Gardez vos billets en francs, vous réduirez la dette !

 |   |  332  mots
Billets "Saint Exupéry" de 50 Francs - Photo : Reuters.
C'est ce vendredi à minuit la date limite pour l'échange de vos bons vieux billets de 500, 200, 100, 50 et 20 francs. Les nostalgiques des Pierre et Marie Curie, Gustave Eiffel, Cézanne, Saint Exupéry et Debussy qui les conserveront quand même dans un coin de leur portefeuille pourraient rapporter 500 millions d'euros à l'Etat.

Vendredi 17 février, minuit, sonnera la vraie fin du franc. En ces temps de crise pour la zone euro, cela pourrait paraître une blague à tous ceux qui croient que la monnaie unique vit ses derniers jours, et pourtant, cette fois, c'est bien la der des ders. Demain soir, les vieux billets de 500, 200,100, 50 et 20 francs aux effigies de Pierre et Marie Curie, Gustave Eiffel, Cézanne, Saint Exupéry et Debussy n'auront plus aucune valeur, sauf pour les numismates. Après cette date, vous ne pourrez plus les échanger contre des euros dans les succursales de la Banque de France, qui a organisé l'opération (voir le site jechangemesfrancs.com). En février 2007, c'était le Pascal de 500 francs qui avait été retiré de la circulation, suivi par le Montesquieu de 200 francs en mars 2008 et du billet de 100 francs Delacroix (que notre ancien correspondant à Francfort conserve précieusement, plié en quatre, dans son portefeuille !).

Selon un récent Sondage Harris Interactive pour M6-MSN Actualités-RTL, seuls 14% des Français indiquent souhaiter que la France abandonne l'euro pour revenir au franc. Ces "irréductibles" ou ces "lucides", comme ils se considèrent, mais aussi tous les nostalgiques et autres "billetophiles" avaient encore dans leurs bas de laine de quoi récupérer une belle somme de 600 millions d'euros, d'après la Banque de France, qui évalue à environ 50 millions le nombre des coupures à récupérer. Mais la majorité des gens devraient conserver leurs coupures, pour la mémoire et il faut compter avec les billets disparus enterrés au fond d'un jardin... Au final, Bercy a estimé que la Banque de France devra lui reverser un "culot d'émission" correspondant à 500 millions d'euros. En clair, tous les billets que vous conserverez après ce vendredi fatidique, ayant perdu toute valeur fiduciaire, seront effacés du passif de la Banque de France et donc rendu à l'Etat, son actionnaire.

Alors faites un beau geste : gardez vos vieux francs, vous réduirez (un peu) la dette...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/02/2012 à 9:03 :
ha ha ha , ils ont pas amenés leurs vieux billets , ils ont perdus des sous !!! je suis mdr
Réponse de le 19/02/2012 à 13:14 :
@picsou: 1) c'est pas une question de perdre des sous, mais d'honorer la "signature" de l'État et 2) les perdants ne sont pas les Français, mais les étrangers qui ont gardé de l'argent français pour "la prochaine fois, et qui vont s'apercevoir que l'argent français, c'est de l'argent qui ne vaut rien. Donc, une fois de plus, c'est la siganture française quiva en prendre un coup !!!
a écrit le 18/02/2012 à 13:00 :
Moi ce qui me choque c'est de voir des queues de plusieurs dizaines de mètres pour aller échanger ses billets alors qu'on peu le faire depuis 10 ans... les gens m'exaspèrent d'ignorance....
a écrit le 17/02/2012 à 12:33 :
Quand un gouvernement ou un pays en arrive à ce point de "spoliation" il y a lieu de s'inquiéter de la (in)capacité des gouvernants à gérer l'économie. Il semble que les euros des deux premières années vont être retirés sans contrepartie. Nous sommes au niveau de l'Italie !
Réponse de le 17/02/2012 à 13:09 :
Où est la spoliation ? L'échange est ouvert depuis 10 ans. On pourrait effectivement s'inquiéter de la capacité de certains à réfléchir.
Réponse de le 17/02/2012 à 14:12 :
De quelle spoliation parle-t-on ? Une économie ponctuelle pour l'Etat de 500 millions d'euros pour réduire la dette, fort bien. Il y aurait pourtant un autre moyen bien plus efficace pour faire économiser 140 millions d'euros par jour, oui vous entendez bien par jour, soit environ 52 milliards d'euros par an à l'Etat. C'est renoncer à la folie qui consiste à l'Etat d'emprunter ses rallonges monétaires sur les marchés financiers. Un "coup de fusil dans le pied" de la métropole inscrit dans les traités ( loi du 3 janvier 1373 abrogée et reprises dans les traités européens avec le 104 de Maastricht puis 123 de Lisbonne ) qui a accéléré la crise de la dette souveraine dans la zone euro.
Réponse de le 17/02/2012 à 14:15 :
Cet argent a été gagné mais des têtes en l'air l'ont ..."occulté, oublié", l'Etat lui, vole ses propriétaires, c'est de la spoliation.
Réponse de le 17/02/2012 à 20:34 :
Tout à fait d'accord avec Bolivar. Cela montre aussi que si le gouvernement décidait du jour au lendemain que votre argent ne vaut plus rien, il pourrait le faire. Par conséquent, le gouvernement français n'est pas fiable du tout et je vous conseillerais à tous de diversifier en ouvrant des comptes dans d'autres pays euoropéens.
Réponse de le 17/02/2012 à 21:21 :
Les détenteurs de billets ont eu 10 ans pour réagir. c'est amplement suffisant.
Quand vous avez un billet gagnant à l'euromillion, vous avez 30 jours pour l'encaisser à la Française des Jeux. Passé ce délai, c'est tant pis pour vous, et pas de la spoliation.
Réponse de le 18/02/2012 à 5:03 :
@laure: sauf que la loterie est un jeu, alors que la parole de l'État est une obligation. Aux US et dans d'autre pays, la monnaie est valable sans limite de temps parce que c'est la parole du gouvernement qui est en jeu. Dans les républiques bananières comme la France, le gouvernement fait ce qu'il veut !!!
Réponse de le 18/02/2012 à 8:19 :
C'est la BDF qui décide, pas l'Etat. Là il y a amalgame! Même si l'Etat en est l'actionnaire, la BDF est autonomme... Donc pas de spoliation de la part de l'Etat.
Réponse de le 18/02/2012 à 13:38 :
@réaliste: quelle naiveté ! et c'est qui qui nomme le patron de la BDF ?
Réponse de le 19/02/2012 à 18:55 :
La BDF dépend uniquement de la ECB
a écrit le 17/02/2012 à 10:48 :
Excellent article et excellente idée ! Si on changeait de monnaie 170 fois par an soit en gros tous les deux jours on arriverait à coup de 500 millions à effacer non pas la dette mais le déficit. CQFD !

Hourra les français sont vraiment des génies !


a écrit le 17/02/2012 à 8:35 :
' payez vos impots avec vos vieux francs' ...
a écrit le 17/02/2012 à 6:36 :
"Selon un récent Sondage Harris Interactive pour M6-MSN Actualités-RTL, seuls 14% des Français indiquent souhaiter que la France abandonne l'euro pour revenir au franc" : Comme tous sondages, quelle valeur peut on leur donner ? Un sondage est toujours fait sur un panel. Celui de la tribune indique que + de 44 % souhaite l'abandon de l'euro. Alors, c'est quoi ces sondages ????
a écrit le 16/02/2012 à 22:51 :
l'avantage de repasser au franc serait d'avoir une monnaie souveraine et de pouvoir dévaluer pour doper ses exportations...
Réponse de le 16/02/2012 à 23:20 :
Vous êtes amusant, et que faites vous du pétrol, du gaz, des minérais, de toutes les matières premières que la France importe? Vous ne doperez rien du tout cher ami, vous verrez du jour au lendemain le prix de l'essence grimper jusqu'au non retour! Le marché européen et mondial se fera toujours en euros et en dollars et votre franc dévalué deviendra de la monnaie de singe tout simplement. Très peu pour moi, de toute façons personne ne pourra nous obliger de changer nos euros en francs!
Réponse de le 17/02/2012 à 8:43 :
lucille a raison ...cf GB ...
Réponse de le 17/02/2012 à 11:33 :
si l'etat renonce à une partie de ses taxes sur le petrole en contrepartie d'une autre fiscalité plus juste et transparente.. entreprends les réformes ecoogiques necessaire pour diminuer notre dépendance à cette energie, bref, si on a un gouvernement qui voit plus loin que le renouvellement de son mandat, oui, c'est possible de sortir de l'euro ou d'y rester mais y'a bien des choses à changer à cet europe actuelle alors!
Réponse de le 17/02/2012 à 13:01 :
Oui, la GB qui ne s'en sort pas mieux que nous!
Réponse de le 17/02/2012 à 13:23 :
tout a fait raison banco
Réponse de le 17/02/2012 à 13:48 :
elle s'en sort pas moins bien non plus...
elle imprime des billets quand elle en a besoin...et point barre . ! !
Réponse de le 18/02/2012 à 18:17 :
@lucille Une dévaluation rend en effet, par définition, moins chers nos produits sur les marchés extérieurs. Pour autant, comme le mentionne "xoxo", elle comporte aussi de graves inconvénients ( renchérissement de l'énergie, perte de pouvoir d'achat etc ...).

Mais surtout, une dévaluation n'est JAMAIS une solution sur le long terme. Ainsi celles pratiquées sous le premier mandat de François Mitterrand, n'ont pas pu redresser, de façon durable, notre commerce extérieur. La dévaluation n'est en effet qu'un simple aveu d'échec : On n'est pas assez compétitif ? ... alors on dévalue ! Et si on ne se pose pas les bonnes questions, quelques années plus tard on recommence, les mêmes causes produisant les mêmes effets...

D'ailleurs, de vous à moi, pourquoi l'allemand, qui a le même euro que nous, exporte plus qu'il n'importe, alors que pour le français, c'est le contraire ?

La vraie question est là ...

Le jour où la France produira plus, avec moins de charges, c'est à dire pour des coûts inférieurs, nos exportations repartiront ... sans qu'il soit nécessaire de paupériser notre population par la dévaluation.
Réponse de le 18/02/2012 à 19:08 :
@monsieur burns: alors remplaçons la Banque de France par une usine à confettis :-)
a écrit le 16/02/2012 à 21:49 :
ben, pour moi le passage à l'euro a seulement permis de multiplier les coups par 6.
Dans "le bon vieux temps", le truc que tu payais 1 franc, aujourd'hui tu le paye 1?.
Ou encore, si le prix en ? correspond au prix en franc, alors tu as moins de produit (ex : la lessive dont les bidons ont baissé en volume, les mars qui sont passé de 50 à 35g pour le même prix etc...)
Mine de rien, ça fait cher le changement de monnaie.
Par contre, les salaires n'ont pas été multiplié par 6
Réponse de le 17/02/2012 à 12:54 :
le tien non, mais ceux des patrons des entreprises du cac et de nos elus en sont pas loin voir plus pour certains.. et oui martiall, on est aps du bon côté de la barrière tout simplement..
Réponse de le 17/02/2012 à 13:03 :
dans le début des années 80, le SMIC était à 1000f....Et la baguette à 1 franc!
Désolé, mais le pouvoir d'achat n'a pas baissé avec le passage à l'euro. Ce qui a baissé, c'est le revenu disponible : comme les français sont de plus en plus abonnés (mobile, internet, cinéma), ils ont moins d'argent "disponible", d'où l'illusion de la perte du pouvoir d'achat

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :