Quand Oseo recense les champions français

Le Rapport sur l'évolution des PME 2012 réalisé par Oseo estime à un peu plus de 7.000 le nombre d'entreprises de croissance, dont 300 entreprises de taille intermédiaire (ETI). Un chiffre à comparer aux 131.000 PME et 4.600 ETI recensées dans l'Hexagone.

3 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

La pression est sur leurs épaules ! Selon le « Rapport sur l'évolution des PME 2012 » réalisé par OSEO et dévoilé ce mardi, l'économie française ne compte que 300 entreprises de taille intermédiaire en forte croissance.

Les ETI ont des effectifs qui évoluent entre 250 et 5.000 salariés. Leur chiffre d'affaires n'excède pas 1,5 milliards d'euros et le total de leur bilan ne dépasse pas 2 milliards d'euros comme le précise la Loi de modernisation économique (LME) votée en 2008 qui a gravé dans leur marbre leur existence.

« La 'surperformance' des ETI paraît directement dépendante de la taille : associée à la longévité et à la profitabilité, quelque 300 ETI apparaissent comme des modèles de croissance. Leur réceptivité aux partenariats et leur capital ouvert et diversifié constituent peut-être une clé de leur réussite », explique OSEO.

Dans les rangs des PME indépendantes, dont le nombre s'élevait à 73.818 selon la Banque de France - un chiffre daté de 2005 et qui ne prend pas en compte l'impact de la crise de 2008-2009 ! -, l'économie française compte également des pépites. Elles représenteraient environ 7 % des PME indépendantes selon les estimations de la banque centrale. Soit un peu plus de 7.000 PME. « Les entreprises de forte croissance échappent aux modèles économiques classiques et investissent fortement de façon contracyclique. Privilégiant l'autofinancement, elles préfèrent les investisseurs privés aux marchés pour équilibrer leur bilan. Recrutée majoritairement parmi les startup, cette élite se reconnaît à la valorisation du capital humain et à un investissement dans le couple innovation- international. Cette prise de risque se solde par une rentabilité élevée et une marge de 50 % supérieure aux autres PME indépendantes », précise le rapport.

Innover et exporter, les clés déjà connues  du succès

Autres caractéristiques, qui ne surprendront personne, ces PME et ces ETI sont innovantes et exportatrices. « Les PME innovantes, et plus encore les ETI innovantes, demeurent optimistes avec des projets de croissance externe à moyen terme et des niveaux d'activité à l'exportation d'autant plus élevés qu'ils se situent hors zone euro ». Ce dernier point est à souligner. Pour mémoire, les deux tiers des exportations tricolores prennent la direction des pays de l'Union européenne.

« Dans un environnement mondial, les PME doivent désormais chercher des relais de croissance en dehors de nos frontières. Ainsi, plus de la moitié des PME de croissance identifiées étaient exportatrices. Cela apparaît de manière encore plus marquée dans les entreprises qui sont passées au stade d'E TI : 80 % d'entre elles ont une activité à l'étranger. Que ce soit par l'exportation, la création d'une filiale ou la mise en place de partenariats ou joint ventures, le développement à l'international est un véritable levier de croissance des PME », précisait le Panorama de l'évolution des PME depuis dix ans publié en juin 2012 par KPMG.

Autre enseignement de ce rapport, en moyenne, la PME emploie 25 salariés contre 630 pour l'ETI. « La construction et le commerce sont surreprésentés dans les PME, alors que les ETI sont majoritairement industrielles. Les moyens engagés sont à la mesure de leur taille, en immobilisations comme en présence à l'international », détaille OSEO.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 05/02/2013 à 20:46
Signaler
D'accord avec Churchill ....En quoi la Pression est sur nos épaules de PME innovantes et exportatrices ....Pour nous un maitre -mot ...Nous DEVONS D'ABORD et AVANT TOUT COMPTER SUR NOUS ...Il y a longtemps que l'on innove et que l'on exporte sans att...

à écrit le 05/02/2013 à 19:21
Signaler
on ne voit pas en quoi la pression est sur leurs epaules? pour redresser le pays? sans blagues! si elles ont reussi a survivre alors que ce pays ft tt pour les couler, c'est qu'elles arrivent a s'affranchir de la pression, et qu'elles n'ont pas l'int...

le 05/02/2013 à 21:44
Signaler
Tout ce qui est exagé est insignhifiant de Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord ... L?excès engendre un sentiment d?ennui de Eduardo Manet ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.