Pas de parachute doré pour le PDG de Safran

 |   |  335  mots
(Crédits : BLOOMBERG NEWS)
Après Air France KLM, c'est l'assemblée générale de Safran qui a refusé d'accorder un parachute doré et une retraite chapeau au PDG de l'équipementier aéronautique et de défense, à Jean-Paul Herteman.

La veille, le ministère de l'Economie avait refusé de valider la prime de non-concurrence de 400.000 euros versée à l'ancien directeur général d'Air France-KLM, Pierre-Henri Gourgeon. Bercy a confirmé que Pierre Moscovici avait donné "instruction" de voter contre ces résolutions aux représentants de l'Etat, qui détient environ 30% des droits de vote.
La première, rejetée à 55,25%, prévoyait le versement d'une "indemnité d'un montant équivalent à deux années de rémunération fixe et variable" en cas de "cessation anticipée" du mandat du PDG, Jean-Paul Herteman, "pour quelque cause que ce soit, sauf faute grave ou lourde".

Cette disposition avait été adoptée "à l'unanimité" par les 15 membres du conseil d'administration, qui compte quatre représentants de l'Etat, le 21 avril 2011, après un changement de gouvernance qui avait vu M. Herteman passer de président du directoire à PDG.

L'assemblée générale de Safran a également voté à 56,44% contre une disposition prévoyant plusieurs "engagements réglementés" en matière de "retraite et de prévoyance", au bénéfice du PDG et de ses trois directeurs généraux délégués.

L'un d'entre eux concernait l'octroi d'une "retraite supplémentaire" au PDG, "pour le cas où un système de retraite supplémentaire serait mis en place pour l'ensemble des cadres dirigeants du Groupe".

Selon l'AFP, le gouvernement français prendra les "mesures conservatoires nécessaires" pour éviter les excès de rémunérations dans les entreprises publiques en attendant la loi qui doit limiter les écarts entre les salaires. Le projet vise à limiter l'écart des rémunérations de 1 à 20 dans les entreprises dans lesquelles l'Etat est majoritaire. Bercy a fait savoir d'autre part fait savoir que cette mesure s'appliquera "y compris aux contrats en cours". Après Air France c'est un signal fort qui est envoyé à l'opinion publique. Cela n'a pas empêché le titre Safran a d'ailleurs terminé en forte hausse de 2,3%, à 27,77 euros à la bourse de Paris.

 

Plus d'actualité Bourse sur MonFinancier
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/06/2012 à 23:38 :
Quelquefois les parachutes qui se mettent en vrille cela a du bon!
a écrit le 31/05/2012 à 19:50 :
Pas de parachute doré pour le PDG de Safran : Pour la version officielle ; quant à la version officieuse...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :