TVA : le tour de passe-passe de Sarkozy sur l'industrie

 |   |  300  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Bloomberg)
La hausse de la TVA prévue par l'équipe Sarkozy devait financer une baisse des charges sociales en faveur, surtout, de l'industrie. En fait, ce secteur ne bénéficierait que d'un quart de de la baisse des cotisations famille, bientôt votée par le parlement.

Entre la volonté politique, l'affichage, et la réalité des réformes - une fois formalisées techniquement -, il y a souvent un hiatus. C'est le cas s'agissant de la réforme du financement de la protection sociale, que Nicolas Sarkozy a annoncée le 29 janvier, et qui sera mise en oeuvre si le président sortant est réélu. 

La baisse des charges sociales patronales, financée par une hausse de la TVA, devait profiter avant tout aux entreprises soumises à la concurrence internationale, autrement dit l'industrie. En fait, les simulations réalisées par Bercy et rendues publiques vendredi par le rapporteur général du budget à l'Assemblée nationale, Gilles Carrez (UMP), montrent que ce secteur ne "touchera" qu'un quart des 13 milliards d'euros d'allègements de charges. 

Forte baisse du coût du travail

"L'industrie en bénéficiera relativement peu", souligne le député, alors que ce texte sera débattu lundi en séance publique à l'Assemblée. "Le gouvernement assume, c'est une mesure compétitivité et emploi", affirme-t-il. Autrement dit, la mesure aidera certes l'industrie à retrouver de la compétitivité, comme annoncé, mais elle profitera aussi à des secteurs non exposés à la concurrence internationale, où elle permettra de baisser le coût du travail, incitant donc à l'embauche.

Ce résultat inattendu est atteint en raison de la technique de la mesure, qui, finalement, baisse fortement le coût du travail autour de 1,2 fois ou 1,3 fois le smic, alors que la cible surtout visée, était autour de 1,6 à 2 smic. De quoi renforcer l'argumentaire du Parti socialiste, qui juge que la réforme Sarkozy tient du saupoudrage. François Hollande a déclaré à plusieurs reprises qu'il annulerait cette réforme - prévue d'entrer en vigueur seulement le 1er octobre - en cas de victoire le 6 mai.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/02/2012 à 9:25 :
J'ai 59 ans avec une maladie pris à 100% par la Sécu, reconnue comme épuisante et fatiguante je possède 164 points sur 165 et je dois chercher du travail. Quand je suis convoqué par des Employeurs, ils me disent "nous ne voulons pas payer pour rechercher votre remplaçant dans 2 ans". Et même si je réponds "la retraite à taux plein pour mois, c'est 66 ans et pas 61 ans" ils ne veulent pas embaucher des Seniors, même si je n'ai jamais eu d'arrêt de travail depuis plus de trente ans. En plus j'avais un travail dans des bureaux dessinateur industriel, il faudrait que je cherche du travail de man?uvre avec mon age, et ma maladie, (chercherez t-on à exterminer les Chômeurs?) après des élus viennent vous faire la moral sur les camps de concentration, et sur ce qui se passe dans certains pays, ils se moquent du Citoyen
Réponse de le 16/02/2012 à 15:08 :
t'es foutu !!! c'est tout , cherche pas. !
a écrit le 13/02/2012 à 22:24 :
La différence sera donc pour le budget général.
a écrit le 13/02/2012 à 18:34 :
Temps mieux comme ça ont vas pouvoir supprime cette sécu qui est hors la lois depuis 94 que les français chéries parcequ ils sont peurs de demander leurs salaire intégrale charge comprise a leurs employeur pour s assure dans une compagnie agrée Europeene et gagne 100% sur leurs salaires
a écrit le 11/02/2012 à 15:41 :
Toujours à se plaindre pour rien dans ce pays.

Indépendamment de ce que Sarkozy a dit, je ne vois pas pourquoi je devrais être consterné que les réductions de charges sociales comptent pour 1/4 dans le secteur de l'industrie. Pourquoi ?
Parce que le secteur secondaire représente près d'un quart des salariés en France.
Certains services aussi deviennent de plus en plus délocalisables (on le voit par exemple avec la médecine, la finance ou l'informatique par exemple ). Donc tant mieux que tout les secteurs profitent de cette baisse.
Réponse de le 11/02/2012 à 20:19 :
Non, non, on ne se plaint pas......mais il n'empêche que c'est bien une connerie.....comme la baisse de TVA dans la restauration qui devait se répercuter sur les prix et créer des emplois...qu'il disait....Non?
Vivement Avril 2012
Réponse de le 13/02/2012 à 18:14 :
à david,
c'est vrai que le les petits artisans avec quelques employés souffrent de la compétition chinoise !!!
l 'explication gouvernementale est nulle puisque fausse pour une mesure qui est mauvaise et mal préparée, comme toutes les autres !
ne pas laisser à ce gouvernement la possibilité de faire encore pire!
Réponse de le 16/02/2012 à 11:47 :
Les chinois on s'en tape. Pour les concurrencer il nous faudrait des salaires de chinois et une industrie de chinois. Vous voulez? Non, nos concurrents ce sont surtout les autres pays européens. La TVA "sociale" nous donne un avantage comparatif sur eux. Ça ne va pas leur faire plaisir mais les allemand ne se sont pas gênés pour faire du dumping et nous tailler des croupières.
a écrit le 11/02/2012 à 15:34 :
Le secteur secondaire représente près d'un quart
a écrit le 11/02/2012 à 13:47 :
faut pas s?inquièter de pouvoir d?achat
caddies plein de cochonneries sodas , bieres cremes dessert sucreries , surgeles hors de prix
boutiques de tel portable et autres merdes pleines à craquer
et surtout embouteillages tous les week end et reservations vacances pleines à 95% à j - 15
ca va pour certains!!
a écrit le 11/02/2012 à 4:51 :
Et le pouvoir d'achat ? plus de taxes = moins de pouvoir d'achat!
Réponse de le 11/02/2012 à 13:48 :
moins de pouvoir d'achat = moins d'achat de produits chinois = moins de déficit.
dans la situation actuelle, le problème n'est pas le demande ( pouvoir d'achat ) mais l'offre ( produits pas adaptés ).
il est donc nécessaire de réduire le pouvoir d'achat et , en parallèle, de développer de nouveaux produits.
Réponse de le 11/02/2012 à 23:59 :
Pas d'accord sur votre équation : moins de pouvoir d'achat = moins d'achat de produits chinois = moins de déficit.

Je pense que c'est plutôt :
moins de pouvoir d'achat = moins d'achat de produits français et plus d'achat de produits chinois = plus de déficit.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :