beaucoup d?eau. Des pousses inachevées, des plants inutilisables sont donc à craindre si le soleil continue de briller.
Chez les agriculteurs, seuls les producteurs de fruits et légumes n?ont pas trop à se plaindre. Pour Régis Chevallier, de la fédération des maraîchers nantais, non seulement  "la chaleur conduit les consommateurs à acheter plus de fruits et légumes printaniers comme la salade, les fraises", mais "avec la température, ils ont poussé plus tôt".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :