Le coût de la dette de la France en question

 |   |  176  mots
Copyright Reuters
Avec la dégradation du profil de risque de la France, la question du coût de sa dette se pose.

Le rendement des obligations assimilables au Trésor (OAT) à échéance 10 ans atteignait vendredi 3,05 %, soit en dessous de sa moyenne annuelle de 3,3 %. Cependant, les tensions se sont exacerbées depuis le début du mois d'octobre : sur cette période, le taux de l'OAT à 10 ans a grimpé de 45 points de base. L'écart de rendement, ou « spread », entre le taux des obligations d'État et le bund allemand, qui sert de référence sur le marché, a même atteint un record historique à 125 points de base mercredi dernier. Pour établir son projet de loi de finances pour 2012, le gouvernement s'est basé sur un taux moyen de l'OAT à 10 ans de 3,7 %. Un scénario qualifié de « prudent » par Bercy, qui estime que cela ne devrait pas avoir d'impact fort, du moins pour 2012, sur le coût de financement. Toutefois, une hausse de 100 points de base (1 %) des taux d'intérêt augmenterait de 2 milliards d'euros la charge de la dette la première année, puis de 4 milliards d'euros l'année suivante et jusqu'à 14 milliards d'euros sur 10 ans.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/11/2011 à 9:05 :
Est-ce Pompidou qui a permis de financer la France sur le marché international? et être ainsi dépendant de la finance internationale ! Avant la France se finançait par la dévaluation et la création de monnaie ?
Réponse de le 07/11/2011 à 11:24 :
Après l'explosion de l'euro qui ne saurait tarder, il faudra procéder de nouveau ainsi.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :