Stéphane Hessel, l'auteur d'"Indignez-vous ! ", est mort

 |   |  459  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
L'ancien résistant et déporté, connu pour ses positions concernant les droits de l'homme, est décédé dans la nuit de mardi à mercredi à l'âge de 95 ans. En 2010, il avait notamment publié un essai devenu célèbre, "Indignez-vous", où il défendait farouchement un "esprit de résistance" face aux inégalités du moment.

Le résistant a finalement rendu l'âme. Stéphane Hessel est mort dans la nuit de mardi à mercredi, a annoncé sa femme Christiane Hessel-Chabry, d'après l'AFP. Il était âgé de 95 ans. Résistant, déporté, puis ambassadeur, Stéphane Hessel était notamment connu pour ses prises de position concernant les droits de l'homme, le droit d'asile, l'accueil des migrants et le Proche-Orient.

Ancien élève de l'Ecole normale supérieure, cet ami personnel de Pierre Mendès-France et Michel Rocard avait fait carrière dans la diplomatie, notamment aux Nations unies. Au fil des ans, il a ainsi alterné les fonctions à l'ONU, concernant l'aide au développement, et des postes dans la haute fonction publique française touchant à la coopération.

Une carrière diplomatique après la Libération

Né le 20 octobre 1917 à Berlin, arrivé en France à 7 ans, Stéphane Hessel était le fils de Franz et Helen Hessel, née Grund, qui inspireront, avec l'écrivain Henri-Pierre Roché, le trio «Jules et Jim» porté à l'écran par François Truffaut. Naturalisé français en 1937, normalien, diplômé d'études supérieures de philosophie, il est mobilisé en 1939 et rejoint les Forces françaises libres en 1941. Arrêté par la Gestapo, il est déporté en 1944 à Buchenwald. À la Libération, il entame une carrière diplomatique comme détaché au secrétariat général de l'ONU (1946-1951). Il participe, au côté de René Cassin, à l'élaboration de la Déclaration universelle des Droits de l'homme, sans en être rédacteur.

Il est ensuite notamment conseiller au cabinet de Mendès-France (1954-1955), premier conseiller à Saïgon, au Vietnam (1955-1957), conseiller puis chef de la mission culturelle et universitaire à Alger (1964-1968). En 1975, alors conseiller du ministre de la Coopération, il échoue dans sa mission pour faire libérer Françoise Claustre, otage au Tchad.

Médiateur des sans-papiers

Nommé président de l'Office national pour la promotion culturelle des immigrés, il est ensuite représentant permanent de la France auprès de l'Office des Nations-Unies en 1977. De 1981 à 1983, il est délégué interministériel pour les questions de coopération et d'aide au développement.

Stéphane Hessel a aussi été membre de la Haute autorité de la communication audiovisuelle (1982-1985), membre du Haut conseil à l'intégration (1990-1994) et du Haut-Conseil de la coopération internationale (1999-2003). Ancien membre de la Commission nationale consultative des droits de l'homme (1992-2005), il était resté très actif après sa retraite en 1983, notamment médiateur pour les sans-papiers en 1996-1997.

En 2010, son petit ouvrage "Indignez-vous" défendait l'esprit de résistance, et l'a propulsé en icône du mouvement des "Indignés" à travers l'Europe. Ce manifeste s'est vendu à plus de 4 millions d'exemplaires dans près de 100 pays.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/02/2013 à 22:30 :
Un immense bravo à cet homme qui a été allemand résistant anti nazi, échappé de deux camps de concentration, rédacteur de la Déclaration Universelle des droits de l'homme, diplomate, écrivain, et auteur d'un best seller ayant eu une influence énorme à plus de 90 ans. J'ai une immense admiration et un immense respect pour lui, et je regrette profondément sa disparition.
a écrit le 28/02/2013 à 12:22 :
Signe des temps et de la pensée unique, que d'encenser la sénilité ou pratiquer la manipulation, encouragées par les facilités exceptionnelles de promotion dont a pu profiter l'auteur. Preuve en tout cas, s'il en était besoin, que les moyens de diffusion sont plus important que les idées qu'ils véhiculent.
Toujours est-il qu'il suffit de lire un extrait de son "Indignez-vous" pour juger du parti-pris du défunt Hessel et de l'honnêteté des arguments dont il use.
Que ceux qui ne lui font pas confiance au point de le laisser penser et s'indigner pour eux ? faisant ainsi leur sa duplicité intellectuelle ?, se reportent simplement au chapitre concernant la Palestine. Ils y verront combien il trouve regrettable que le Hammas "ne puisse empêcher" les tirs de roquettes motivant les réactions israéliennes.
Quand nul n'ignore que ce même Hamas les tire ou excite le ressentiment des palestiniens jusqu'à ce que certains d'entre eux le fassent, il y a de quoi s'indigner, mais pas seulement de ce à quoi nous invite l'auteur.
De même lorsqu'il date les origines et des causes du conflit du Moyen-Orient ou en attribue la responsabilité.
Réponse de le 28/02/2013 à 13:25 :
C'est vraiment une vision étroite que vous partagez là. L'oeuvre et la vie de Stéphane Hessel ne se limitent pas à quelques pages d'un petit bouquin à succès car il avait le mérite d'être ... court, et que les gens n'aiment pas lire. Stéphane Hessel était probablement devenu un peu sénile, comme tous ceux qui vivent vieux, mais avant cela il a eu un parcours exemplaire. Il a eu une vie complète et pleine d'ambition bien placée pour les autres et c'est en cela qu'il était rare. Je ne suis pas d'accord avec tout ce qu'il a dit ou écrit, mais on n'est jamais totalement d'accord avec les autres, sauf dans les sectes ou les dictatures...
Réponse de le 28/02/2013 à 14:08 :
Si moi je suis toujours d'accord avec mon manager!
a écrit le 27/02/2013 à 17:40 :
Encore un socialo qu'on encense.
Réponse de le 28/02/2013 à 22:27 :
Le jour où vous lui arriverez à la cheville on en reparlera.
a écrit le 27/02/2013 à 17:30 :
Quand il a comparé Hollande au général de Gaulle il m'a indigné !
a écrit le 27/02/2013 à 16:40 :
À vouloir glorifier le modèle de 1948, à vouloir accuser la France de ne pas être assez généreuses avec ses immigrés (alors que c'est certainement le pays le plus généreux) ce monsieur a perdu une bonne occasion de se taire ! Ce n'est pas "Indignez-vous" qu'il aurait dû écrire, mais "allez travailler" ! Encore faudrait-il pour cela que le gvt ne détruise pas les quelques emplois qu'il reste?
Cela dit, paix à son âme te condoléances à sa famille.
Réponse de le 02/07/2015 à 10:47 :
"on n'a pas le choix sur ceux qui représentent": en fait la "Marie Antoinette" du Fmi semble regretter le suffrage universel. Si seulement elle pouvait avoir à faire à une carpette style Hollande, Sarkozy, Filon ou autres politiques français aussi démonetises que leur monnaie inique...j
a écrit le 27/02/2013 à 15:19 :
Une fois de plus Merci Monsieur Stéphane Hessel.
a écrit le 27/02/2013 à 15:10 :
Je n étais pas d"accord avec toutes ses idées et pas de son bord politique mais je sais reconnaitre un homme intégre et honnête quand j en vois un C'était un grand monsieur qui défendait avec intelligence ses idées et ses convictions Ce genre de personne devient rarissime C 'est vraiment triste et je salue sa mémoire
a écrit le 27/02/2013 à 14:29 :
Stéphane Hessel s en est allé mais son indignation a soulevé chez nous un espoir
Les dispositifs de conditionnement qui propagent la force brutale et perverse resteront , peut-être longtemps encore, entre les mains des marchands et des profiteurs de tous bords. Mais d autres pouvoirs, nés et prenant forme dans les profondeurs des sociétés civiles, sont désormais engagés dans la création de discours et de pratiques qui n attendent que d éclore. Un premier pas crucial a été franchi depuis que bon nombre d acteurs sociaux ont pris conscience qu ils pouvaient aussi bien créer des besoins socialement fabriqués que freiner, voire arrêter leur production.
a écrit le 27/02/2013 à 14:09 :
bon débarras de ce monsieur grabataire, un peu décalé, avec un discours en total incohérence avec son age, son époque et ses origines, bref, une fumisterie qui s'éteint et tant mieux, bon vent !
Réponse de le 27/02/2013 à 15:55 :
Votre commentaire est honteux... non ce monsieur n'était pas grabataire ni décalé, bien au contraire. Son discours est totalement cohérent, il est dans l'esprit de la résistance face au monde actuel qui pousse les hommes à s'entretuer pour l'argent.
Réponse de le 27/02/2013 à 17:37 :
Au contracdicteur de @dy, je suis désolé, mais les mouvemants de résistance face à l'invation Allemande dans les années 40 n'ont strictement rien à voir ce que vous dite en l'occurence "...monde actuel qui pousse les hommes à s'entretuer pour l'argent".
a écrit le 27/02/2013 à 13:45 :
Voilà un enfant de l'Amour. Ma grand-mère était amoureuse de lui et je ne lui dirai pas qu'il est décédé car elle est très âgée et que cela pourrait lui causer un profond chagrin.
a écrit le 27/02/2013 à 13:18 :
Indignez vous", disait ce Monsieur....je ne sais s'il s'adressait vraiment aux bons interlocuteurs.....il avait l'esprit de résistance...Ce n'est plus tendance, de nos jours, Hélas!
a écrit le 27/02/2013 à 12:55 :
Un grand homme qui va manquer au débat politique. C'était un géant parmi les fourmis...
a écrit le 27/02/2013 à 12:22 :
Mes hommages Cher Monsieur, que votre combat ne se perde pas dans les sables, avec ce monde si pitoyable quelques fois ! En tout cas je vous tire ma révérence.
a écrit le 27/02/2013 à 11:46 :
Paix à son âme.
a écrit le 27/02/2013 à 11:37 :
Un grand Hommage pour ce grand Monsieur !!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :