Montebourg veut s'émanciper de Bruxelles

 |   |  395  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Lors d'une intervention au Conseil Compétitivité de l'Union européenne à Luxembourg, jeudi, le ministre français du Redressement productif a déclaré qu'il ne veut plus que l'industrie européenne ait Bruxelles «sur le dos».

Avocat de profession, Arnaud Montebourg a la parole facile et le verbe haut. Il l'a encore démontré ce jeudi à Bruxelles. Lors d'une intervention au Conseil Compétitivité de l'Union européenne à Luxembourg, le ministre français du Redressement productif a plaidé pour que les pays européens puissent subventionner leurs industries d'avenir «sans avoir Bruxelles sur le dos», afin d'être mieux armés pour faire face à la mondialisation. Les instances de décision européennes et ses fonctionnaires apprécieront.

"Réorienter l'Europe"

«L'Europe subit une mondialisation déloyale marquante, où ce que Bruxelles nous interdit de faire, tous les autres pays le font. Nous devons réorienter l'Europe, parce que celle-ci n'est plus adaptée à la déloyauté du commerce mondial. Lorsque les Américains, les Chinois, les Indiens, les Coréens et beaucoup d'autres choisissent de subventionner leur industrie, ils n'ont pas Bruxelles sur le dos. Nous demandons juste d'être à niveau de ce qu'exige la compétition mondiale: avoir le droit de se défendre, de s'organiser et de se protéger", a déclaré le ministre, indiquant avoir «défendu avec un certain nombre de pays l'idée que la question des aides d'Etat pour les technologies nouvelles, celles qui vont faire la troisième révolution industrielle, les nanotechnologies, les réseaux intelligents, les nouveaux matériaux, puissent faire l'objet d'aides d'Etat dans des conditions nouvelles».

La France aurait de nombreux soutiens

Clairement, Arnaud Montebourg, qui affirme avoir reçu le soutien de nombreux pays, reproche à la Commission européenne d'interdit les aides d'Etat, au dessus d'un certain seuil, quand elle estime que celles-ci provoquent des distorsions de concurrence. L'Allemagne, l'Italie, l'Espagne, le Portugal, la Belgique, la Roumanie, le Luxembourg, la Grèce, l'Autriche, la Bulgarie, la Slovaquie et la Hongrie seraient sur la même ligne que la France.

Cette «sortie» d'Arnaud Montebourg sur le sujet de la politique industrielle européenne n'est pas la première du genre. Il a plusieurs fois répété la nécessité de rééquilibrer les échanges entre l'Union européenne (UE) et le reste du monde en introduisant des mécanismes de réciprocité, jugés inexistants, notamment dans le domaine de l'accès aux marchés publics. Des mécanismes qui devraient également conditionnés au respect des normes sociales et environnementales en vigueur au sein de l'UE.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/10/2012 à 22:27 :
Voila quelque chose qui va te faire remonter dans les sondages, empêcher que le travailleur devienne un sous-chinois. Au travail !
a écrit le 15/10/2012 à 0:14 :
Le "capitalisme centralisé français" n'a jamais marché. Les exemples donnés par don Quichotte ont deux particularités: d'abord ce sont des monopoles (sauf airbus) qui n'ont jamais affronté la concurrence étrangère ou nationale, donc prétendre qu'ils sont compétitifs, c'est du vent. La meilleure preuve, c'est que ni les centrales françaises, ni le TGV, ne se vendent bien à l'étranger, et que les fusées ariane, après avoir profité de la bévue américaine de la navette spatiale et l'effondrement des Soyouz, ont de nouveau du mal..Ensuite, les calculs de rentabilité des capitaux investis par l'Etat et par les entreprises concernées n'ont jamais démontré une bonne rentabilité de ces investissements. ET je ne parle pas du Concorde, du Plan Calcul, des Rafale...s'appuyer sur leu seul airbus pour confier le soin à l'Etat - qui plus est représenté par MOntebourg- le soin de prélever des impôts pour les réaffecter sur des "secteurs d'avenir" , est irrationnel.
Les incantations contre le "capitalisme financier néolibéral" , çà ne vaut pas des démonstrations.
Heureusement que Bruxelles est là pour empêcher Montebourg de faire n'importe quoi avec nos impôts!
a écrit le 14/10/2012 à 17:10 :
Pour une fois montebourg a raison : le capitalisme financier néolibéral a infiltré les instances de l'U.E.(il sera interessant ,un jour ,pour l'histoire, d'en etudier le mécanisme ). Or ce qui a fait la prospérité de l'europe est d'un coté le capitalisme industriel allemand et de l'autre le capitalisme centralisé,jacobin, de la france (à qui nous devons tout ce qui marche encore bien dans le pays : airbus,fusées ariane,TGV,centrales nucléaires avec edf et areva...) L'Allemagne resiste un peu mieux à ce capitalisme néolibéral que la France ,et surtout ferme sa gueule pour ne pas compromettre ses exportations. Dans cette histoire la France est vraiment ,comme l'a dit Hubert Vedrine, l'idiot du village planétaire;
a écrit le 14/10/2012 à 17:09 :
Bruxelles préfère voir l'industrie quitté l?Europe plutôt que de faire comme les autre zone économique qui se protégé au travers de taxe, de droit d'entré ou de subvention.
a écrit le 14/10/2012 à 15:48 :
En fait l'organisation de l'UE est beaucoup trop jacobine, elle devrait déconcentrer beaucoup plus largement vers les états ! ;o)

Quant à AM, il a évidemment raison mais malheureusement il a raison tout seul dans le marigo politique susceptible d'être au pouvoir...
a écrit le 13/10/2012 à 12:23 :
Le fleuve Arno (je viens de faire un lapsus écrit,étonnant non!) devient tumulteux voire incontrolable lorsqu'il traverse Bruxelles !
a écrit le 12/10/2012 à 22:00 :
"Réorienter l'Europe".... "Pour une autre Europe".... Depuis 30 ans nous entendons les mêmes slogans. Montebourg ne peut rien, il fait du vent. L'Article 63 du Traité de Fonctionnement de l'Union Européenne interdit d'interdir les délocalisations d'entreprises. Il faut réfléchir avant de signer les traités.
Réponse de le 14/10/2012 à 17:07 :
Avant même de réfléchir avant de signer les traités, il faudrait déjà les lire. Ce que de l'aveu de pas mal d'hommes politiques, peu de députés ont fait s'agissant des derniers volumes imposés par Bruxelles.
a écrit le 12/10/2012 à 21:46 :
GM a été nationalisé par l'état américain avec 50 milliards sur la table et Bruxelles n'a rien dit !!! L'état américian a récupéré depuis une petite partie (23 milliards) et peut racheter PSA via OPEL. Bruxelles serait elle à la solde des américains ?
a écrit le 12/10/2012 à 21:26 :
il est en train de se rendre compte qu'il passe pour un gland et essaye de se refaire une beauté. Allez Arnaud...
a écrit le 12/10/2012 à 20:33 :
Montebourg veut être un choux à part entière et non un choux de Bruxelles :-)
Réponse de le 14/10/2012 à 11:15 :
Patrickb : Montebourg je dirais même plus si il veut être un chou, qu'il devienne un gâteau style gâteau de marie, ou religieuse.
Réponse de le 14/10/2012 à 14:41 :
... en attendant, c'est plutôt une tarte, ... mais salée comme l'addition : une quiche, quoi !!!
a écrit le 12/10/2012 à 19:54 :
Quand Montebourg met son casque,il joue au grand garcon.
a écrit le 12/10/2012 à 10:38 :
Et oui M. Montebourg ne dit pas que des sornettes.
L'innocence de Bruxelles sur le laisser faire économique relève de la pure sottise idéologique.
L'exemple le plus frappant est celui des panneaux solaires. Nous importons des produits chinois, subventionnés par l'État chinois, qui tuent l'industrie européenne naissante dans ce domaine.
Pourquoi nous nous interdisons ce que les Chinois et les autres font ? Dans un monde globalisé, où tous les coups son permis, l?attitude de Bruxelles est digne des castors juniors.
Au lieu de se quereller sur des quotas de CO2, d'imposer toujours plus de normes dictées par différents groupes de pressions, Bruxelles devrait devenir pragmatique et sortir du dogme libéral du laissez faire et de la concurrence comme seuls moteurs.
Réponse de le 12/10/2012 à 20:36 :
@scrooge: sauf que les lois et normes imposées sont votées en faveur de ceux à qui elles bénéficient ..et qui sont en l'occurence les mêmes que ceux qui les votent :-)
a écrit le 12/10/2012 à 9:02 :
Cette déclaration semble logique il ne peut avoir de réindustrialisation de la France sans mesure protectionniste ou aide de l'Etat ce que Bruxelles rejeterait au nom de la sacro sainte règle de la concurrence libre et non faussée. mais une fois de plus ce seront des paroles en l'air. Le PS avec son "eurobéatisme" n'ira pas plus loin voir le récent débat hypocrite sur le MES.
a écrit le 12/10/2012 à 8:14 :
Heureusement que nous avons ce joyeux garçon, pour mettre de l'ambiance à la fête du nougat !!!
a écrit le 12/10/2012 à 8:07 :
Mais ce sera à double tranchant: car dans ce cas Bruxelles ne financera plus de projet et laissera chaque état se débrouiller... On ne peut avoir le beurre et l'argent du beurre!
Réponse de le 12/10/2012 à 8:36 :
Bruxelles ne finance rien du tout puisque Bruxelles ne produit aucune richesse. Bruxelles est un appareil bureaucratique de redistribution, dirigé par des technocrates non-élus et représentants des intérêts des lobbys industriels et financiers.

La France donne 20 Milliards d'euros par an à l'U.E et en récupère 9 milliards par la PAC et les autres "subventions". 20 - 9 = 11 milliards à perte.

Bravo l'U.E !
Réponse de le 12/10/2012 à 9:24 :
"technocrates non-élus": Ca semble être l'insulte suprême. Pourtant, vu les résultats de nos politiques UPM+PS qui alternent, j'aime bien le concept de gens qui connaissent un minimum leurs sujets, et qui sont non dogmatiques. Mais bon, évidemment, ça ne rentre pas dans les délires Franco-Français d'affrontement éternel entre le BIen et le Mal (la gauche et la droite, ou vice versa).

Ceci dit, dans le cas présent, il y a un problème de réciprocité sur l'accès à certains marchés (on peut facilement citer la Chine), mais pas sûr que ça soit le moment de se lancer dans une guerre commerciale.
Réponse de le 12/10/2012 à 10:37 :
Merci Claude: le problème de réciprocité semble être séduisant à résoudre, sauf qu'il faudrait savoir la définir et réguler. Le réflexe protectionniste de Montebourg est issue de cet univers qui est un petit monde parallèle. Vous avez bien compris, vous allez juqu'à la guerre commerciale, oui le monde n'est pas si "docile" et "facile"mais l'ouverture d'esprit et la coopération et le pragmatisme sont des éléments forts pour être ou devenir compétitif. Le triste repli sur soi, ne peut être partager par les autres partenaires européens, l'article n'indique qu'une liste de pays suiveurs. Cela restera encore une triste anecdote sans aucune conséquence au sujet du cas montebourg.
Réponse de le 12/10/2012 à 10:51 :
Cela fait maintenant plus de 20 ans que la Chine mène une guerre commerciale, industrielle, scientifique contre l'Occident.
Les Chinois sont des fins connaisseurs de l'Homme et les avanies infligées aux Occidentaux montrent à quel point ils connaissent nos faiblesses et savent annihiler nos forces.
a écrit le 12/10/2012 à 7:00 :
Je me demande dans quel monde ces imbéciles de socialistes peuvent-ils vivre. Manifestement, ce n'est pas le monde ouvert du XXI ème siècle. A se demander s'ils ne regrettent pas le monde fermé de l'URSS ou de la Corée du Nord. EN un mot, ils sont dangereux pour la démocratie et pour la France !
Réponse de le 12/10/2012 à 9:13 :
soyez plus discret, vous allez avoir des ennuis avec le politburo, le nkvd a la francaise va vous le faire regretter...
a écrit le 12/10/2012 à 6:48 :
De Bruxelles Montebourg nous amenera vers les tiers mondes.Nous avons deja les DOM-TOM
qui font partie de cette belle catégorie.
a écrit le 11/10/2012 à 23:28 :
Il faut sortir de l'Union européenne qui nous impose ces règles abjectes par le droit constitutionnel, norme suprême de la démocratie.
a écrit le 11/10/2012 à 22:53 :
Il suffit de dissoudre le gouvernement et donc, de facto, de quitter l'europe. Ou est le problème ?
Réponse de le 12/10/2012 à 11:44 :
Le problème est que sans l'Europe nous ne serons qu'un pauvre pays à la dérive sans aucune chance de nous en sortir. C'est l'union qui fait la force. Pas la division en restant chacun chez soi et en disant que c'est la faute du voisin si cela va mal chez moi.
Réponse de le 12/10/2012 à 20:41 :
@KCM67: serais-tu en train de nous dire qu'à défaut d'être des moutons, nous n'avons aucun avenir ? je crois au contraire qu'il existe beaucoup de gens intelligents et frustrés parce que les gens en place les empêchent de se développer personnellement et professionnellement.
a écrit le 11/10/2012 à 22:33 :
enfin une proposition de bon sens de la part du Ministre Montbourg.
a écrit le 11/10/2012 à 22:18 :
Pour une fois, Bravo M. le ministre ! Le premier ennemi des industries et de ses emplois, depuis vingt ans, c'est à Bruxelles qu'il se trouve ! C'est là-bas qu'il faut mener la lutte ! C'est là-bas que se terrent les potentats de la Commission qu'aucun électeur n'a jamais élu et qui flinguent méthodiquement l'économie du Sud de l'Europe à force d'écouter des lobbies et d'ignorer les citoyens.
Réponse de le 11/10/2012 à 22:29 :
Montebourg : les socialos parlent aux fachos.
Réponse de le 11/10/2012 à 22:42 :
Insulte n'est pas démonstration. Je ne suis ni fasco, ni socialo. En revanche, vous, qui insultez et voulez sans doute par là défendre ceux que moi je pourfends - les Commissaires, banquiers centraux et eurocrates non élus - êtes à n'en pas douter un anti-démocrate. Les anti-démocrates sont le poison de l'Europe : ils veulent donner la souveraineté qu'ont chèrement acquise les populations à des élites cooptées et incompétentes. A preuve : leurs résultats pitoyables.
Réponse de le 11/10/2012 à 22:55 :
Ce n'est pas parce ce que vous l'ignorez que vous ne l'êtes pas. Ceci dit, ce n'est pas une insulte mais un constat, qui ne vous concernait pas directement, puisqu'il s'agissait d'éclairer sur la véritable stratégie du politicien.
Réponse de le 11/10/2012 à 23:09 :
Je sais bien ce qu'est un fasciste, terme galvaudé qui désigne aujourd'hui dans un gloubiboulga mal assimilé "réactionnaires, nationalistes, nazis, xénophobes" et autres adjectifs qui semblent désormais associés dans l'esprit des gens. Fasciste donc, je ne le suis pas, et n'ai pas l'intention de le devenir. Quant à Montebourg, oui, il pérore, oui, il poursuit une stratégie, mais il ne s'agit pas tant pour lui de s'adresser aux "fascos" que de trouver une façon de donner de la consistance au poste qu'il a accepté et qui ressemble à un énorme piège. Or, en rappelant les travers de Bruxelles, il se dégage un peu de la position de Don Quichotte qu'il occupait pour cette fois mordre dans le concret. Les Fascos n'ont rien à voir là-dedans. Après tout, voir une élite non élue décider par la force ou la ruse, cela ne peut pas déplaire aux fascos d'une certaine façon. En revanche, aux démocrates....
Réponse de le 12/10/2012 à 10:24 :
Je ne veux pas prendre position pour Truk ou Communication, mais il faut respecter le sens des mots. Parler de fachos renvoie à un régime de tortionnaires, de génocide, d'interdiction de la presse libre comme parler de bolchévistes ou communistes. Alors évitez d'employer ces termes monsieur communication vis à vis d'une personne qui exprime une opinion patriotique.
Réponse de le 14/10/2012 à 14:50 :
C'est l?illustration du niveau de l?électeur moyen qui boit des discours visant à parler "d?austérité" quand on parle d'un peu de "rigueur"... Je suis européen donc UMPS, contre le dumping social/fiscal et la mondialisation donc FN, etc etc etc
a écrit le 11/10/2012 à 22:15 :
"Respect des normes sociales et environnementales en vigueur au sein de l'UE" : les normes européennes sur ces sujets sont limitées au PPCD. Cette phrase est la preuve que Montebourg a inventé les prétendus soutiens de ministres européens à ses propos. D'ailleurs, aucun d'entre eux ne serait assez stupide pour s'associer avec un tel histrion.
a écrit le 11/10/2012 à 22:07 :
Sur le fond il a raison : les technocrates de Bruxelles ne sont que des fonctionnaires dont le seul objectif est de vivre grassement sur le dos du contribuable européen. Sur la forme il a tort : il a voté tous les traités européens dont le dernier cette semaine ! Que du vent et du bla bla bla. Vivement un 1789 en 2012 !
Réponse de le 11/10/2012 à 23:47 :
Vous comptez mal mon ami, faisons des rapprochements amusants. Le ministre sert le roi de la république, c'est choquant? Sa Majesté allonge les factures, tout est normal puisque les français le veulent. Mais ceux qui le sont pas? L'UMP doit prendre en compte que: un pays qui progresse est un pays qui paye ses diplômés. Cf un bon soldat est un soldat bien nourri.
a écrit le 11/10/2012 à 21:50 :
il pourra pas financer les nouvelles technologies Il a adopte le traite europeen qui interdit aux etats d'investir
a écrit le 11/10/2012 à 21:36 :
N'incriminez pas ce gouvernement, la perte des emplois industriels dure depuis une décennie. Ces messieurs des assemblées se bornent à dormir sur leurs bancs pendant que le chômage monte. Ils n'ont jamais résolu le problème de la pauvreté et s'amusent à faire souffrir le martyr à la population par leurs vexations économiques. La république des papiers doit passer!
Réponse de le 12/10/2012 à 13:46 :
Roger : ce n'est pas nouveau que les messieurs de l'assemblée nationale, quand ils dorment pas ils font leur show à l'américaine, tout ceci c'est pour dire qu'ils ne trouve pas de solution à quoi que ce soit quand les français vont arrêter de se défendre avec les syndicats et les promesses de nos élus, ils nous reste plus qu'à choisir de faire la révolution comme en 1789, et même là je ne sais pas si il aura un changement.
a écrit le 11/10/2012 à 21:22 :
attention,s'il met son casque,gare a Bruxelles.
a écrit le 11/10/2012 à 21:17 :
Monsieur Montebourg qui feint de s'apercevoir enfin, depuis qu'il occupe sa fonction de ministre de l'industrie, que rien ne peut se faire en matière de "redressement productif" sans l'assentiment de l'UE, nous explique comme si la solution était aussi simple, qu'il faut "réorienter" l'Europe et d'ajouter béatement, qu'il aurait l'accord de 12 pays. Ce Monsieur à la mémoire courte (à une certaine époque, il faisait fi de la disparition des emplois industriels) oublie encore de dire que l'UE ne compte pas 12 pays mais 27 et que rien ne se décide sans que cela soit approuvé à l'unanimité pour renégocier les traités. Il se rend compte que son ami Hollande lui a fait un cadeau empoisonné et cherche désespérément un bouc émissaire (Bruxelles) alors qu'il a voté tous les traités européens jusqu'en 2004 et qu'il vient de voter le Traité budgétaire européen qui donne encore plus de pouvoir à Bruxelles.
a écrit le 11/10/2012 à 20:36 :
bon courage à montebourg pour faire comprendre cela aux talibans du libre echange bruxellois
a écrit le 11/10/2012 à 20:18 :
Malvoyant la tu vois si c est non ,change de lunette ou appel ton chien
Réponse de le 11/10/2012 à 20:33 :
C'est mieux. Maintenant, tu peux mettre un accent à "là", une apostrophe à "c'est", et enfin un "s" à "lunettes" et ce sera parfait. -:))
a écrit le 11/10/2012 à 19:15 :
ON A QU A PARTIR DE L EUROPE MOI JE ME FICHE BIEN D ETRE EUROPEENS , ON ETAIT MIEUX AVANT 2000 JE PREFERE RESTER UN VRAI ET BON FRANCAIS DE FFRANCE JE NE PENSE PAS QU ILS ONT MIS LES PLANCHES A BILLET A LA POUBELLE IL SUFFIRAIT DE LES REMETTRE EN SERVICE
Réponse de le 11/10/2012 à 19:35 :
Je suis bien d'accord. La mondialisation a été la bonne excuse pour monter cette Europe où même la finance (seuls intéressés) ont vu les limites.
Réponse de le 11/10/2012 à 19:43 :
Tu peux écrire en majuscule s'il te plait. J'ai du ma à lire sur mon 19 pouces.
Réponse de le 11/10/2012 à 20:02 :
Montebourg a parfaitement raison, les français d'en bas et les entrepreneurs sont d'accord avec lui. Il ne faut laisser à la commission européenne, à Baroso et à ses équipes que l'espace privilégié des toilettes et des eaux usées, car ils sont experts des égouts, rien de plus.
Réponse de le 12/10/2012 à 14:27 :
euh....l'Europe existe depuis 58 et non pas 2000, a été construite pour éviter la guerre, et permet à la France d'être ce qu'elle est aujourd'hui face à la Chine, au Brésil etc.... et les "français d'en bas" sont bien contents que les entreprises puissent vendre comme elle le font dans le reste de l'Europe!!!vive l'Europe!
a écrit le 11/10/2012 à 19:02 :
Il est évident que nos Technocrates de Bruxelles envisagent le déclin économique de l'Europe avec la plus grande sérénité.
Réponse de le 11/10/2012 à 19:40 :
Ouf enfin des paroles de socialiste allant dans le bon sens...Hollande va vite le recadrer pour rester dans le rang, Notre ancien président avait eu des parole semblable.
Réponse de le 11/10/2012 à 20:10 :
Montebourg remue du vent ..............................ou sont les actes ou est le redressement du pays soit disant promis pendant la campagne ...................................les plans de licenciement sont tous azimuts ........................il faut avoir de la merde dans les yeux pour voir qu'ils sont incapables ............................

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :