Les perspectives des collectivités locales resteront "difficiles", selon Fitch

 |   |  239  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Fitch Ratings estime que les perspectives financières des collectivités locales françaises devraient rester difficiles en 2012, avec une dégradation de leur capacité de désendettement.

Dans un rapport publié ce mardi, l'agence de notation dit s'attendre à ce que les tendances négatives amorcées en 2011 se prolongent cette année.

"Les régions et les départements ont été particulièrement affectés par la réforme de la taxe professionnelle de 2010 qui a réduit la flexibilité de leurs recettes, alors que les dépenses sociales et contre-cycliques vont croissant et que la récession devrait freiner la croissance des recettes fiscales", dit-elle.

"L'année 2012 devrait constituer un tournant pour les collectivités, le remplacement de la taxe professionnelle par un panier de recettes non flexibles ayant pris pleinement effet", précise-t-elle dans son rapport.

L'agence ajoute qu'elle s'attend à ce que les besoins de financement des collectivités locales restent importants cette année et que leur capacité de désendettement se dégrade.

Selon l'agence, l'encours de dette directe des collectivités locales a légèrement décru au premier semestre 2011, de 160,6 milliards d'euros fin décembre 2010 à 153,7 milliards fin juin, alors que la dette totale devrait rester relativement modérée, représentant 70% des recettes de fonctionnement.

Fitch constate en outre que les conditions de financement ont tendance à se tendre sous le double effet de la hausse du coût de la liquidité interbancaire et de l'anticipation de la mise en place de Bâle III, auxquels s'ajoutent l'exposition de certaines collectivités aux risques liés aux produits structurés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/01/2012 à 17:07 :
Les collectivités locales sont responsables de lourdes gabgies, des dépenses pharaoniques inutiles, dans les zones Industrielles ... des ronds points traités comme des jardins de Luxembourg, des routes et des rues pavées, bordées de luxueux jardins comme les avenues de Versailles, bref des dépenses superflues engagées par des Maires, des Présiendents de Conseil Général et des Présidents de Région tous plus Mégalo les uns que les autres... de la pure gloriole qui a couté cher à construire, et des entretiens ruineux pour la vie ... il faut virer ces mégalos inconscients, insouvieux et imprévoyants.
Réponse de le 03/01/2012 à 18:37 :
Je suis parfaitement d'accord avec vous ! Je ne suis pas loin de penser qu'il faut revenir sur la décentralisation pour supprimer cantons, arrondissements et créer que cinq ou six grandes régions et diviser par cinq le nombre d'élus. Les décisions restant prises par ces derniers, l'administration mettant en oeuvre celles-ci sous leur contrôle.
Nous réaliserions d'énormes économies de fonctionnement d'autant plus que l'état pourrait intervenir pour limiter les prélèvements fiscaux.
Mais combien d'élus seront prêts à abandonner leur poste et les indemnités qui vont avec ?
Réponse de le 03/01/2012 à 18:56 :
Oui mais aussi des quartiers pavillonnaires complètement délaissés, les dépenses dont vous parlez se situant souvent dans les quartiers dits sensibles.
C'est le cas pour ma rue.
Réponse de le 03/01/2012 à 20:02 :
quelqu'un a-t-il entendu parler des communautés d'aglomérations?et oui!il semble que le mille feuille se soit dotté d'une nouvelle strate.indispensable evidemment!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :