Le spectre d'un troisième plan de rigueur plane sur le début de l'année 2012

 |   |  365  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : REUTERS)
Après avoir minimisé une éventuelle perte du AAA, le gouvernement démine le terrain.

Plus le choix. Depuis peu, le gouvernement s'attelle à préparer les esprits à une dégradation de la note de la France, tout en minimisant ses conséquences. Le Premier ministre a ainsi averti jeudi que la France devrait probablement encore « affronter des secousses » tout en estimant que « ce qui importe », ce n'est pas le « jugement d'un jour » des agences de notation, mais « la trajectoire politiquement structurée et budgétairement rigoureuse que la France et l'Europe ont décidé d'adopter ».

La question est justement de savoir si cette fameuse « trajectoire intangible » peut permettre à Paris de respecter ses engagements, a fortiori si une dégradation de sa note alourdit la charge de sa dette, attendue à 48,8 milliards d'euros en 2012. Sur ce point, l'État a anticipé une hausse des taux, son budget 2012 étant bâti sur une hypothèse d'un taux à 10 ans de 3,7 % contre 3,05 % actuellement (une hausse de 0,5 point augmente de 1 milliard la charge de la dette). Reste que, selon les dernières projections de Bercy, la dette publique devrait, en prenant en compte l'impact du plan d'aide aux pays de la zone euro en difficulté, atteindre 88,2 % du PIB en 2012, sachant qu'un ratio de 90 % est considéré comme une « zone d'inconfort » par les économistes. En outre, ces derniers prévoient un recul du PIB en 2012, l'OFCE tablant sur un déficit public de 5,3 % du PIB, largement supérieur aux 4,5 % visés. Ce ne sont alors pas 18 milliards d'euros, comme prévu par les plans Fillon I et II, qu'il faudrait économiser en 2012 mais 30 milliards. De quoi tuer durablement l'activité.

Pour l'heure, Bercy maintient que si son budget 2012 a été élaboré sur une hypothèse de 1 % de croissance, il peut toutefois tenir le choc jusqu'à 0,4 % grâce à sa réserve de précaution de 6 milliards d'euros (1 point de PIB équivaut à 20 milliards). Mais ces gels de crédits ne sont qu'une maigre garantie puisqu'ils sont entamés chaque année. Aussi, après avoir démenti les rumeurs d'un troisième plan de rigueur avant la présidentielle, François Fillon a récemment évoqué un budget rectificatif en janvier 2012 pour mettre en oeuvre les décisions du dernier sommet européen. L'occasion d'instiller de nouvelles mesures de rigueur ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/12/2011 à 13:21 :
c'est du grand guignol, cette classe politique est véritablement pitoyable de par son incompétence, sa duplicité et son arrogance. C'est à vous dégoûter d'aller voter ...
Réponse de le 18/12/2011 à 5:33 :
@celthic,, voter pour qui? pour quoi?
a écrit le 16/12/2011 à 13:15 :
J avai lors de mes précedents commentaires dis que l on n en sortira pas de ce merdier avant longtemps aussi je pense qu il y aura comme vous le dites un nouveau plan dfe rigueur a la rentrée après les vacances de NOEL et j ai pour beacoup jouer les casandre mais on a oublié que si les trois A étaient retirés du circuit il serait impossible de faire autrement et que l on va après_ avoir sorti le coude c est toute toute la manche qui sera de mise et je pense que nous allons aussi vers une certaine peur c'est pourquoi je dis que le seul qui peut encore nous sauver ce n est ni BAYROU ni DE VILLEPIN ni meme HOLLANDE mais bel et bien notre SARKOZY l énergique.
Réponse de le 17/12/2011 à 12:27 :
comment voulez vous que Sarkozy nous sorte du pétrin dans lequel il nous a mis. A la limite je dirais qu'il n'en n 'est même pas responsable car il a été placé à un poste où il n'avait pas les compétences. Les vrais responsables ce sont les représentants de l'UMP qui ont appuyé sa candidature par intérêt alors qu'il le savait inapte à la fonction. Il me paraît même être une sorte de victime.
a écrit le 16/12/2011 à 9:50 :
Comment une équipe aussi maladroite a pu se retrouver au pouvoir?
Maintenant,que nous avons vendu notre OR du moins en partie,
Vendu également nos Bàtiments,Hôtels de luxe etc
Mis à l'encan nos industries,certes avec un concours syndical
Il nous reste grace aux 35 heurs les loisirs de deblatérer sur l'inconséquence de nos politiques;
Revenons à ce slogan de 68,sortons les sortants.
a écrit le 16/12/2011 à 9:13 :
ASSEZ DE DISCOURS .debout le peuple souvenez vous 1789 ressortons la guillotine
Réponse de le 16/12/2011 à 11:49 :
Nous serions avisés à les sortir Tous et celà quelque soit leur couleur politique. Comme disait Coluche, vous leur confiez le désert et 15 jours après, ils vous expliquent pourquoi il faut importer du sable...Quant à l'usage de la veuve, soyons plus créatifs que nos élites.


Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :