L'emploi des cadres rattrapé par la crise

 |   |  478  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le marché de l'emploi des cadres marque le pas, selon l'Association pour l'emploi des cadres (Apec). Seules 46% des entreprises songent à recruter un cadre au troisième trimestre, en baisse de six points sur un an. Ce sont essentiellement les entreprises du secteur informatique qui maintiennent leur intention d'embauche, à la différence de la construction et de l'industrie. Les jeunes diplômés avec quelques années d'expérience arrivent à tirer leur épingle du jeu, ce qui n'est pas le cas des jeunes sortis de l'école et des seniors avec plus de 20 ans d'ancienneté.

Le marché de l'emploi cadre n'échappe pas à la crise. Seules 46% des 750 entreprises interrogées trimestriellement par l'Association pour l'emploi des cadres (Apec) prévoient de recruter un cadre au troisième trimestre, soit six points de moins qu'il y a un an à la même période. Au deuxième trimestre, elles étaient encore 55% a avoir procédé à une embauche. Comment pourrait-il en être autrement alors que 22% des recruteurs estiment que la situation économique de leur entreprise s'est dégradée durant les douze derniers mois. Un climat totalement différent d'y il y a un an quand 32% de ces mêmes recruteurs jugeaient, à l'inverse, que les performances de leur entreprises s'amélioraient. Bien entendu, la conjoncture économique tendue explique cette relative atonie sur le marché de l'emploi des cadres. Ainsi, l'absence de turn-over constitue la principale explication des entreprises qui n'envisagent pas de recruter un cadre. Elles sont 58% a avancer cet argument. Alors que seulement 12% évoquent la mauvaise conjoncture économique. Mais, en réalité, ces deux raisons sont étroitement liées. C'est la mauvaise conjoncture qui freine le turn-over.

Les entreprises du secteur infomatique continuent de recruter

Par secteur, sans surprise, ce sont les activités informatiques qui sont toujours les plus porteuses. 89% des entreprises informatiques prévoient de recruter au troisième trimestre. En revanche, effet de la crise, seules 39% des entreprises du secteur de la construction songent à embaucher. Un proportion qui remonte à 48% dans l'industrie et à 69% dans la Banque-Assurance.
Quant aux postes d'encadrement proposés, on observe peu d'évolutions . Ainsi, les cadres commerciaux restent particulièrement recherchés avec plus de quatre entreprises recruteuses sur dix qui expriment l'intention d'embaucher dans cette fonction. Les cadres spécialisés en Recherche & développement continuent également d'avoir la côte avec 31% des intentions de recrutements, tout comme ceux des métiers de la finance et de la gestion (30%). A contrario, les postes de cadres de direction, en communication ou dans les ressources humaines sont peu recherchés.


Les jeunes diplômés délaissés aux profit des cadres confirmés

S'agissant des profils recherchés, la crise est également passée par là et ce au détriment des jeunes diplômés. Seulement 39% des entreprises envisagent de recruter un jeune cadre sorti de l'école, soit une baisse de quatre points sur un an. C'est la première fois depuis deux ans que cette proportion est inférieure à 40%. A l'autre bout de l'échelle, même constat avec 42% des entreprises qui envisagent d'embaucher un cadre de plus de 20 ans d'expérience, soit une baisse de quatre point également sur un an. Manifestement, les entreprises préfèrent sécuriser leur recrutement en ciblant surtout les jeunes cadres avec quelques années d'expérience . Ainsi, 84% des entreprises qui recrutent au troisième trimestre songent à des cadres ayant entre cinq et dix ans d'expérience.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/01/2014 à 13:44 :
Les SSII ne recrutent pas , c'est du pipot .... Comment une société informatique peut recruter si ces clients vont mal .... Non seulement elles recrutent beaucoup moins mais en plus elles licencient et diminuent les salaires....
a écrit le 12/12/2012 à 21:57 :
Immobilier trop cher, donc impossible de se loger
Peu de travail et pourtant sur-diplomé.
Et si je partais de france ?
a écrit le 26/07/2012 à 11:07 :
"Par secteur, sans surprise, ce sont les activités informatiques qui sont toujours les plus porteuses. 89% des entreprises informatiques prévoient de recruter au troisième trimestre."

C'est quand-même dingue que des journalistes supposés spécialisés en matière d'emploi ne connaissent toujours pas les spécificités de certains secteurs importants comme l'informatique : dans ce secteur, 85% des recrutements consistent à remplacer du personnel (turnover record), mais en réalité il y a peu de créations d'emplois nettes...
Et le chômage remonte dans nos professions... http://munci.org/Evolution-du-chomage-des-informaticiens-sources-Dares-Pole-emploi-Insee

a écrit le 25/07/2012 à 16:24 :
Pour l'informatique, ce n'est qu'une question de temps, dans quelques mois peut etre, tout le monde se mettra à externaliser ce service qui peut etre rendu de n'importe où sur la planète. Beaucoup de centres informatiques sont d'ailleurs entrain de migrer (Ex Tunisie)...se voiler la face, ne changera rien ! la seule solution pour s'en sortir, c'est d'essayer de voir quel peut etre le train de vie d'un informaticien tunisien et d'essayer de s'en approcher....l'ajustement sera d'autant moins douloureux. Vous en doutez toujours ? demandez donc à vos collègues du Sud-Ouest comment ca se passe avec les concurrence low-cost à laquelle ils doivent faire face (Espagne - Portugal)...cela touchera tout les secteurs de notre économie, c'est une certitude...
a écrit le 25/07/2012 à 15:52 :
Les cadres informatiques comme le conçoivent les entreprises actuellement ont plutôt des rôles de techniciens informatique. Ils ont pour rôle de développer du code informatique sans véritable pouvoir de décision.

Un cadre maintenant s'apparente à la notion de "manager" ou de chef de projet.
a écrit le 25/07/2012 à 15:14 :
Merci à cette génération qui aura fini de ruiner ce pays. Eux qui sont partis comme des pachas en pré-rertaite à 55 ans ! Eux qui voient leur retraite ré-évaluée chaque année, quand bien meme les caisses sont vide ! eux qui leur revende leur immo à prix d'or si bien que les actifs doivent s'endetter sur 25/30 ans pour beaucoup moins de m2 ! Eux qui à travers leur sur-poids-démographique-électorale sclérosent la société et l entreprise ! eux qui se sont accordés à eux meme un régime fiscal super avantageux (CSG à taux reduit, fiscalité sur la rente inférieur à celle sur le travail etc..).. ! Eux qui exigent des autres qu'ils partent encore plus tard à la retraite tout en leur demandant de cotiser encopre plus ! eux qui leur laissent toutes ces dettes publiques sachant depuis des décénies que les systèmes étaient déficitaires ! Eux qui leur ont volé leur avenir, comme ils ont englouti le patrimoine que leur parents leur avaient laissé ! eux qui se targuent d'avoir construit la France, alors que ce sont leur parents qui ont tout fait !!!! merci la gérontocratie, quel souvenir vous laisserez dans l'histoire....
Réponse de le 25/07/2012 à 15:47 :
@merci aux papybommers; Ualieu de pluernicher, il faut prendre le taureu par les cornes et faire quleque chose (comme les papyboomers en 68) si t'es pas content. Mais c'est tellement plus facile d'accuser les autres de son sort, non :-)
Réponse de le 12/12/2012 à 21:54 :
La génération de 68 : dehors
a écrit le 25/07/2012 à 13:00 :
juste une question : ça sert à quoi un cadre à l'heure actuelle ? a jouer sur son tableur excel toute la journée pour expliquer pourquoi l'ouvrier qui produit est trop cher ? on peut déjà faire des économies bien plus importante en virant au moins la moitié des managers :-)) les autres feront moins de reporting et de réunions et l'entreprise marchera mieux :-))
Réponse de le 25/07/2012 à 15:20 :
D accord. J ai une flopée de cadres dans ce grand groupe (en grande difficulté) pour lequel je travaille actuellement, payés aux alentours de 5000 nets/mois qui sont ou bien en réunion stérile la plupart du temps, ou bien inadaptés à l entreprise moderne ou bien occupant un poste dont on pourrait se passer ou bien complètement incompétents.

Ainsi j'espère filer le plus vite possible, voire m expatrier avec un peu de chance

Attention néanmoins, le salaire moyen du cadre en France est à peine à 2000 euros. Cette appellation, un peu comme la classe moyenne regroupe des populations diverses. Les cadres imposteurs mentionnés plus haut sont quant à eux tous dans la partie haute de cette échelle
Réponse de le 25/07/2012 à 15:49 :
@letroll: je crois en effet que l'appellation "cadre est un peu abusive. Dans la majorité des cas, ce sont des petits chefs incompétents.
a écrit le 25/07/2012 à 10:48 :
qui ne connait pas autour de lui des cadres au train de vie au taquet de ce que le "crédit facile" lui a permis d'avoir ? remboursement immo sur25/30 ans au delà de 33% des revenus , remboursement crédit-auto, credit conso etc....qui ne connait pas des cadres qui dès le 25 du mois sont en réalité déjà dans le rouge ?...ceux là peuvent se préparer à souffrir quand on sait que 25% de l europe du sud est au chomage, que 50% des jeunes y sont au chomage, que la France n'a plus les moyens d'entretenir notre train de vie collectif à crédit, que les impots et autres prélèvements vont continuer à exploser...qui ne connait pas des cadres qui ont revendu leur studio/2pièce et racheté plus grand à un retraité au sommet de la bulle immo et qui devront pendant les 25 prochaines année tous les jours prier le ciel que rien n'arrive à leur job...l'hiver est là et le temps des cigales est derrière nous....bonne chance tout de meme, l'atterrisage laissera du sang sur la piste..
Réponse de le 25/07/2012 à 11:23 :
Cadres ou pas cadres, personne n'est obligé de céder aux sirènes de la société de consommation. Il y a des frais qu'ils peuvent éviter. Maintenant, si c'est par snobisme, pour avoir le dernier gadget informatique et autres, on ne va pas pleurer sur eux.
Par contre, je suis bien d'accord avec vous, le temps des cigales est révolu. Il va falloir s'adapter, et faire beaucoup avec peu. Peut-être cela développera-t-il l'esprit d'ingéniosité de nos concitoyens.
Réponse de le 25/07/2012 à 13:46 :
Dans la tranche des 35-45 ans vous pouvez rajouter les effets des divorces (pensions alimentaires, frais logement, ...)... On est dans une période de transition, où les personnes nées avant 1955-1960 ont vécu une période dont le catalyseur était la dette, où l'on paiera demain. Demain est arrivé. 1700 Mds de dettes, des trous partout (retraite, assurance maladie, ...). Pour ce qui est de l'immobilier, le marché devrait se tendre (hors IdF), seul reste les taux bas pour le maintenir. Lorsque le chômage aura dépassé les 12%, les OAT repassés les 3,5 % (on va pas laisser tomber les grecs, espagnols, italiens, ...), et que le début des défauts de remboursement commenceront, il faudra de solides arguments pour conserver des 4000 €/m².
Réponse de le 25/07/2012 à 14:47 :
+1, cela a du sens. moralité, en ces temps, il vaut mieux etre mobile et sans crédit ..
Réponse de le 25/07/2012 à 15:21 :
Mais les gens qui achètent ou ot acheté autour de vous ne comprennent pas cela pads vrai :) ?

Normal, difficile d admettre qu on soit cuits quand les flammes commencent à peine de crépiter. Ils sont les grenouilles plongés dans une casserole d eau en ébullition : il sera trop tard au moment où le danger sera perçu !
Réponse de le 25/07/2012 à 15:52 :
@anticonsommation: tout à fait d'accord. Les jeunes en particulier se plaignent de la cherté de l'immobilier, mais ce sont eux qui font grimper les prix en acceptant de payer de plus en plus et en prenant des prêts sur 30, 35, voire 40 ans. On peut pas se mettre un coup de marteau sur les doigts et se plaindre que ça fait mal, si ??
Réponse de le 25/07/2012 à 17:16 :
Non. C'est la spirale infernale. Personnellement, j'ai toujours refusé de m'endetter sur 30 ou 40 ans.Il faut être fou.
Réponse de le 25/07/2012 à 21:26 :
je constate qu'il y a des frustrés. Certains cadres ont eu le mérite et le courage de faire des études. c'est trop facile de critiquer la France qui bosse et qui réfléchit pour des zonards de 3 ième classe. Vive Sarko !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :