Budget 2012 : Défense, Justice et Enseignement supérieur tirent leur épingle du jeu

 |   |  427  mots
Copyright Reuters
Marqué par la rigueur, le projet de loi de finances pour 2012 fait la part belle à certains ministères qui voient leurs crédits augmenter.

Rigueur oblige, plusieurs missions de l'État voient leurs crédits diminuer. C'est notamment le cas de la mission « travail et emploi » (-12,19 % sur un an par rapport au budget 2011), les médias (- 11,27 %) ou les relations avec les collectivités (- 4,89 %). Quant à l'Éducation nationale, elle paye le plus lourd tribut en termes de suppressions de postes (-14.000, soit plus de 70.000 sur le quinquennat). Quelques ministères ont toutefois été épargnés.

 

Défense. La mission enregistre une augmentation de ses crédits en 2012 de 1,59 % par rapport à 2011, à 30,63 milliards d'euros, hors pension, en conformité avec la Loi de programmation militaire 2009-14, selon le ministère. Cette hausse des crédits est avant tout destinée à financer les opérations extérieures, chroniquement sous évaluées. Cette présentation du budget intervient alors que ce surcoût des « Opex » a explosé en 2011, à 1,2 milliard d'euros, du fait principalement de l'opération « Harmattan » en Libye, estimée à près de 350 millions d'euros. Les effectifs du ministère sont en revanche revus à la baisse (- 7.462).

 

Justice. C'est « le seul ministère à bénéficier de créations nettes d'emplois », a souligné mercredi Valérie Pécresse, ministre du Budget. La justice gagne de fait 515 postes et verra ses crédits progresser de 3,56 % à 6,05 milliards d'euros hors pensions.

Recherche et enseignement supérieur. Ce ministère est considéré comme l'un des soutiens à la croissance par le gouvernement. Outre un gel des suppressions de postes de 2010 à 2013 obtenu après le mouvement de 2009, le chef de l'État a promis un effort financier de 9 milliards d'euros supplémentaires sur sa mandature, « hors plan campus et grand emprunt » (respectivement 5 et 22 milliards d'euros), a tenu à préciser Valérie Pécresse. La « Mires » (mission interministérielle qui regroupe en fait plusieurs programmes relevant de l'Économie, l'Écologie, la Défense, la Culture et l'Agriculture), voit ses crédits budgétaires augmenter de 428 millions d'euros à 27,78 milliards, dont 373 millions pour l'enseignement supérieur. Les universités vont notamment recevoir 237 millions pour « conforter l'autonomie », dont 191 millions pour la masse salariale.

 

Culture et communication. Frédéric Mitterrand a présenté mercredi un budget globalement en hausse de 0,9 % à 7,4 milliards d'euros. Cette petite hausse cache plusieurs baisses importantes. D'abord, les aides à la presse (-30 millions d'euros, soit - 7 %), suite à la fin des mesures des états généraux. Ensuite, l'audiovisuel extérieur (qui regroupe France 24, RFI et TV5), voit ses crédits reculer de 12 millions (-3,5 %). Enfin, le Centre national du cinéma voit ses recettes diminuer de 50 millions (-7 %) car la contribution des fournisseurs d'accès Internet recule (-4,89 %).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/10/2011 à 7:18 :
Bonjour,
Je suis particulièrement choqué de voir sur cette page, un appel vers un article de suppression de rides (fort bien écrit d'ailleurs) avec les mots suivants :
"Maman de 57 ans ressemble à 27 ans
Une maman local revele le ?5 secrets de effacer les rides!Des resultats shocants sont exposes"
C'est effectivement particulièrement "shocant" !!!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :