Plus de la moitié des diplômés en 2010 ont un emploi un an plus tard

Une enquête révèle une amélioration de la situation cette année.

2 mn

Copyright Reuters

L'insertion professionnelle des jeunes diplômés s'améliore, mais l'entrée dans la vie active apparaît toujours longue. 86% des jeunes, diplômés en 2010, ont occupé un emploi dans l'année qui a suivi l'obtention de leur diplôme ; mais "un an après", 42% des jeunes ont un emploi, selon l'Afij, qui mène chaque année deux enquêtes, l'une en avril, l'autre en septembre sur l'insertion professionnelle des jeunes diplômés de l'année précédente.

Concrètement, l'Association pour faciliter l'insertion professionnelle des jeunes indique que 58% des jeunes diplômés en 2010 avaient en emploi en septembre 2011 (55% en septembre 2010). Parmi eux 71% sont en emploi durable (CDI ou CDD ou contrat de travail temporaire (CTT)), tandis que 29% ont un CDD ou un CTT de moins de six mois.

Parmi les 42% des jeunes diplômés sans emploi, 68% ont occupé un emploi à durée déterminée depuis l'obtention de leur diplôme. Cette première expérience professionnelle aura duré moins de trois mois pour 62% d'entre eux, de trois à six mois pour 38% et plus de six mois pour 14%. Le plus souvent (60%), ils ont occupé des emplois d'attente correspondant moyennement à leur projet (19%) ou en adéquation avec celui-ci (20%). Une part d'entre eux est donc bénéficiaire de l'allocation chômage (à partir de quatre mois travaillés), d'autres du RSA.

Progression lente

Entre avril 2010 et septembre 2010, la situation des jeunes diplômés s'est améliorée. Pour autant, si le temps joue en faveur de l'insertion, la progression reste lente puisqu'un an en moyenne après l'obtention du diplôme, 42% des jeunes sont sans emploi.

Les résultats de cette enquête confirment également la persistance du caractère non linéaire des parcours d'insertion de la majorité des jeunes diplômés qui alternent des périodes d'emploi et des périodes de chômage avant d'accéder à l'emploi stable.

L'Afij indique par ailleurs que 97% des jeunes diplômés qui accèdent à un statut cadre en premier emploi ont un master 2 (bac + 5) ou un doctorat. Près d'un quart des Master (bac + 4) accèdent au statut cadre, et 17% à un poste d'encadrement, soit au total 40% intègrent des postes à responsabilité. En revanche, pour les titulaires de licence, de DUT ou de BTS, l'accès à un poste d'encadrement est faible.

 

* Enquête réalisée auprès d'un échantillon représentatif de 964 jeunes diplômés en 2010, inscrits à l'Ajis

Les offres d'emploi de La Tribune

2 mn

Women for Future

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 06/11/2011 à 8:14
Signaler
Dans un pays correctement gouverné et géré, ce n'est pas 50% des diplômés qui doivent avoir un emploi (un an plus tard) mais tous. Ils doivent aussi avoir une rémunération correcte; comme tous les autres français. N'oublions pas que nous vivons sur l...

à écrit le 04/11/2011 à 9:41
Signaler
On évoque souvent que le marché du travail ne fait pas confiance aux jeunes diplomés et donc aux formations qu'ils ont reçues. Il faut se poser la question de l'adéquation des formations aux besoins des entreprises. Ce n'est pas le fort de l'Univers...

à écrit le 02/11/2011 à 11:25
Signaler
Et presque toujours un CDD à la clé au lieu d'un CDI !

à écrit le 02/11/2011 à 11:04
Signaler
L'alternance messieurs dames ! C'est pas pour rien que madame la ministre a signer des accord avec Monsieur Oudéa.

à écrit le 02/11/2011 à 9:51
Signaler
42% de jeunes diplômés sont sans emploi un an après l'optention du dipôme : cela montre bien que le chômage n'est pas réservé aux non diplômés et aux fainéants, comme on a longtemps essayé de le faire croire au bon peuple.

le 02/11/2011 à 11:58
Signaler
Il y a plusieurs causes au chômage des jeunes. Il y a d'abord le manque de communication entre les écoles et les entreprises. Faute de connaitre les formations, les recruteurs préfèrent l'expérience professionnelle aux diplômes. Il y a ensuite le rec...

le 02/11/2011 à 14:14
Signaler
La cause principale est la baisse de l'offre d'emplois(nombre de postes), et non pas la mavaise qualité des demandeurs d'emploi ni leur inadaptation au marché du travail : il n'y a pas assez de postes de travail, point. C'est dû à la forte augmentati...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.