Le chômage se replie légèrement au deuxième trimestre

 |  | 221 mots
Lecture 1 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le taux de chômage en France au sens du Bureau international du Travail (BIT) a légèrement reculé, de 0,1 point, au deuxième trimestre à 9,1% en moyenne en métropole (9,6% en incluant les départements d'outre-mer), selon les chiffres publiés ce jeudi par l'Insee.

D'après les données corrigées des variations saisonnières (CVS) provisoires publiées ce jeudi par l'Insee, le taux de chômage en France au sens du Bureau international du Travail (BIT) s'est replié de 0,1 point, au deuxième trimestre à 9,1% en moyenne en métropole (9,6% en incluant les départements d'outre-mer).

Le nombre de chômeurs ressort à 2,580 millions en métropole, soit 37.000 de moins qu'au premier trimestre. Les taux de chômage sur les trois premiers mois de l'année ont été confirmés à 9,2% de la population active en métropole et 9,7% avec les Dom. Sur un an, le taux de chômage en France métropolitaine recule de 0,2 point au deuxième trimestre.

Le taux de chômage des 15-24 ans a diminué plus nettement au deuxième trimestre que celui de l'ensemble de la population: à 21,9% en métropole, il se replie de 0,9 point par rapport à janvier-mars et d'un point sur un an.

L'Insee ne publie plus de taux de chômage mensuel depuis 2006, après une polémique sur sa méthode de calcul.

Eurostat, l'agence de statistiques de l'Union européenne, continue en revanche de le faire et a annoncé mercredi un taux de 9,9% pour la France (Dom inclus) en juillet, un niveau inférieur d'un dixième de point à la moyenne de la zone euro.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/09/2011 à 16:12 :
Sans oublier également que les employés zélés de Pole emploi maintenant revenus de congés vont se faire un plaisir de rayer de leur listes un maximum de demandeurs inscrits et ce par mails ou téléphone en complete méprise de la loi en vigueur.Les gens ainsi sortis des listes sont autant de sans emplois qui ne seront plus comptabilisés, permettant ainsi au gouvernement de duper l'opinion sur ce sujet à l'approche de la fin d'année et surtout de l'échéance 2012.
Réponse de le 03/09/2011 à 22:05 :
vous m'avez oté les mots de la bouche

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :