Un Rennais et un Strasbourgeois ont un pouvoir d'achat immobilier deux fois supérieur à celui d'un Parisien

 |   |  366  mots
Copyright Reuters
C'est le principal enseignement de l'étude dévoilée ce jeudi par Empruntis.com et MeilleursAgents.com. Si l'on prend le revenu moyen par ménage, les deux premiers premiers acquéreurs peuvent acheter 62 mètres carrés, contre 31 pour un Parisien.

Ah la Province ! Son calme, son cadre de vie, ses routes sans embouteillages et ses faibles prix du mètre carré. Si les trois premières caractéristiques tiennent évidemment du cliché que l'on aime entretenir à Paris - tentez d'aller d'Aix en Provence à Marseille en moins d'une heure le matin ! - la dernière n'est absolument pas une vue de l'esprit.

C'est ce qu'indique l'étude dévoilée ce jeudi par MeilleursAgents.com et Empruntis.com qui prend en compte le revenu moyen par ménage, et donc leurs capacités réelles de remboursement d'un prêt sur 20 ans avec le taux moyen de la région concernée. Ces données ont permis de déterminer la taille du logement qui peut être acheté par ces ménages. Celle-ci s'élève à 62 m² à Rennes et Strasbourg, 58 m² à Nantes, 55 m² à Lyon et Toulouse, 53 m² à Bordeaux, 51 m² à Marseille, 46 m² à Lille, 38 m² à Nice et seulement 31 m² à Paris.

Mécaniquement, si les prix baissent, la solvabilité des acquéreurs augmente

Quant à la situation du crédit immobilier, elle évolue relativement peu. Certes, les banques ont resserré leurs critères d'octroi et rechignent à prêter sans un apport minimum de 10 %. Mais, parallèlement, la baisse des obligations assimilables du Trésor (OAT), qui maintien des taux de crédit plutôt bas, et l'aide de la Banque centrale européenne  aux banques permettent de soutenir le marché, même si celui-ci donne des signes d'essoufflement, en lien avec la remontée du taux de chômage. « On prête moins cher, mais on prête toujours avec prudence », résume Maël Bernier, directrice de la Communication chez Empruntis.com.

L'étude simule également quels pourraient être l'impact d'une baisse des prix sur la solvabilité des acquéreur, alors que la suppression du Prêt à taux zéro bonifié (PTZ+) dans l'ancien a désolvabilisé 8 % des emprunteurs, à taux, prix et conditions équivalentes. Une baisse des prix anticipée ou déjà constatée sur certains marchés par les professionnels du secteur. Ainsi, si les prix baissent de 10%, 20 % des acquéreurs pourraient acheter. Plus d'un tiers des acquéreurs reviendraient sur le marché si les prix baissent de 20 %.

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/03/2012 à 15:38 :
J'espère que l'on ne va pas nous sortir ce genre de comparatifs chaque mois
Quel intérêt!!!
Par contre le pourcentage de chute des transactions omerta...
a écrit le 23/03/2012 à 9:16 :
"31 m2 pour un couple Parisien"
Mais alors, qui peut acheter les nombreux appartement familiaux à vendre ?
a écrit le 22/03/2012 à 19:52 :
apres faut prendre ' les chiffres reels'---> un pouvoir d'achat *2 apres impots, ca suppose de gagner 4 fois ( l'etat vous remercie pour votre obole sociale, solidaire et citoyenne, car elle est juste) plus pour la meme chose ! un cadre a 120 000 euros a son equivalent ' juste sorti de l'ecole' en province a 30 000! triste......
Réponse de le 22/03/2012 à 20:56 :
120 000€.... Mais ou vivez-vous ?!
Presque drole !
Réponse de le 22/03/2012 à 22:07 :
Pour pouvoir gagner 3000 euros par mois (36000 euros par an) après charges, impôts et taxes diverses, il faut gagner un salaire complet de 120000 euros par an. La différence, 84000 euros, est détournée par l'Etat.
Réponse de le 23/03/2012 à 8:22 :
merci Où vivons-nous ? , au moins vous avez compris ce que je veut dire...
a écrit le 22/03/2012 à 19:50 :
a 8000 euros le m2 a paris, c'est pas etonnant ! sans credit ' ad vitam eternam', qui peut se payer ca? ah oui! les bailleurs de logements sociaux !!!!!!!!!! ( euh, je ne me souviens pas bien combien ils payent gratuitement (??) rembourse par la secu quand il y a un nouveau projet...)
a écrit le 22/03/2012 à 19:00 :
Qu'est-ce qu'il ne faut pas lire comme inepties. A Bourg des comptes on peut avoir 150m2 et un terrain contre 62 m2 sans terrain pour le même prix. Comparaison n'est pas raison.
Réponse de le 24/03/2012 à 8:14 :
Et à villetaneuse ?
a écrit le 22/03/2012 à 18:21 :
Qualité de vie , logement moins cher , taux de chomage equivalent à celui de la region parisienne ( autour de 8% ) , Rennes est une ville tres attractive . Quand au differentiel de salaire , il est faible . Dans la plupart des emplois , il n y a meme aucun difference salariale ! et on ne parle pas de la pollution..
Enfin culturellement , ça fait longtemps qu on trouve aussi bien en province . Sauf a vouloir visiter 3 fois par an le Louvre ou la Tour Eiffel..
Réponse de le 23/03/2012 à 10:38 :
Sauf qu'à Rennes la maltraitance fiscale bat son plein. La fiscalité locale, régionale et départementale est devenue punitive pour les classes moyennes qui ne pensent qu'à se tirer.
a écrit le 22/03/2012 à 18:08 :
Raisonnement pseudo-économique qui méconnaît le simple bon sens. Vivre à Paris est un luxe. Vivre dans le luxe est un choix personnel qu'il convient d'assumer. L'acheteur d'une Ferrari a-t-il un pouvoir d'achat moindre que l'acheteur de 20 Renault ?
Réponse de le 23/03/2012 à 9:14 :
"Simple bon sens" : une ville de 2 millions d'habitants ne peut pas être composée exclusivement de millionnaires. Les prix sont déconnectés de la réalité même pour des ménages aisés. Ils sont condamnés à s'effondrer.
a écrit le 22/03/2012 à 17:52 :
Je ne suis pas sûr qu'ils puissent acheter un logement 2 fois plus grand à Paris en raison de leur "pouvoir d'achat".
En titrant "l'immobilier 2 x plus cher à Paris qu'en province", l'auteur de cet article aurait été d'avantage dans le vrai........
a écrit le 22/03/2012 à 16:24 :
Manque l'explication si c'est le prix moyen du neuf ou de l'ancien ,si c'est de l'ancien pour ce prix c'est 100m² au mans ,en cherchant bien une mancelle reste possible.(mancelle petite maison individuelle sur rue avec un jardin en plein centre ville)
a écrit le 22/03/2012 à 15:52 :
Si leur pouvoir d'achat est deux fois supérieur aux parisiens il faut les taxer deux fois plus et réduire les taxes à Paris
a écrit le 22/03/2012 à 15:31 :
Bienvenu à Rennes
a écrit le 22/03/2012 à 14:12 :
Pour habiter sur Paris, il faut de gros revenus sinon ce n'est pas vivable. Le logement y est plus cher mais c'est le cas de tout le reste aussi, il n'y a pas grand chose qui soit bon marché.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :